edouard gaudot

Enseignant, Ecologiste, Européen

Paris/Bruxelles

Sa biographie
http://heraclite.eu/ Historien, diplômé de Sciences Po et de la Sorbonne, Edouard a commencé sa carrière professionnelle comme professeur d’histoire à Sydney et Grenoble. Proche collaborateur de Bronislaw Geremek au Collège d’Europe à Varsovie et à Bruxelles, il a rejoint ensuite Dany Cohn-Bendit au moment d’Europe Ecologie en 2009. C’est auprès d’eux qu’il a vraiment « appris l’Europe ». Ancien conseiller politique au Parlement européen (groupe Verts/ALE) en charge de la stratégie et du développement, il connaît la politique et les institutions européennes de l’intérieur. Aujourd’hui, il accompagne les acteurs politiques, académiques et économiques dans leurs démarches stratégiques, leurs campagnes électorales, leur communication institutionnelle ou leur recherche de leviers et partenaires européens. Essayiste engagé sur les thèmes de l’Europe, l’Ecologie ou la Démocratie, il est auteur de quelques livres et contributeur régulier au débat public. “Pour la Planète” (Dalloz 2009), “L’Europe c’est nous” (Les Petits Matins, 2014), “Manifeste des écologistes atterrés” (Temps Présent, 2015) et "Dessine-moi un avenir. Plaidoyer pour faire entrer le 21e siècle dans l'école" (Actes Sud, 2020).
Son blog
4 abonnés Le blog de edouard gaudot
Voir tous
  • Liberté, Egalité… Ecologie

    Par
    Si la gauche veut être actrice et non spectatrice de la prochaine présidentielle, elle doit réapprendre à parler le «républicain» avec d'autres mots que la droite radicale nationale. Contrairement aux idées reçues, l'écologie est un projet républicain.
  • Macron: la farce tranquille

    Par
    L'histoire et les grands hommes dit-on (Marx, en fait) se produisent toujours deux fois… « la première comme une grande tragédie, la seconde comme une farce sordide ».
  • Penser moins pour croire plus : nous sommes tous devenus des caricatures

    Par
  • Le «séparatisme», cet aveuglement

    Par
    Le président de la République a construit son récit politique et sa légitimité sur l'opposition aux dangers du Front national. Mais le tournant très sarkozyste qu'il nous propose depuis l'introduction du «séparatisme» dans le débat public laisse entendre une récupération des thématiques de l'extrême-droite, plutôt qu'une lutte contre leur influence délétère.
  • L’urgence de faire face au dérèglement démocratique

    Par
    Le mouvement des Gilets Jaunes s’essouffle peut-être dans les chiffres, mais le dérèglement démocratique dont il est l’expression est toujours à l’œuvre. Comme pour le dérèglement climatique nous n’y répondrons pas sans remettre en question nos certitudes économiques pour l’un et nos certitudes démocratiques pour l’autre.