Jaffar Bentchikou

Ingénieur à la retraite

Son blog
5 abonnés Jaffar
Voir tous
  • Le second tour

    Par
    Pour le premier tour j'ai analysé graphiquement les sondages quotidiens publiés puis extrapolé ces données au jour du premier tour. Au final cette méthode personnelle s'est bien approchée du résultat final avec un écart de 0,7 point seulement en moyenne pour les cinq principaux candidats. Aujourd'hui, j'améliore et j'applique ma méthode. Elle montre Macron gagnant à 63% et Le Pen à 37%.
  • J+1: Post mortem

    Par
    Je reconnais une erreur à la toute dernière minute qui m'a fait soudainement douter de la qualité des sondages sur lesquels je me basais et d'avoir accordé beaucoup trop de crédit à la toute dernière mesure de Filtéris publiée à 10 minutes de la fin de la campagne électorale. Je compare aujourd'hui ma méthode aux toutes dernières mesures de Filtéris, Ifop et Opinionway et devinez qui a gagné?
  • J-2: Les différences sont inférieures aux marges d'erreur

    Par
    La tendance depuis le 18 avril placerait le quatuor de tête dans l'ordre suivant: Macron, Le Pen, Fillon, Mélenchon. Mais ... Nate Silver sème un gros doute sur la justesse des sondages et Filtéris donne maintenant l'ordre d'arrivée suivant: Le Pen, Fillon, Mélenchon, Macron.
  • J-3: Macron passe devant

    Par
    Aujourd'hui dans mon analyse Macron est passé devant Le Pen. Mon extrapolation met cette dernière au coude à coude avec Fillon pour la seconde place dimanche avec Mélenchon juste derrière. Mais attention, Nate Silver a montré le 17 avril que les sondages français sont trop uniformes statistiquement et donc subissent "massive herding".
  • J-4: Le Pen descend

    Par
    La bataille à quatre devient bien inégale. Mélenchon et Fillon montent toujours mais péniblement et Le Pen descend nettement. Macron est plus instable dans ses tendances mais est destiné à passer devant Le Pen rapidement. Tout n'est pas perdu, loin de là, pour Mélenchon car je ne projette qu'environ 2 points de différence le 23 avril entre lui et Macron, c'est à dire à peu près la marge d'erreur.