Gresea

Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative

Bruxelles - Belgique

Sa biographie
Le GRESEA (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative) est né en 1978 de la rencontre de responsables d’organisations non gouvernementales de développement, de syndicalistes et d’universitaires. Axée sur l’économie internationale, sa recherche a porté notamment sur les filières de production, sur les nouvelles technologies de l’information, sur la dette du Tiers-Monde, ou encore sur l’émergence des marchés communs régionaux. Au cours des dernières années, le GRESEA s’est en particulier attaché aux logiques qui guident les entreprises transnationales, à la bulle financière, aux institutions financières internationales, ainsi qu’aux résistances à la mondialisation. Lieu de réflexion, d’analyse et de proposition, le GRESEA est également un centre de formation et d’information sur les mécanismes et les acteurs de l’économie internationale et en particulier sur la dimension Nord-Sud de cette dernière. Ses recherches portent principalement sur les mécanismes,de plus en plus complexes, de l’économie mondiale et leurs impacts tant sociaux qu’économiques, écologiques et culturels, tant au Nord qu’au Sud. Le groupe met les résultats de ses travaux à la disposition de publics divers (décideurs, acteurs sociaux, mais aussi monde de l’associatif, de l’enseignement, etc.) sous forme d’études, de publications, de séances de formation, de séminaires. Comme son nom l’indique, le GRESEA est en recherche d’alternatives par rapport aux systèmes de pensée économique et socio-politique dominants. L’ancrage dans les réalités du Sud et dans une logique Nord-Sud est une de ses principales préoccupations. Sa revue, GRESEA Echos, est un trimestriel d’information qui publie des analyses et émet des propositions d’alternatives économiques dans le cadre des échanges Nord-Sud.
Son blog
2 abonnés Le blog de Gresea
  • 6 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 0 contact
Voir tous
  • Vers un monde sans usine et sans travail? par Henri Houben, économiste

    Par
    usine-sans-travailleur
    Sommes-nous engagés dans une nouvelle et importante révolution industrielle ? C’est ce que pensent un certain nombre d’auteurs qui prévoient des mutations considérables en matière de manière de produire, de relations au sein des entreprises et, bien sûr, d’emplois.
  • Qui sont les actionnaires du BEL-20 ? Par Romain Gelin

    Par
    illu-article-bel-20
    La presse économique met régulièrement l’accent sur le cours de la bourse. L’indice phare en Belgique est le BEL-20 qui regroupe 20 sociétés parmi les plus importantes dans le pays. L’objet de cette analyse est d’étudier la démographie de l’actionnariat des entreprises belges du BEL-20.
  • Les pensions des Norvégiens dans Chevron : c’est éthique ? par Romain Gelin

    Par
    Le fonds de pension norvégien est le plus grand fonds public au monde. Malgré la présence d’un conseil d’éthique en son sein et la volonté affichée de se détourner d’activités dommageables à l’environnement, le fonds dispose toujours de parts dans des compagnies pétrolières, comme Chevron, coupable de graves atteintes aux communautés locales et à l’environnement en Équateur. La gestion publique...
  • Les habits verts de la filière charbonnière Par Raf Custers

    Par
    indus036
    Le charbon constitue une véritable filière. Alors que le charbon a fait son temps, charbonnages, marchands de charbon et exploitants de centrales à charbon se serrent les coudes dans un intérêt commun : rester à tout prix en activité. Depuis la Colombie, à l’autre bout de l’océan, jusque sous notre (...)
  • L’Allemagne se sert en Mongolie Par Raf Custers

    Par
    1343fd625ea42cc0baa57df204c232
    L’Allemagne ne rechigne devant rien pour "développer" ses affaires en Mongolie. La raison ? L’expansion du secteur minier national. L’industrie allemande y vend des machines, ses universités forment les ingénieurs et les opérateurs. Les deux pays sont désormais reliés par un train. La modernisation (...)