Blog suivi par 35 abonnés

Saxophonies

Poète, écrivain, maître d'oeuvre de la revue IntranQu'îllités (une boîte noire des imaginaires)
Port-au-Prince - Haïti
  • Variations pour un saxophone perdu

    Par
    concert à Limoges en Nov 2012 concert à Limoges en Nov 2012
      Suite à la perte ou du vol pur et simple du saxaphone de mon ami Jacques Schwarz-Bart,j'ai jeté ces variations, en signe de solidarité au samba! 
  • La Citadelle Laferrière (élection de Dany à l'académie française)

    Par | 4 commentaires | 7 recommandés
    Couronnement de Dany  © Laure Morali(c) Couronnement de Dany © Laure Morali(c)
  • Une barbarie camouflée sous les étendards d’idéaux civilisateurs: conversation avec Mathieu Bélezi

    Par | 4 commentaires | 13 recommandés
    C'est à Rome que j'ai rencontré Mathieu Bélezi, étonnant romancier aux mots qui détonnent, « des mots qui avancent avec une crinière autour du cou », pour reprendre un vers d'Aimé Césaire. Je profite du centenaire de l'auteur du fameux Discours du colonialisme pour publier enfin ma conversation avec l'auteur Des vieux fous qui, dans un autre registre, nous parle d'une barbarie camouflée sous les étendards clinquants d'idéaux civilisateurs.
  • Césairement, vôtre

    Par | 2 commentaires | 8 recommandés
    Le poète Ernest Pépin en compagnie d'Aimé Césaire Le poète Ernest Pépin en compagnie d'Aimé Césaire
    Lettre à Aimé Césaire
  • La revue IntranQu'îllités #2 est lancée aux festival Etonnants voyageurs à Saint-Malo.

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    "Une bonne revue est une revue qui se mange", dit Dany Laferrière à propos d'Intranquîllités "Une bonne revue est une revue qui se mange", dit Dany Laferrière à propos d'Intranquîllités
     Peuplée de 150 contributions et répartie en 9 rubriques diversement synchronisées,  la revue intranqu’îllités a placé la barre encore plus haut avec le 2ème numéro . “Nous avons pris”, écrit James Noël, “le contrôle de tous nos moulins à vent”. La figure de Borges et celle du Che hantent ce labyrinthe traversé par tous les vents du monde.  Les thèmes sont abordés prioritairement par le prisme d’une sensibilité frémissante, avec des créateurs d’horizons divers et d’expressions artistiques différentes. Cette union libre et multiple a accouché d’incroyables pépites. Ananda Devi, René Depestre, Adonis, Ramón Chao, Dany Laferrière, Mathieu Belezi, Ben Foutain, Vénus Khouri-Ghata, Gabriele Di Matteo, Hubert Haddad, Bernard Noël, Coskun, Fabian Charles, Souleymane Diamaka, Préfète Duffaut, Fanette Mellier, Rodney Saint-Eloi, Barbara Cardone, Pierre Soulages, Julien Delmaire, Mathieu Bourgois, Marvin Victor, Pascale Monnin, Michel Vezina, Arthur H, Thélyson Orélien et cent autres voleurs de feu, ont réussi le pari d’une grande fête des imginaires. La revue IntranQu’îllités vient d’une Haïti qui, toutes voiles dehors, s’échappe vers des rives inédites.  Elle se veut d’abord une poétique et un art de vivre par temps de catastrophe. 
  • Deux lettres

    Par | 2 recommandés
     © Passagers Des Vents © Passagers Des Vents
    Deux lettres en partage, à l'occasion de la manifestation autour de la revue IntranQu'îllités à Milan ce lundi 4 mars: La lettre de l'écrivain Jacques Stephen Alexis  à sa fille Florence et la lettre que j'ai écrite à ma fille, Léna. Appéciez les traductions en italien de Gaia Riposati.Tous les pères au moins, à défaut de testament, devraient adresser une lettre à un enfant (réel ou imaginaire). Une lettre à un enfant est un rendez-vous fixé comme un vertige dans la durée. C'est peut-être des années plus tard que l'enfant comprendra ou ne comprendra pas, prendra ou ne prendra pas, le poids des mots. Des années plus tard, les pères seront peut-être tous morts. Que pensonne ne vienne me taxer de sexisme, si je n'évoque point la mort des mères! Ici, il n'est question que d'amour, en compagnie des comédiennes Laurence Durand, Gaia Riposati, la plasticienne Pascale Monnin et moi, pour l'avant-dernière manifestion européenne, (avant celle qui se tiendra à Toulouse) concernant le premier numéro de la revue IntranQu'îllités."Spazio Fondazione, viale Premuda, 38/ A, 19h.
  • Le pyromane adolescent: L'Incendiaire en liberté

    Par | 2 recommandés
    Le pyromane adolescent de James Noël,  Mémoire d'Encrier 2013 Le pyromane adolescent de James Noël, Mémoire d'Encrier 2013
    Une très belle chronique de Julien Delmaire qui célèbre le premier baptème de feu de mon nouveau livre  " Le Pyromane adolescent", paru aux Editions Mémoires d'Encrier, Montréal février 2013. "je ne brille pas par âge d’or je suis juste un pyromaneun buveur de kérosène de grand chemin"
  • Pour une littérature-monde en Italie

    Par | 3 commentaires | 7 recommandés
    L'Italie est en pleine ébullition. La saison présente des caractéristiques inouïes pour “les fidèles amis du livre”, en quête de situations inédites. Cette semaine, si Dieu le veut, le pape doit plier bagage, avant le week-end. Cette même semaine, au travers d'une fumée noire d'incertitude, le monde saura enfin le nom du candidat qui va remporter les élections.
  • Le Théâtre des Expositions de la Villa Médicis

    Par | 2 recommandés
    Manon Recordon, transformant le plafond de la loggia en écran pour une double projection vidéo © (c)Giovani De Angelis Manon Recordon, transformant le plafond de la loggia en écran pour une double projection vidéo © (c)Giovani De Angelis
  • Rome, Femme-fontaine

    Par | 5 commentaires | 8 recommandés
    Villa Medicis © Olivier Vadrot Villa Medicis © Olivier Vadrot
    Je me suis promis, il y a trois mois, d’entamer mon carnet de bord sur Rome, ville où je suis en résidence d’écriture, plus précisément à la villa Médicis. Par pudeur ou par simple décalage intérieur, je repousse à chaque fois cette échéance, en me donnant de fausses excuses. Mine de rien (c’est peut-être une autre excuse), il faut du temps, de l’amour, voire de la mort parfois pour pouvoir entrer en relation avec une ville, y faire tremblant  atterrissage dans la confusion de son asphalte et de sa poussière.Pour un corps de voyageur, tout atterrissage se veut tremblant. Forcé ou pas. Ça exige de l’humilité, du temps et mille préliminaires pour pénétrer une ville en profondeur. Surtout quand cette ville s’appelle Rome, avec ses bruits et ses fureurs. Avec ses saints et ses voleurs. Et tant d’autres clichés de carte postale qui fixent un déclic bien antique dans la tête du touriste. Sans courte honte, j’avoue que je ne connais pas encore Rome. Mon atterrissage continue. En cerveau lent. Je pense à ma lenteur d’entrer dans Rome. Mais, un jour ou une nuit, j’y arriverai et j’irai par toutes les rues trainer mon grand éclat de rire. Toutes les cloches de la ville en sortiront sonnées!Je ne connais pas encore cette ville, néanmoins dans  mon roman en chantier, un des personnages m’a comme donné un coup de Rome. Maintenant, avec son accord, je soumets ces mots sur le blog, histoire de mettre en route mon instable et instinctif carnet de voyage. Ah ce carnet, mon petit bateau-papier!Place au texte: Rome, femme-fontaine Rome est une femme-fontaine. Une belle femme-fontaine qui ne se fait pas prier pour être bue. Rares  sont les villes chaudes qui procèdent à s’offrir de cette manière. Rares sont les villes chaudes en robe d’été, à s’offrir en toute transparence, dans une grande explosion de jets d’eau et de fontaines. En plein mois d’août, Rome sous son air de Sainte est pétillante, appétissante et