Jean-Louis Legalery, la mémoire d'un supporter

Il est l'un de nos rares abonnés à s'aventurer parfois sur le terrain footballistique, mais c'est certainement pour son regard sur l'actualité des Etats-Unis et du Royaume-Uni que vous le connaissez. Jean-Louis Legalery répond à son tour aux questions de Mediapart, à l'occasion du cinquième anniversaire de notre site, auquel il a contribué dès avant la première heure.

Il est l'un de nos rares abonnés à s'aventurer parfois sur le terrain footballistique, mais c'est certainement pour son regard sur l'actualité des Etats-Unis et du Royaume-Uni que vous le connaissez. Jean-Louis Legalery répond à son tour aux questions de Mediapart, à l'occasion du cinquième anniversaire de notre site, auquel il a contribué dès avant la première heure.

Si vous étiez un autre abonné ?

Sans l'ombre d'un doute Claude Lelièvre, qui écrit régulièrement des billets très riches sur l'histoire et le devenir de l'éducation, ainsi que Dominique Bry et Christine Marcandier, qui sont passés du bleu au jaune et dont l'humour et le talent sont considérables.

Si vous étiez un article ?

Faire un seul choix serait trop restrictif, je vais donc citer dans l'ordre l'article de 2008 d'Edwy Plenel, Le journalisme pris au piège, une référence (publié exclusivement dans le livre « N'oubliez pas ! Faits et gestes de la présidence Sarkozy », cet article n'est pas en ligne, ndlr); la série d'articles de Laurent Mauduit sur l'affaire Tapie ; les articles de François Bonnet sur l'ex-URSS et, en particulier, celui d'octobre 2012, Zara, neuf années d'une vie volées par Poutine ; la remarquable série d'enquêtes de Fabrice Arfi sur les différentes affaires qui secouent la République ; et, enfin, la série de quatre articles de Michaël Hajdenberg, à la fois émouvants, nobles et qui engendrent la compréhension et la tolérance, sur celles et ceux qui sont passé par la case “ prison ” ; sans oublier les enquêtes minutieuses de Mathilde Mathieu sur les dérives de la vie parlementaire.

Si vous étiez un billet ?

Là aussi il est très difficile et très injuste de faire un choix unique. Je retiendrai néanmoins le billet de Ben . du 9 novembre 2008, Obama ou le deuxième pas sur la lune, écrit avec cœur et enthousiasme (mais plus en ligne non plus, décidément cher Jean-Louis vous avez une mémoire épatante, ndlr). J'y ajouterai la série de billets d'Antine Legrand sur la campagne d'Obama à laquelle elle a participé. Antine est une abonnée qui habite les Etats-Unis et qui écrivait des billets pleins de fraîcheur et de beauté et qui, malheureusement, n'écrit plus.

Si vous étiez un troll ?

Je ne répondrai pas à cette question, car les trolls, qui se cachent commodément derrière un pseudo souvent ridicule pour invectiver, insulter, provoquer ou tout simplement aboyer, sont un fléau et la plaie du Club et empêchent souvent un débat fructueux. Je n'imagine pas un seul instant me mettre dans la peau d'un des ces olibrius.

Si vous étiez un commentaire ?

Ma réponse à cette question sera liée à la précédente : en effet, je suis admiratif à la lecture des commentaires d'Antoine Perraud qui répond toujours avec un humour décapant à ceux que j'ai surnommées “ les omniscients du Club ”. Par ailleurs, j'aime beaucoup les commentaires de Gilbert Pouillart, souvent sur les billets de Claude Lelièvre, commentaires toujours constructifs et qui jettent toujours les bases d'une discussion.

Si vous vouliez faire un reportage, où iriez-vous ?

Au siège de l'ONU à Genève. Le fonctionnement des organisations internationales m'a toujours fasciné, Genève en particulier, c'est un monde  exaltant.

Si vous vouliez faire une interview, qui iriez-vous rencontrer ?

Justement, le directeur de l'ONU à Genève, car c'est en général une personnalité moins connue que le secrétaire général du siège de New York, mais dont les vues sur les relations politiques internationales devraient être enrichissantes.

Si vous changiez quelque chose à Mediapart ?

Rien, c'est parfait. Peut-être faudrait-il qu'un journaliste s'octroie une rubrique Critique cinéma, à l'abri des pressions du monde mercantile de la production. (cette fois, Jean-Louis, n'oubliez-vous pas Emmanuel Burdeau? ndlr)

Mediapart, un réseau ?

L'ALM, Association des Lecteurs de Mediapart, dont j'avais suscité la création, a été un échec, mais a permis néanmoins de créer des liens d'amitié très forts avec de nombreux abonnés que je ne connaissais pas avant, Dominique Gautier, Claude Lelièvre, Dominique Bry, Christine Marcandier, Thierry Ternisien, Ben Boukhtache, Roger Evano, qui a lancé avec succès CAMedia. C'est la magie de Mediapart : nous ne nous connaissions pas, nous ne nous voyons pas plus d'une ou deux fois par an, mais nous avons une identité de vue sur bon nombre de sujets qui nous rapprochent les uns des autres et qui nous lient à la rédaction. Parmi les abonnés et amis de la première heure, il y avait aussi Velveth et Antoine Mack (Tony) dont nous n'oublierons jamais ni la forte personnalité ni le talent.

Votre pratique, vos habitudes sur Mediapart ?

Lorsque j'allume mon Mac tôt le matin, je lis la Une du Guardian et celle du New York Times, auxquels je suis abonné, je prends des notes pour d'éventuels futurs billets, puis je file sur Mediapart pour une première lecture, avant de partir travailler, puis je reviens vers Mediapart tout au long de la journée selon ma disponibilité. J'écris à n'importe quelle heure de la journée.

Autre chose ? 

Voilà une photo que j'adore. Elle symbolise l'égalité, le talent, la liberté et la fraternité. 

L'équipe de Mediapart en mars 2012. L'équipe de Mediapart en mars 2012.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.