B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

2 Éditions

Billet de blog 22 mars 2019

Le SNU, cache-misère d'une école inégalitaire

Brassage social, mixité sociale, vivre ensemble : les éléments de langage mis en avant de façon récurrente pour justifier la mise en place du SNU (service national universel) se heurtent pourtant à la réalité des choses, notamment celles d’un système scolaire profondément inégalitaire qui ne met jamais les élèves en situation d’échapper au déterminisme social.

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Brassage social, mixité sociale, vivre ensemble : les éléments de langage mis en avant de façon récurrente pour justifier la mise en place du SNU (service national universel) – et souvent partagés par une large partie de l’opinion publique toujours sensible au mythe égalitariste de la conscription – se heurtent pourtant à la réalité des choses, notamment celles d’un système scolaire profondément inégalitaire qui ne met jamais les élèves en situation d’échapper au déterminisme social. La constatation n’est certes pas nouvelle : l’école de la 3e république, fondée sur une séparation stricte d’un cursus primaire pour les enfants du peuple alors que les études secondaires (payantes jusqu’en 1930) étaient réservées aux milieux favorisés, est contemporaine des gros bataillons de conscrits censés symboliser un principe d’égalité qu’une république d’essence bourgeoise n’a dans les faits jamais cherché à mettre en œuvre. Quelques années de discipline militaire abrutissante ne pouvaient donner le change qu’à condition de confondre égalité et uniformité.

Une confusion qui, de fait, vaut toujours pour le SNU, organisé autour de deux semaines d’encasernement en uniforme qui dispensent le système éducatif – et la société qui s’en accommode – d’avoir à se remettre en cause. De fait, comme l’écrit Jean-Paul Delahaye dans un article au titre évocateur (1), « la France reste l’un des pays où l’origine sociale pèse le plus sur les destins scolaires. Notre élitisme est tout sauf républicain, il est essentiellement un élitisme social qui ne veut pas dire son nom. » Une situation observée par exemple pour les élèves décrocheurs parmi lesquels 5 % sont des enfants de cadres et 45 % des enfants d’ouvriers. Ou encore dans le fait que si « 90 % des enfants d’enseignants et de cadres supérieurs qui entrent en 6e obtiennent un baccalauréat sept ans après, cde n’est le cas que pour 40 % des enfants d’ouvriers ». Encore ne s’agit-il pas du même bac pour tous : général pour les premiers, professionnel ou technologique pour les seconds.

Mais cette situation se dessine très amont du bac (et de la classe de 2nde dont le gouvernement prétend faire le support du SNU…) : en France, en dépit des déclarations officielles, « on ne scolarise pas ensemble ». La ségrégation des établissements n’est qu’un des éléments d’une « ghettoïsation » du territoire que les pouvoirs publics ont laissé se développer pendant des décennies : « 12 % des élèves – rappelle Jean-Paul Delahaye – fréquentent un établissement qui accueille deux tiers d’élèves issus de milieux socialement très défavorisés (ouvriers, chômeurs et inactifs) ». Une ségrégation qui s’observe également à l’intérieur d’un même établissement, notamment en collège, par le jeu des options, une pratique que le précédent gouvernement avait timidement tenté de freiner avant que Blanquer ne revienne en arrière. Aidé, il est vrai, par la complaisance d’une bonne partie du corps enseignant et des parents.

En outre, il est indéniable que les choix budgétaires officialisent et confortent la discrimination sociale, comme l’atteste le montant des dépenses alloué par la collectivité aux différents degrés de scolarité : 6000 euros par élève et par an à l’école élémentaire, 8500 euros en collège, plus de 11 000 euros en lycée…plus de 14 000 euros en CPGE. Autrement dit, alors que l’école élémentaire scolarise indistinctement tous les enfants, la collectivité lui attribue deux fois moins qu’à un élève de lycée qui a déjà fait l’objet d’un tri sélectif, nettement moins encore qu’à un élève de classe préparatoire pratiquement toujours issu d’un milieu favorisé. Donc, des choix budgétaires contraires à ce qu’on attendrait d’une politique de justice sociale. Et ce ne sont pas les 3 milliards d’euros qu’il est prévu de prélever chaque année sur les budgets éducatifs pour financer le SNU qui contribueront à améliorer la situation.

Enfin, puisque 15 jours de vie commune dans le cadre du SNU sont considérés par les promoteurs du projet comme indispensables au brassage social, on ne peut s’empêcher de mettre cet argument en regard… des 18 jours de classe supprimés chaque année aux écoliers par le passage à la semaine de 4 jours, l’équivalent d’une demi-année d’école amputée de la scolarité élémentaire.

Vu sous cet angle, le SNU apparaît d’abord comme un élément de communication, le cache-misère d’une Education nationale qui n’a jamais été en mesure de donner corps à un véritable projet de mixité sociale.

(1) - Comment l'élitisme social est maquillé en élitisme républicain

Le SNU sur ce blog :

- Un service militaire financé par l'Education nationale
- Le recul de Blanquer ne met pas fin à la menace
- Les lycéen.nes au péril des gilets jaunes
- Service national … : les profs ne voient pas le problème
- Une consultation tronquée, malhonnête, qui ne convainc personne
- Attal, secrétaire d'état au service national, s'est déjà bien servi
- Ligue de l'enseignement et Léo Lagrange au garde-à-vous pour le service national
- Le service national contre l'ennemi de l'intérieur
- Obligatoire, militarisé et punitif, le SNU est d'abord une servitude militaire
- Service national universel : surveiller et soumettre
- Financement du service national : 1800 postes supprimés dans l'éducation

- Service national : un projet qui vise les plus jeunes, toujours plus jeunes
- Eté 2018 : dernier été de liberté pour les 16-18 ans ?
- Service national : internement obligatoire confié à l'Education nationale

- Les députés et le service national : l'école en première ligne
- Service national Macron : une France qui a peur de sa jeunesse

- Brassage social : la grosse arnaque du service national
- Une consultation en ligne pour les dupes
- La ministre des armées me répond...mais vise à côté

Notes également consultables à l'adresse : http://journaldecole.canalblog.com/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey