Adélaïde DUVAL

Ecolo-socialo-féministe

AUBERVILLIERS - France

Sa biographie
Ayant toujours eu une forte conscience écologique et humaine, j'ai d'abord obtenu un master recherche en écologie. Ayant vite pris conscience que j'avais besoin d'être plus au coeur de l'action, et ce notamment au cours d'un long voyage en Amérique du Sud, j'ai ensuite cherché à travailler dans des ONG. Les places y étant chères, je travaille aujourd'hui pour le Ministère de la Transition Ecologique, montant en compétences dans le domaine de la prévention des risques dans le but de retenter ma chance dans les ONG plus tard, étant réellement passionnée par la gestion des crises et des post-crises environnementales. Fonctionnaire le jour, activiste le reste du temps, me voici dans le Club afin de partager mes réflexions sur des sujets qui me tiennent à coeur. - Parce qu’il y en a assez de devoir toujours “relativiser”, “positiver”. Non ! Plein de choses ne vont pas et ça suffit de les nier. On a le droit d’être en colère et vindicatif.ve, on a le droit d’être triste, d’être désespéré.e, atterré.e, hébété.e, abasourdi.e, maussade, pessimiste. Il faut commencer par accepter toute notre noirceur pour pouvoir ensuite la transformer en force d’agir, en moteur pour changer les choses. Je vous propose ici la première partie de ce procédé : un état des choses juste mais particulièrement affligeant, un coup de gueule vivifiant.
Son blog
3 abonnés Le blog de Adélaïde DUVAL
Voir tous
  • La condition de la Femme en ce début de deuxième millénaire - Deuxième partie

    Par
    A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, je mets ici en lumière le fait que hommes cis s’octroient un droit sur le corps de la femme, soit de manière assumée, soit de manière insidieuse à cause, entre autres, du patriarcat et de la culture du viol. Les violences sexistes et sexuelles sont un fléau. La culpabilisation des victimes est un cauchemar lancinant.
  • La condition de la femme en ce début de deuxième millénaire - Première partie

    Par
    Non, il ne fait pas bon naître femme en ces temps soit disant modernes. Non seulement les droits acquis ne sont jamais fermement entérinés mais surtout il reste encore tellement à faire avant que les femmes n'atteignent l’égalité sociale avec les hommes. Ce premier article est un balayage des différents terrains au sein desquels l'inégalité bat son plein.