Blog suivi par 26 abonnés

Le blog de Tiptop

Chercheur en histoire contemporaine sur les mondes africains. Professeur des écoles.
  • Première Guerre mondiale: une histoire du Maroc connectée

    Par
    Que retenir de la commémoration du traité de Versailles (28 juin 1919) ? L’histoire du Maroc colonial nous permet de revisiter certaines des causes de la Première Guerre mondiale et de mettre en exergue l’importance de la concurrence coloniale dans le déclenchement des hostilités.
  • Culture de la peur: sommes-nous condamnés à jouer le jeu des terroristes ?

    Par | 1 recommandé
    Ceci est une synthèse remaniée d’un article de Yuval Noah Harari, historien et auteur de Sapiens, qui sut, mieux que beaucoup d’observateurs avisés, nous faire comprendre la nature de la menace terroriste (1). Sa thèse, au fond, peut être résumée à ceci : nous sommes les artisans de notre propre défaite face au terrorisme djihadiste globalisé.
  • Donner du sens à la Marseillaise à l’école : mission impossible ?

    Par | 10 commentaires | 1 recommandé
    L’apprentissage de la Marseillaise dans les écoles a été rendu obligatoire en 2005 (Loi Fillon) dans un contexte très particulier de résurgence du nationalisme . La question du sens à donner à un chant guerrier révolutionnaire peut se poser compte tenu de la teneur des paroles, peu compréhensibles pour des enfants et encore sujettes à polémique chez les adultes .
  • Peut-on encore parler de racisme de façon raisonnée?

    Par | 46 commentaires | 5 recommandés
    L’affaire Lilian Thuram nous rappelle une fois de plus que porter la question du racisme sur la scène publique est le plus sûr moyen de semer la discorde et la confusion.
  • De quoi «l'école de la confiance» de Blanquer est-elle le nom?

    Par | 9 commentaires | 20 recommandés
    «L’Éducation nationale a moins besoin de grands soirs que de petits matins quotidiens. C’est en travaillant à bas bruit, sous les radars, que les conséquences de nos réformes seront absolument majeures» (Luc Chatel). Blanquer a été à bonne école. De quoi son école de la confiance est-elle le nom?
  • Est-ce que l’empathie et la bienveillance peuvent tout résoudre (ou presque)?

    Par
    16702208
    A cette question faussement simple et bien dans l’air du temps, la réponse de Thomas d'Ansembourg est catégorique (dans une interview à la une du Nouvelobs). Ce pape de la communication non violente (CNV) prétend que la résolution des conflits - y compris sociaux - passe par la connaissance de soi.
  • Vers un nouveau Printemps des peuples : quel projet émancipateur ?

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    un-projet-pour-la-france
    L’immense mérite des Gilets jaunes est d’avoir remis au centre des débats la question sociale. L’impôt a toujours fait peuple ai-je rappelé dans un précédent billet. La question des inégalités patrimoniales, fiscales, territoriales doit aujourd’hui s’articuler autour de la refonte de nos institutions et la nécessaire transition écologique.
  • Gilets Jaunes : vers une révolution fiscale ? Oui, mais laquelle ?

    Par | 79 commentaires | 74 recommandés
    inegalites-fiscales-en-france
    L’impôt a toujours fait peuple. Cette évidence historique doit être rappelée au moment où les Gilets Jaunes investissent la place publique. Les gens se révoltent contre un impôt jugé injuste tout en estimant être délaissé par l’Etat.
  • Ce que Trump nous dit de l'époque: questions à Christian Salmon

    Par
    Questions à Christian Salmon suite à son article "Ce que Trump nous dit de l'époque". Comme souvent, vous livrez une des meilleures analyses du phénomène Trump, tout médias confondus. J'avais prévu d'écrire un long article sur le phénomène Trump. J'y ai renoncé en vous lisant car je n'aurais pas fait mieux ! Cependant il y a quelques angles morts dans votre analyse...
  • La torture au Cameroun : l’occasion manquée de Macron

    Par | 1 recommandé
    Le chef de l’État a affirmé qu’en 1957, Maurice Audin « a été torturé puis exécuté ou torturé à mort par des militaires qui l’avaient arrêté à son domicile ». Emmanuel Macron reconnaît ainsi que « sa mort a été rendue possible par un système légalement institué ».