Blog suivi par 113 abonnés

Qui tolère l’islamisme récolte le terrorisme ( l’islamisme = l’islam politisé = courant politique islamique qui instrumentalise la religion, pacifiquement ou violemment, pour instaurer un État théocratique régi par la Sharia )

À propos du blog
L’objet principal de ce blog est de combattre, par la plume, l’islamisme, sous toutes ses formes. Pour faire court, disons en une phrase pourquoi il faut combattre l’islamisme. L’islamisme est le tombeau de la liberté de pensée et le tolérer au nom de la liberté de pensée, c’est amputer cette même liberté de pensée et envoyer un désaveu fort à l’égard de tous ces musulmans qui se battent pour un islam des lumières, le plus souvent, au risque de leur liberté, de leur intégrité physique, voire de leur vie, car, ne l’oublions pas, l’islamisme opère par l’intimidation, la violence, la terreur, le crime, et, aussi, par l’instrumentalisation des principes républicains et des processus démocratiques auxquels il ne croit que pour noyauter les institutions, en vue de sa solution finale : le monde musulman n’a pas besoin d’islamisme, réel vivier du terrorisme, affirmation dont une preuve on ne peut plus claire est fournie par le fait qu’Abou Bakr al-Baghdadi, le Calife-autoproclamé, fondateur-chef-suprême de Daech, est un ancien «frère» et qu'Abou Iyadh, le chef du mouvement terroriste Ansar- al-Sharia, a fait ses écoles chez le parti islamiste tunisien Ennahdha, au temps où il s’appelait MTI (Mouvement de la tendance islamique) - d’ailleurs, je suis de plus en plus convaincu que l'on ne peut pas devenir un islamiste radicalisé sans avoir été auparavant un islamiste non radicalisé - le monde musulman a besoin d’un islam revisité, s’appuyant sur un Coran affranchi des contextes de sa révélation et de sa transmission, démêlant le temporel de l’éternel et le conjoncturel de l’universel - complètement libéré des valeurs véhiculées par l’islamisme, en particulier les valeurs qui discriminent, qui excluent, qui séparent, qui divisent, qui retranchent, qui musellent la liberté d’expression et ignorent la liberté de pensée et les libertés individuelles, valeurs qui montrent qu’il existe une antinomie certaine entre l’islamisme et la culture des droits humains, valeurs qui sont l’antichambre de celles qui massacrent et qui tuent [1] - le monde musulman a besoin d’un islam revisité, disais-je, un islam qui soit Ijtihad (= effort de réflexion) et non Djihad, cheminement spirituel et humaniste, et non barbe, ou voile, ou je ne sais quoi encore !, ni course au pouvoir politique, ni à tout autre pouvoir, un islam retrouvant ses valeurs fondamentales portées par ses penseurs éclairés, d’hier et d’aujourd’hui. Aussi, pour le bien-vivre-ensemble, l’islamisme est à combattre, sous toutes ses variantes, où l’on se trouve, car, qu’on se le dise, son projet ne se limite pas aux pays musulmans, mais, englobe les pays de la planète entière. «««««« [1] a. Voir, par exemple, mon commentaire - intitulé À L’ATTENTION DES NON-INITIÉS et référencé «11/09/2016 17:40 Par salah horchani» – de ce texte paru sous le lien suivant : https://blogs.mediapart.fr/salah-horchani/blog/110916/pour-faire-court-disons-en-une-phrase-pourquoi-il-faut-combattre-l-islamisme [1] b. Tant que l’islamisme existe, le terrorisme ne peut être éliminé - La peste et son bacille (à méditer !) : «Le bacille de la peste ne meurt ni ne disparaît jamais, [il] peut rester pendant des dizaines d'années endormi dans les meubles et le linge, [il] attend patiemment dans les chambres, les caves, les malles, les mouchoirs et les paperasses, et (…) peut-être, le jour viendrait où, pour le malheur et l'enseignement des hommes, la peste réveillerait ses rats et les enverrait mourir dans une cité heureuse». Extrait de La Peste (fin du roman) d’Albert Camus.