Blog suivi par 257 abonnés

Arbre à gammes

Auteur de romans, nouvelles, pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
À propos du blog
La chair est joyeuse et il reste beaucoup de livres à lire...
  • Fugue de la Fée

    Par | 1 commentaire
    Sa soudaine absence vous a déstabilisé. Besoin de sa présence à domicile en permanence. C’est vrai qu’elle vous accompagne dans nombre de gestes au quotidien. Une efficacité très discrète. Sans elle, vous vivez au ralenti. Comme si, d’un seul coup, il était un poids à traîner. Et chaque seconde un long chemin. Une marche à petits pas dans le silence. Qui est la Fée ?
  • Avant le terminus

    Par | 1 recommandé
    La terre en orbite autour d’un tueur. Le meurtre de masse est prévu pour dans environ un milliard d’années. À quoi bon alors continuer la reproduction de l’espèce pour l’offrir in fine à un tueur. En mettre au monde, c’est saturer encore plus la planète. Elle est déjà si embouteillée d'humains avec dans leur sillage déchets et guerres récurrentes.La nuit de l’humanité comme horizon?
  • Rue à histoires

    Par | 1 recommandé
    La vitre de janvier était glacée. Elle écarta les rideaux de sa chambre. Dehors, la rue qui donnait sur une place. Un quartier pavillonnaire calme. De l’autre côté de l’avenue, une zone d’entrepôts et de petits immeubles ultra moderne de bureaux. La maisonnée dormait. Elle sortit et traversa le jardin.Toujours la même direction. Personne n’était au courant.
  • Le doigt du pas sage

    Par | 1 recommandé
    Un cœur ne survit pas dans un coffre-fort. Ni un cerveau. Contrairement aux lingots d’or et aux liasses de billets. Moi, je n'aurai jamais de coffre. Mais nullement l’intention de me plaindre. J’ai toujours mon grand pote avec moi. Tous les jours dès le matin. Ça pourrait-être le meilleur ami de l' homme et de la femme. Mais très difficile d'obtenir son amitié. C’est mon miroir.
  • Pages du siècle

    Par | 1 recommandé
    C’est grave docteur ? Quoi ? J’ai de plus en plus de haine. Et de moins en moins de colère. Contre qui ? Mes parents, mes frères et sœurs, mes amis, mes voisins, les gens que j’aime, les gens que je ne connais pas, et tous les autres. Surtout, s’ils ne me ressemblent pas beaucoup. Autrement dit : quasiment la terre entière.
  • Chantier de fin

    Par
    Sous la neige, le printemps. Rassurant la ronde des saisons. Elles font un tour et s’en vont. Comme chaque individu en orbite autour du soleil. Il a souvent écrit sur ce sujet dans ses poèmes. Célébrant sans cesse l’éphémère. Vouloir durer est une illusion empêchant de profiter de l’instant. Renoncer à l’éternité libère de nombre de peurs.
  • Tornade jaune

    Par | 1 recommandé
    Tornade jaune. C’est le surnom que lui a donné l’habitante du 23. Qui est réellement cette femme de passage éclair depuis des années ? Une brune électrique dans un véhicule jaune. La vieille femme est inquiète pour elle. Pour quelle raison ? Elle la voit de moins en moins. Désormais plus un passage quotidien
  • Roxana et Yasmin

    Par
    Jouer. Roxana ne pensait qu’à ça. Pourtant autour d’elle que des ruines. De nouveaux morts et blessés tous les jours. Chaque nuit sans l'assurance de voir l’aube nouvelle. Toute la journée passée à éviter les tueurs du ciel et ceux de proximité. Important d'éviter les déplacements non-essentiels. Chaque sortie potentiellement mortelle. Mais jouer c’est vital pour moi, répétait Roxana.
  • De passage

    Par
    Blanche la nuit. Et le givre. Elle sourit. Comme chaque matin. Ses fantômes d'enfance font trop de bruit. Sous ses paupières. Elle sourit plus fort. Heureuse par instinct. Caresser la toile ? Sa main reste en suspens. Le soleil détricotera le tissu araignée. Patience et silence
  • À la même enseigne

    Par
    La force de la vie. Regarde, s’enthousiasme-t-elle avec un large geste. Ouvre les yeux. Cette force se trouve partout. Même à ras du sol, au pays des tombés et pas relevés. Eux aussi possèdent cette force. Certes engluée dans la survie du cabotage de repas en toit pour la nuit. Pourtant, ils, elles, n’ont pas dit leur dernier souffle.Dans des yeux ouverts, toujours la présence de l’espoir.