Yves Lenoir

Retraité. Président de l'association Enfants de Tchernobyl Belarus

Paris - France

Sa biographie
Ingénieur de recherche à l'Ecole des Mines de Paris (1971-2010) Membre du Groupe interministériel d'évaluation des options techniques pour les déchets radioactifs (1974-1975) Expert du Gouvernement de Basse-Saxe pour l'évaluation du projet d'usine de retraitement et de stockage de déchets de Gorleben (1978-1979) Membre des Amis de la Terre (1974-1981), Membre du bureau de Greenpeace en France (1984-1987), membre du GSIEN (1975-) Fondateur du Comité de liaison Tchernobyl (1988-1991) Membre de la mission Rivasi sur les déchets radioactifs (2000)
Son blog
28 abonnés Le blog de Yves Lenoir
Voir tous
  • Macron, l'homme d'Etat de la situation.

    Par
    En un an Emmanuel Macron a acquis la stature d'un homme d'Etat. Les forces qu'il a réunies dans et à l'appui d'En marche ! témoignent du pouvoir de conviction de l'homme de la justesse de son analyse et de la solution politique qu'il propose. Le programme d'En marche ! résulte de cet élan collectif, qui dépasse le mouvement et va influer en profondeur sur le cours de la campagne législative.
  • Distinguer l'essentiel de l'accessoire

    Par
    Le choix d'un second tour n'est pas entre la peste et le choléra, mais entre l'essentiel et le secondaire. Nombre de dirigeants et d'électeurs semblent l'avoir oublié et annoncent une décision dictée ou influencée par la propagande de Madame Le Pen.
  • Alexey Yablokov, pionnier russe de la protection de l'environnement, n'est plus

    Par
    L'académicien russe Alexey V. Yablokov est décédé le 10 janvier 2017, à l'âge de 83 ans, au terme d'une longue et douloureuse maladie. A. Yablokov impressionnait : bienveillance, rigueur morale, intransigeance intellectuelle, patriotisme, engagement pour le bien commun et infatigable activité au service de la défense des conditions de la vie sur Terre.
  • Hiroshima et Nagasaki : le hasard et la nécessité ont sauvé le Japon

    Par
    Chaque année début août, on commémore les horribles dégâts humains causés par ces deux explosions, auxquelles la légende attribue la fin des hostilités en Asie. Nul doute que cette contre-vérité fera de nouveau florès sous la plume et dans la bouche de commentateurs « autorisés », qu'aucune contradiction ne leur sera opposée, et que "l'utilité" des arsenaux atomiques ne sera pas mise en cause.
  • Hypothèse de bombes sales contre catastrophes atomiques réalisées.

    Par
    "La bombe sale, une hypothèse terrifiante et peu probable", titre assez inquiétant d'une analyse publiée par Nathalie Guilbert en page 20 de l'édition datée du 2 mai 2016 du quotidien Le Monde. En exergue, son résumé : « L'engin serait un assemblage d'explosifs et de composants, déchets industriels, médicaux ou issus de réacteurs de recherche ».