Pablo Cueco

Musique (zarb et composition), écriture, dessin...

Paris - France

Sa biographie
Pablo Cueco Zarb, composition, écriture, dessin, voix... Né en Corrèze en 1957, l’année du lancement de Spoutnik. Issu d’une famille d’artistes plasticiens, c’est tout naturellement que dès son plus jeune âge il se consacre à la musique. Il étudie les percussions avec Jean Batigne et Gaston Sylvestre, le zarb avec Jean-Pierre Drouet, Djamchid Chemirani et Bruno Caillat, le reste en autodidacte consciencieux et obstiné. Dans le prolongement d’un trajet éclectique entre jazz sous toutes ses formes, musique contemporaines, musiques traditionnelles (avec notamment Luc Ferrari, Georges Aperghis, Jean-Pierre Drouet, François Tusques, Denis Colin, Patricio Villaroel, Francesca Congiu, Didier Petit, Claude Bathélemy, Le Carrosse d’Or, Bernard Cavanna, Tomas Bordalejo, Michel Musseau, Sylvain Kassap, Simon Drappier, Xavier Legasa, Henry Fourès, Jean Rochard, Hariprasad Chaurasia, Mirtha Pozzi...), il se revendique aujourd’hui comme Artiste sans Discipline Fixe. Il partage son activité artistique entre le zarb (et quelques autres percussions), la composition (de la harpe au symphonique en passant par la batterie-fanfare, le cinéma, le théâtre et l’électro-acoustique), la production de disques, l’écriture (de fictions, de scénarios et d’article notamment pour la compagnie « Le carrosse d’Or » et les journaux « Les allumés du jazz », « Lizières », « Mon Lapin Quotidien », « AFPercus »...) et le dessin et la poésie (sous le pseudonyme de Pablúx). Presse : Petite florilège des années 70 à nos jours Le Monde Sylvain Siclier
« Le lien entre des musiques traditionnelles, l’improvisation jazz et des codes de la musique contemporaine se font naturellement. » Impro Jazz Xavier Matthissens
« ... un souci du détail et des formes et, en découlant, une rigueur, une concision et une lisibilité en tous points remarquables. » Jazzman « C’est un festival de pulsations extatiques et de polyrythmies en tous genres, traversé par la grâce de l’improvisation. » OPUS Claudine Roméo « Une des plus belle chose jamais entendues... » Jazz Magazine Philippe Carles « Cela s’appelle un son d’ensemble, mais si « phrasé de masse » il y a, la lisibilité reste parfaite et jubilatoire de chacun des éléments du tissu orchestral aux couleurs douces et vives ...» L’Evénement du Jeudi « Couleurs chatoyantes venues de tous les Sud, affrontements de sonorités dans l’ombre, girandoles farceuses : une musique hors norme. » Télérama « ...une désopilante explication du zarb » Jazz magazine Michel Calone « L’instrumentation, à bases de bois et cordes, offre une gamme inouïe d’alliages et de moirures sonores et, du même coup se déploie comme la plus ouverte des bandes-son – à chacun d’imaginer son film. » Aden Hugues Le Tanneur « Une musique rêveuse que caractérise sa chaleur et sa dimension imaginative. » Le Parisien Nina Bienvenue « Un pacte passé avec le diable de l’inspiration » Vient de paraître (Cultures France) Philippe Carles « ... d’où une infinie série de jeu de miroirs déformants-informants et de mirages acoustiques qui semblent inventer autant de passerelles et donc d’allers et retours entre jungles plus ou moins mythiques et paroxysmes technologiques. » Chroniques de l’AFFA Michel Thion « Il compose et il crée avec bonheur les musiques de compositeurs qui n’ont pas froid aux yeux. » El Mercurio (Chili) « Una Percusión Cósmica. »
La Jornada (Mexico) « Pablo Cueco acaricia un berimbao y nieva nudos nítidos y niveos sobre parches de origen aficano. » Kaleva (Finlande) « ...Pablo Cueco, en maître du tambour zarb iranien, s’est révélé le véritable virtuose du groupe. »
Son blog
7 abonnés Le blog de Pablo Cueco
Voir tous