Léa Guessier

Collectif d'agents publics engagé.e.s

Sa biographie
Léa Guessier-Liedde est un collectif d'agents publics se réunissant régulièrement pour examiner les politiques publiques qu'ils et elles contribuent à élaborer, contrôler et mettre en œuvre. En tant qu'agents publics, nous souhaitons exposer, à partir de nos expériences professionnelles, les biais détournant l'administration de la poursuite de l’intérêt général. En tant que citoyen.ne.s, nous sommes préoccupé.e.s par l'affaiblissement et la disqualification du débat politique notamment face aux considérations budgétaires et sécuritaires. Dans ce contexte, nous aspirons à participer au débat public et politique, notamment en explicitant les choix et les valeurs qui sous-tendent les politiques publiques actuellement mises en œuvre. Nous nous nourrissons d'échanges avec les mouvements associatifs et syndicaux. Ce blog présente le résultat de ces réflexions et espère recueillir les vôtres.
Son blog
24 abonnés Le blog de Léa Guessier
Voir tous
  • État d’urgence et droit du travail: soyons vigilants et mobilisés!

    Par
    Le gouvernement vient de faire adopter dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire des dérogations importantes au droit du travail, pour une durée qui reste à ce stade indéterminée. Ces dérogations seront autorisées par une série d’ordonnances qui devraient être adoptées au pas de charge sans aucun contrôle parlementaire.
  • Sortir la formation des «haut.e.s fonctionnaires» du vase clos de l’administration

    Par
    Les critiques sur la haute fonction publique trouvent, avec l'ENA, un bouc-émissaire particulièrement efficace. Mais les réquisitoires contre cette école emblématique manquent leur principal objectif : les raisons du conformisme de l'administration sont en fait bien plus profondes et s’étendent à toute la formation des cadres de la fonction publique.
  • Réforme des retraites : n'éludons pas les vraies questions

    Par
    Avec force communication, le gouvernement déroule son "diagnostic" de notre système de retraites, au sein duquel priment les questions d'équité, de lisibilité ou d'équilibre budgétaire. En réalité, ces débats secondaires occultent la question principale, qui conditionne toutes les autres : quelle quantité de richesses souhaitons-nous allouer à notre système de retraites ?
  • Dangereux et évitable : le credo de la baisse des dépenses publiques en question

    Par
    "Maîtrise de la dépense", "baisse des prélèvements obligatoires", "redressement des comptes publics" etc. Le langage administratif ne manque pas d'imagination pour qualifier les coupes budgétaires. Derrière une obsession aux atours techniques, beaucoup de confusions et, surtout, un débat profondément politique : quelle part de notre richesse nationale souhaite-t-on répartir démocratiquement ?
  • La régulation financière doit échapper aux lobbys

    Par
    La démission de N. Hulot du ministère de l'environnement a appelé l'attention du débat public sur l'omniprésence des lobbys, à tous les niveaux du pouvoir. Outre l'environnement, cette omniprésence est notamment flagrante en matière de régulation financière, où l'administration s'appuie constamment sur l' "expertise" des groupes d'intérêts. Des relations à repenser en profondeur.