Blog suivi par 23 abonnés

Le blog de flebas

  • Admission en fac ? « OUI SI » mon banquier est d’accord

    Par | 2 commentaires | 11 recommandés
    Dans le secondaire et le supérieur, les profs vont devoir travailler dur pour évaluer les élèves et sélectionner les demandes d’admission en fac. Mais patience, la relève ne tardera pas : bientôt, ce sera le banquier qui se chargera de délivrer les fameuses sanctions : « OUI », « OUI SI », « EN ATTENTE » ou « NON ». Pour obtenir la filière de son choix, mieux vaudra déclamer : « J’aime ma banque »
  • His name is S. Nicolas S

    Par | 5 commentaires | 3 recommandés
    Annoncer une consultation référendaire sur l'internement des "fichés S" avant l'élection de 2017. Annoncer l'abolition de la peine de mort avant celle de 1981. Il y a, disons, comme une petite différence... Moralité : pour avoir de la hauteur de vue, il ne suffit pas de mettre des talonnettes.
  • Une idée du partage à l’article de la mort

    Par | 2 commentaires | 5 recommandés
    « Partager les richesses » et « partager le temps de travail » ont en commun un beau verbe de gauche, mais renferment aussi les articles définis « les/le », qui instillent un poison mortel. En effet, laisser « les » richesses et « le » temps de travail se fondre dans l’arrière-plan des projets de la gauche revient à sacrifier l’idée même du partage, laquelle est déjà à l’« article » de la mort.
  • Rentrée littéraire : il y en aura pour tout le monde !

    Par | 2 commentaires | 4 recommandés
    Du coup, j'hésite...
  • Le salaire à vie (même) pour les nuls - Chapitre III

    Par | 18 commentaires | 2 recommandés
    Les contours du « vrai-travail-productif » visent seulement à exclure certaines catégories de travailleurs. Pourtant, tout travail peut être reconnu par du salaire. Il faut à présent dresser un bilan du monde du travail (chômage, automatisation, entreprises), afin d’en déduire les directions à prendre pour émanciper le travail du flicage à vie, tout en développant le travail collectif.
  • Le salaire à vie (même) pour les nuls - Chapitre II

    Par | 4 recommandés
    Dans le premier chapitre, nous avons vu que le salaire à vie permet de se débarrasser du flicage à vie et de la précarité à vie. Mais est-ce qu’il n’y a pas un risque que chacun, grisé par tant de liberté, fasse ce qu’il veut dans son coin ? Le travail sera-t-il bien organisé (comme aujourd’hui, serait-on tenté de dire, avec une sacrée dose d’ironie…) ou bien complètement désordonné ?
  • Le salaire à vie (même) pour les nuls - Chapitre I

    Par | 9 commentaires | 9 recommandés
    L’idée de verser des salaires à tout le monde, dès 18 ans et à vie, est une idée déconcertante. Surtout pour les nuls ! Je vais donc essayer de faire un effort de pédagogie. C’est vraiment nécessaire car, avouons-le, pour aborder ce genre de réflexion, nous sommes tous un peu nuls !
  • Flexisécurité et austérigidité

    Par | 3 commentaires | 4 recommandés
    Le point commun entre ces concepts équilibristes, mêlant flexibilité et sécurité de l'emploi d'une part, austérité et rigidité des politiques publiques d'autre part, c'est le dogme de l'emploi. À ne pas confondre avec la thématique du travail.
  • L’arnaque de l’étymologie du mot "travail"

    Par | 38 commentaires | 15 recommandés
    On ne compte plus les références à cette fameuse histoire linguistique à propos des origines du mot travail. C’est une des étymologies les plus connues. Une série télévisée récente en a même fait son titre : Trepalium. Ce mot latin[ 1], qui désigne un instrument de torture, est en effet supposé être la source du mot français travail.
  • Jean-Luc Mélenchon peut marquer l'Histoire de France

    Par | 6 commentaires | 15 recommandés
    La candidature de Jean-Luc Mélenchon n'aura de chance d'aboutir à une victoire que si l'ambition affichée parvient à frapper les esprits et à déclencher une vague d'espoir populaire. Un cap clair et ambitieux doit être donné à la Constituante pour une sixième république, par l'introduction d'un nouveau droit politique dont l'ampleur pourrait être comparée au suffrage universel de 1792.