jacques.longeot@orange.fr

Agro, journaliste, retraité presse coopération de proximité, vigneron toujours + engagement transition énergétique

BOUZIC - FRANCE

Sa biographie
Enfance, adolescence au sein d'une famille chrétiens de gauche passée par UGS, PSU (mon père cofondateur du PSU). Etude Agro à Rennes. Engagement pcf à Rennes jusqu'en 1981. Dissidence. Départ vers Toulouse. Parcours professionnel aux côtés du mouvement des Cuma (coopérative d'utilisation de matériel agricole) en développement les supports presse (magazine Entraid'), les événements (foires et salons). Engagement 4 ans chez les verts (eelv) en Dordogne jusqu'en 2013. Engagemement France Insoumise (Mélanchon) après sa mue écologique. Convaincu que le peuple de gauche et des verts doivent faire leur deuil du PS comme matrice de la transformation sociale et écologique.
Son blog
3 abonnés Mon-ton-son calou
Voir tous
  • Chronique de fin de campagne N°1 - LE DEUIL EST NÉCESSAIRE pour .. RENAÎTRE

    Par
    Cette présidentielle c'est une histoire de deuil. Douloureux, difficile, mais si nécessaire pour enfin renaître de ses cendres. Ce deuil touche des millions de gens, des centaines de réseaux. Nous sommes tous plongés dans cette économie du deuil, singulière pour chacun. Cette présidentielle a sa propre temporalité implacable qui se fiche pas mal du temps de nos obsèques.
  • On ne peut pas courir deux lièvres à la fois

    Par
    Hamon et ses amis ne peuvent pas courir deux lièvres à la fois. Leurs tâches urgentes c'est d'engager la clarification à l'intérieur de leur parti. Historique. Certes un combat rude mais absolument nécessaire. C'est attendu de toutes les composantes de la gauche et de l'écologie. L'esprit de responsabilité réside là et non dans cette fuite en avant de sa candidature à la présidentielle.
  • Et si le PS passait le tour des présidentielles 2017 ?

    Par
    Raisonnons à froid. Quittons un instant la scène politico-médiatique animée par la sphère des journalistes et idéologues qui imposent les mots, les cadres intemporels, les enjeux du débat. Centrons-nous sur ce qui est à l'oeuvre vraiment, derrière ce théâtre burlesque savamment mis en scène d'une sphère politique hors du temps, hors des forces sociales, hors de l'histoire.
  • Hamon:il faut finir le boulot, t'as pas le choix !

    Par
    Rien ne sert de faire des déclarations incantatoires pour l'union avec « Yannick et Jean Luc » alors que le boulot de « clarification » est à peine amorcer à l'intérieur du PS. La moindre des choses : que le PS redevienne un possible partenaire à gauche. De nombreux députés ont d'ores et déjà fait sécession en rejoignant Macron, d'autres se refusent à soutenir l'élu de la primaire PS. Au boulot.
  • « D’ABORD » CONSTRUIRE LES CONVERGENCES

    Par
    A peine franchi l'étape de l'implosion du PS qui a suivi il y a quelques mois celle des verts, surgit l'injonction de faire l'union tout de suite en éliminant deux des trois courants de la GAUCHE+VERT. Injonction médiatique d'abord de ce cartel des grands médias qui ne veut qu'une seule chose: garder la main sur le formatage du débat politique. Le calendrier de la gauche nous appartient.