• vote à ma place...

    Par marie cosnay | 6 commentaires | 9 recommandés
    un vent glacial a soufflé quand tout à l’heure, en s’installant, Ophélie a dit : je vais voter Marine Le Pen. Facile pour Mohammed C et Mohammed H de faire comme s’ils ne comprenaient pas. Mustafa, nos regards se croisent, tristes, gênés. Denis est comme moi, tente le rappel à la raison mais tout ce qui est argument, information, pensée construite, tout est balayé.
  • Nos devoirs nouveaux (bis)

    Par marie cosnay | 4 commentaires | 5 recommandés
    Accueillir soi-même comme un autre, un soi-même étranger qui pense étrangement. Qui va bouleverser les représentations dans lesquelles nous sommes à notre aise. Un soi-même étranger qui pense qu’il peut être mieux protégé, plus solidaire, moins cupide, plus reposé, moins anxieux. Que ce n’est pas impossible. il n’est pas facile à accueillir, celui-là. (Retour sur un texte écrit en 2011.)
  • Du conte au documentaire, mineur isolé à Paris

    Par marie cosnay | 1 commentaire | 3 recommandés
    Ta mère morte t’a vieilli et le travail comme la route t’ont vieilli, le désert t’a vieilli et la forêt de Paris t’a vieilli comme le fait aussi un ventre de loup. Ce qu’on fait aux enfants qui marchent dans Paris, aux enfants qui marchent sans cesser et sans dormir dans les nuits de Paris.
  • Faire de la dette

    Par marie cosnay | 5 commentaires | 16 recommandés
    L’hôpital, au pays des contes et des ateliers d'écriture, c’est le lieu où le médecin chef est riche, autoritaire, pressé et ne veut pas faire de la dette. La jeune fille qui a écrit nous lit le texte avec grande conviction. Le médecin chef est aussi charismatique qu’un candidat républicain à l'élection présidentielle.
  • La cruauté qui vient

    Par marie cosnay | 78 commentaires | 126 recommandés
    Vendredi, alors qu’il neige ou presque à Paris, sous le pont, porte de la Chapelle, la mairie (ou la préfecture) a fait installer de grosses pierres. Ainsi les personnes sans refuge ne pourront plus s’allonger, s’allonger les uns contre les autres, pour se tenir un peu chaud, sous ce pauvre abri qu’est le pont. Même pas un pont. Même pas les corps contre les corps. Des pierres au lieu des corps.
  • Brûle la mer, de Nathalie Nambot et Maki Berchache

    Par marie cosnay | 3 recommandés
    Ne ratez pas « Brûle la mer », film-essai de liberté et sur la liberté, film de Nathalie Nambot et Maki Berchache. Avant première 7 novembre, 20h, à La clef projection, 34 rue Daubenton.
  • Dévoilée

    Par marie cosnay | 88 commentaires | 52 recommandés
    En juillet 1958, un article publié dans le New York Times est intitulé "la bataille du voile". C’est une nouvelle bataille engagée par le gouvernement français contre le FLN ; en réalité ce n’est pas une bataille si nouvelle que ça.
  • Notre espérance (7)

    Par marie cosnay | 18 commentaires | 16 recommandés
    "C’est rare pour les gens de l’administration de vivre ça. Ils cherchent à se protéger. Soudain, les migrants n’étaient plus un problème, ils étaient des visages, ils étaient des ressources, ils parlaient. Ces rencontres comptent beaucoup. Oui, pour les autorités administratives, ces rencontres physiques comptent beaucoup. Oui, tout peut s’humaniser." Sourire.
  • Notre espérance (6)

    Par marie cosnay | 6 recommandés
    Un groupe, où est Souleyman, qui ne part pas aujourd’hui, joue au baby-foot. Kajer Ghu arrête de chanter pour me dire que j’ai une jupe qui serait très bien en Afghanistan, on rit. C’est le moment, ils s’en vont. Le moment. C’est de voir ces différentes nationalités. Sept pays, on a visité sept pays, dit l’interprète soudanais. Sept pays. C’est beau.
  • Notre espérance (5)

    Par marie cosnay | 4 recommandés
    Quand on trouve, dans un buisson de rosier, une tige de cucurbitacé, les conversations s’animent, il y a une excitation, se rendre compte que c’est parce que tout le monde, du Soudan, d’Iran, d’Afghanistan, tout le monde l’a en commun : la citrouille.