rivera

ex membre de l'inspection du travail ; traducteur free lance.

Paris, Nice - France, Espagne

Son blog
10 abonnés Le blog de rivera
Voir tous
  • Quand les salariés doivent se protéger d'une ministre du travail bornée

    Par
    Certainement par mépris du salariat et de ce qui reste du Code du Travail, E Macron a nommé ministre du travail ( pour creuser encore le désastre Pénicaud), madame Borne. Dans sa dernière fulgurance celle ci trouve que le licenciement d'un salarié sans pass sanitaire est préférable à la suspension du contrat de travail ( formule votée au Sénat et reprise par l'Assemblée)....
  • Mario Vargas LLosa déchoit en soutenant Keiko Fujimori

    Par
    Sans prudence aucune Marion Vargas Llosa s'est soudain mué en prestigieux soutien de Keiko Fujimori, la fille de l'autoritaire Fujimori. Ses articles hebdomadaires pour El Pais, ses interventions publiques tendent sans équivoque à entraver la proclamation des résultats, voire annuler des votes pour obtenir une victoire contestable de Keiko Fujimori.
  • Iglesias, Errejon : fin du populisme de gauche, jours nouveaux du caudillisme.

    Par
    L'organisation Podemos va toujours à moins : pas de sorpasso du PSOE ; pas de coalition gouvernementale ; des résultats électoraux en berne. Le populisme de gauche est abandonné comme idéologie et praxis. Le parti d'Iglesias,ses fédérations territoriales ( Andalousie, Valence...), la scission Mas Madrid d'Errejon fonctionnent désormais au profit de leurs caciques respectifs (ves).
  • Les élections générales espagnoles condamnent Unidas Podemos à la figuration.

    Par
    Le résultat des élections générales écarte clairement toute option de majorité de droite. Des majorités indiscutables pour le PSOE ( Congrès des députés et Sénat) aux Cortès rendent quasi certaine l'option pour le PSOE de gouverner seul. Et contraindront - sans violence, mais inéluctablement- Podemos, à un soutien obligé, et au rôle de comparse politique.
  • Pouvoir judiciaire indépendant en Espagne : la bonne blague !

    Par
    Si Pedro Sanchez veut faire voter le budget 2019 négocié avec Podemos, il lui faudra bouger sur les chefs d'accusation imputés aux indépendantistes catalans. Et ne pas s'en tenir à des déclarations écran de fumée sur l'indépendance de la Justice.