Nicolas Richen

Journaliste/photographe indépendant

Sa biographie
Diplômé du Cégep de Saint-Jérôme (Québec) et de l’IUT de journalisme de Cannes.
Voir tous
  • Des écrans qui font écran à l’Humain

    Par
    « Je vois des villes de plus en plus grandes / Mais les gens sont de plus en plus seuls / Les liens humains se sont stoppés / Depuis que l’Homme n’est plus ». Toujours en ligne, rarement connectés à l’Humain.
  • Oser la liberté

    Par
    Douter, évoluer, se remettre en question, conforter ses convictions, être intellectuellement en mouvement en somme. C’est ce que je recherchais en allant vivre 4 mois dans le pays devenu le laboratoire par excellence du capitalisme néolibéral du désastre. Indéniablement, la situation sociale et politique de la Grèce fait évoluer ma vision du monde : aussi bien ma façon de critiquer le capitalisme
  • Écouter la Rue d’Athènes

    Par
    Le 7 mai, Athènes. Mon séjour de 6 jours dans la capitale hellénique s’achève. Je n’avais qu’un souhait : me promener avec mon appareil photo dans la rue pour capter les stigmates de ce que beaucoup appellent par doux euphémisme « la crise grecque », mais que je qualifierais plutôt de « période de chaos provoquée par la Troïka et par le capitalisme mondialisé et financiarisé ».
  • En quête d’humanité

    Par
    Le 28 avril 2016, à Doliana (Épire). Après y avoir mis les pieds en tant que volontaire à quelques reprises, je suis revenu au camp de réfugiés de Doliana en tant que photographe et journaliste. Cela faisait près d’un mois que j’attendais le feu vert pour y aller. Le raison de cette longue attente ? Des affrontements (sans grande gravité heureusement) entre réfugiés ont eu lieu.
  • Trois volontaires face à l’afflux de 250 réfugiés à Doliana (Grèce)

    Par