Blog suivi par 164 abonnés

Histoire, Ecole et Cie

"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
  • Racketteurs de banlieue contre gilets jaunes : les élus font leur choix.

    Par | 2 commentaires | 3 recommandés
    Face à des contestataires à l’indignation sélective qu’on n’a jamais vus jusqu’à présent remettre en cause l’ordre politique et social, la veulerie des élus et des politiciens de tout bord, leurs médiocres calculs ne sont certes pas le signal d’un renouveau démocratique.
  • La direction de l’instruction publique et de la pédagogie confiée à l'armée

    Par | 3 commentaires | 1 recommandé
    La direction de la pédagogie confiée à une militaire : la nomination par Blanquer à la tête du service de l'instruction publique et de l'action pédagogique d’une ingénieure en chef de l’armement et colonelle, pour atypique qu’elle puisse paraître, n’est pas vraiment une surprise. Elle confirme la sérieuse dérive militariste de l’ensemble du système éducatif.
  • Service national : une consultation tronquée, malhonnête, qui ne convainc personne

    Par | 2 commentaires | 3 recommandés
    Un Blanquer évidemment dithyrambique lors de la remise du rapport sur la consultation relative au SNU. Pourtant, à la lecture, ce rapport superficiel et surréaliste renforce toutes les réserves déjà émises sur la nature de cette « consultation », en réalité, une pure opération de communication.
  • Ligue de l’enseignement, Léo Lagrange, au garde-à-vous pour le service national

    Par | 21 commentaires | 18 recommandés
    Alors que le gouvernement communique à marche forcée sur le service national, il vient de recevoir l’appui de deux poids lourds du mouvement associatif – la Ligue de l’enseignement et la fédération Léo Lagrange – qui auront peut-être un jour des comptes à rendre sur leur complaisance pour ce projet d’encasernement des jeunes.
  • Gilets jaunes : le degré zéro de l'action politique

    Par | 22 commentaires | 14 recommandés
    Incontestablement, les gilets jaunes ont droit de la part des médias, et, singulièrement, des médias les plus conservateurs, à un traitement de faveur qu’attendent en vain depuis des années les mouvements sociaux qui sont au contraire la cible des éditocrates de tout poil. Ça doit vouloir dire quelque chose...
  • Le service national contre l'ennemi de l'intérieur

    Par | 61 commentaires | 57 recommandés
    Dans un rapport en date du 12 février 2018, l’IHEDN voit dans le SNU (service national universel) un outil d’éducation totale des jeunes mais aussi de contrôle de toute la société. « Une transformation silencieuse » qui passe par des préconisations qui font froid dans le dos.
  • 11 novembre : "détrousseurs de cadavres et imposteurs..."

    Par | 4 commentaires | 5 recommandés
    Le grand cirque mémoriel aux relents se termine dans une confusion, un désordre, qui n’ont rien d’accidentel. Ces quatre années de commémoration officielle, ont montré, notamment à l'école, que l’hommage aux morts était un prétexte à tout autre chose, un hommage à la guerre et une légitimation des dirigeants et des idéologies qui rendent les guerres possibles.
  • Dans l'académie de Versailles, un stage commando pour les chefs d'établissement

    Par | 4 recommandés
    Une quarantaine de chefs d’établissement de l'académie de Versailles rassemblés dans un camp militaire pour un stage de « gestion de crise » : entre burlesque et sordide, mais pas nouveau.
  • Centenaire de 1918 : à l’école, le devoir de mémoire est une escroquerie mémorielle

    Par | 59 commentaires | 54 recommandés
    A l’image des quatre dernières années de commémoration scolaire autour de la Première guerre mondiale, les cérémonies du 11 novembre s’annoncent patriotiques et militaires. Avec cette confirmation : à l'école, l’hommage aux morts a sérieusement dérivé vers un hommage à la guerre et à ceux qui l’entretiennent.
  • #pasdevague (4) : Pour Blanquer, la raison du plus fort est toujours la meilleure.

    Par | 1 commentaire | 4 recommandés
    En 2008, la violence d'un enseignant sur un élève avait déclenché une campagne d'hystérie malsaine dénonçant non pas l'enseignant coupable mais l'élève victime. En arrière-plan : la valeur reconnue à la parole de l'élève. Dix ans plus tard, une déclaration ministérielle confirme que cette parole ne vaut pas grand chose.