Belab
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

L'escarbille

Suivi par 62 abonnés

Billet de blog 18 sept. 2017

La coalition des intérêts particularistes (Partie 2).

Comment désolidariser le mentor saoudien de sa créature wahhabite? L' appeler salafiste. La monarchie pétrolière saoudienne est d’une importance vitale pour l’Amérique ; elle est la clé de voûte de la triangulation «Dollars-pays consommateurs de pétrole –pays producteurs de pétrole », un système qui permet aux USA de vivre aux crochets du reste du monde : elle ne saurait être compromise.

Belab
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Début de l'article lien:https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/170917/la-coalition-des-interets-particularistes-shaf-ou-l-aristocratie-du-moment  

          La coalition des intérêts particularistes ( Partie 2 ).

2) Au royaume des aveugles les borgnes sont rois.

Le bouc émissaire shiite iranien était bien mal en point après la guerre Iran/Irak et l’embargo dont il fit l’objet : il n’était plus crédible comme épouvantail. Un coup d’œil expert en a vite découvert dans les montagnes afghanes un bien meilleur : les talibans.

Oui, mais comment désolidariser le mentor saoudien de sa créature wahhabite. On eut un trait de génie : appeler ce monstre salafisme. En effet, le wahhabisme, colonne vertébrale du royaume Saoudien, ne saurait être compromis durablement et ouvertement .La monarchie pétrolière est d’une importance vitale pour l’Amérique : elle est la clé de voûte de la triangulation «Dollars-pays consommateurs de pétrole –pays producteurs de pétrole », un système qui permet aux USA de vivre aux crochets du reste du monde [1] (lien).

A la fin des années 70, les USA échaudés par les perturbations du marché du pétrole, dommageables  pour leurs intérêts, avaient entrepris de reprendre en main la situation. L’assassinat du roi Fayçal par les siens facilita miraculeusement le retournement de situation. En 1979, Paul Wolfowitz livra à son commanditaire le projet de la « doctrine Carter » visant d’abord à inféoder définitivement et à sanctuariser le Royaume au bénéfice des USA : une TASK-force fut  créée à cet effet, le - elle fut  rebaptisée, sous l’ère Reagan CENTCOM. Après la chute de l’URSS, la prédation US, n’ayant plus d’entraves, se déchaîna [2] (lien)

La situation internationale campée, revenons à la secte wahhabite d’Arabie Saoudite [3] lien).

Considérée comme « bida’a » ou hérésie - par tous les historiens d’avant 1979 - la secte wahhabite d’Arabie Saoudite : s’était mise au service de son protecteur US. L’invasion de l’Afghanistan par les soviétiques l’amena à jouer un rôle de premier plan auprès des résistants afghans – lesquels étaient qualifiés de combattants de la liberté par Ronald Reagan - et de leur base arrière, le Pakistan de Ziah-Ul-Hak. Elle apparut dans un premier temps - puisqu’alliée des USA - notre amie : d’où la facilité dont elle bénéficia pour son expansion tentaculaire (sur tous les continents) et pour son offensive – pugnace- pour ravir la tête de gondole sur tous les segments du marché de la foi islamique.

L’attentat spectaculaire du 11 septembre 2001, à New York, décilla nos yeux ; malgré nos œillères notre champ visuel s’élargit. L’Arabie Saoudite apparut sous un jour nouveau : 15 des 19 terroristes étaient saoudiens. Par une curieuse logique, on focalisa notre attention sur L’Irak de Saddam Hussein qu’on finit par agonir sous les bombes.

Une loi, datant d’Abraham Lincoln, donna carte blanche à l’administration US qui put ainsi imposer le « Patriot-Act » qui fit taire toutes les protestations : G.W.Bush obtint ainsi tous les droits, y compris celui d’utiliser les obus à uranium enrichi dont les résidus contaminent encore aujourd’hui l’eau et donc les populations dans les régions de Baghdâd, de Bassora et celles frontalières du Koweït.

Malgré la décision de Jacques Chirac de ne pas suivre G.W.Bush dans son aventure criminelle, nos lobbies particularistes n’en démordirent pas, mieux, le matraquage médiatique aidant, l’ « Islam » de leur assemblage venait de prendre de l’envergure.

« L'ignorance des causes et de la constitution originelle du droit , de l'équité, de la loi et de la justice dispose l'homme à faire de la coutume et de l'exemple la règle de ses actions, de telle sorte qu'il pense que l'injuste est ce qui a été la coutume de punir, et le juste ce dont il peut produire un exemple d'impunité et d'approbation,(…); comme les petits enfants qui n'ont pas d'autre règle des bonnes et des mauvaises manières que les corrections qu'ils reçoivent de leurs parents et de leur maître; sauf que les enfants sont fidèles à leurs règles , alors que les hommes ne le sont pas parce que, étant devenus forts et têtus, ils en appellent à la coutume contre la raison, et à la raison contre la coutume, comme cela sert leurs intentions, fuyant la coutume quand leur intérêt l'exige, et s'opposant à la raison aussi souvent que la raison s'oppose à eux. Ce qui fait que la doctrine du juste et de l'injuste est perpétuellement un objet de débat tant par la plume que par l'épée (…) ». Thomas Hobbes, Léviathan p. 92

La raison aurait voulu que l’on fît une halte dans notre ascension vers l’horreur pour faire connaissance avec la réalité de l’Islam[4] (lien) .Le terrain bien exploré et nos pas assurés derrière les garde-fous de notre Constitution et de la loi du 09 décembre 1905 , il nous eût été alors facile de sortir cette religion et nos compatriotes musulmans de l’unicité mensongère dans laquelle le matraquage médiatique les avait dangereusement confinés.

Au lieu de cela, depuis bientôt 40 ans, nous avons abandonné à des lobbies particularistes la charge « d’éclairer » notre chemin à la lumière polarisée de leurs intérêts bien compris .Entre deux répliques telluriques du chaos moyen-oriental résultant de la doctrine Carter , immanquablement , on les a vus et on les voit encore s’agiter dans tous les médias afin de parfaire , à l’aune de l’actualité du moment , leur propagande : ils incisent ici , interpolent là , impulsent une inflexion , si nécessaire , et , lorsque le contexte international montre un répit , ils se métamorphosent , le temps qu’il faut, en Pénélope pour faire et défaire à l’envie des trames de problèmes « domestiques » ( dérisoires, vus sous l’angle solide de nos lois et de notre constitution) : les menus scolaires ,les mères voilées en sorties scolaires , le foulard ,le burkini et le steak halal du Quick du coin.

Bref, nos lobbies particularistes instillent l’improbabilité - selon Norbert Wiener- nécessaire et suffisante pour polariser l’attention sur le même bouc émissaire durablement sans affaiblir l’impact de leur message. Ils ont fait de la liberté d’expression et de la laïcité leurs apanages ; elles sont devenues, entre leurs mains, une cybernétique génératrice d’un flux continu d’arguments idoines au service d’un but unique : leur propagande. Qu’importe la vérité, qu’importe l’innocence broyée , qu’importe l’honneur de tel citoyen ou tel autre mis en cause par leurs soins, seuls comptent leurs intérêts particularistes . Ils foulent au pied notre Constitution et la loi du 09 décembre 1905, socle fondamental de la laïcité, [5] (lien) en clamant, cyniquement, être les gardiens de son « tabernacle républicain ». Ils s’autorisent même à dire qui est français et qui ne l’est pas, faisant fi de la loi du sol - vieille de 500 ans, pourtant !

Ils pratiquent l’entregent et le « renvoi d’ascenseur » ; ils ont leurs entrées dans les hautes sphères des pouvoirs ; ils corsettent la Culture et l’édition et disent qui peut publier et qui ne peut pas. Faiseurs d’opinions - prescripteurs donc - ils ont barre sur les 10 milliardaires qui possèdent nos medias (cf. Laurent Mauduit, « main basse sur l’information », chez Donquichotte). Ils sont ondoyants avec le pouvoir en place mais n’hésitent aucunement à « tordre le bras » aux rares hommes politiques encore récalcitrants pour les amener à leurs vues. Ils tuent, médiatiquement et socialement, quiconque s’oppose à eux, et facilitent les carrières des Rastignac qui leur font allégeance. Pour faire partie de cette aristocratie du moment - crème de la crème de l’élite française - il faut être sioniste, homosexuel, athée et néo féministe ; l’absence d’une de ces qualités vous rétrograde d’un cran dans la hiérarchie. Sûrs de l’impunité, ils biaisent de manière éhontée les lois de la République.

Mais que font les mouvements féministes et « gays–et-lesbiens » dans « cette galère » ?

Todd Sheppard, dans «mâle décolonisation » (Bibliothèque Historique Payot) passe en revue la période historique de la libération sexuelle, au tournant de mai 1968, le combat du MLF et celui du FHAR. Que sont devenues ces luttes ! Constater la dérive de ceux et celles qui se proclament, aujourd’hui, leurs héritiers est positivement déconcertant.

En effet, comment passe-t-on de la solidarité avec l’anticolonialisme et l’émancipation des peuples opprimés, au soutien - ouvertement ou honteusement -du colonialisme israélien et aux guerres de prédation pétrolière US du grand Moyen-Orient ? Comment passe-t-on du droit à la différence proclamé par le FAHR (le premier sur ce terrain) au mouvement gay et lesbien contemporain en pamoison devant l’étroitesse d’esprit de Caroline Fourest et de sa compagne Fiammetta Venner, leurs égéries du moment ? Comment passe-t-on de Djamila Bouhired, Hassiba Ben Bouali, Zohra Drif et les autres à la « tragicomédia dell’arte » d’une Mme Badinter [6] (lien) pourfendant, sous le masque d’un féminisme de caste, les revendications légitimes de son sexe qui, pour la circonstance, ont la mauvaise idée de se décliner sous le mode musulman.

La même intelligentsia féministe bourgeoise, après avoir bombardé Olympe de Gouges Jeanne d’arc du féminisme triomphant, tressé une couronne d’épine et une de laurier pour ceindre le front de la martyre doublée d’héroïne, se garde bien de respecter les desiderata de cette dernière [7] (Lien)

En effet, aux yeux d’Olympe de Gouges, la référence à Dieu - l’Être suprême, comme elle dit - n’est aucunement un flétrissement de son sexe ni de sa cause .Ne déclare-t-elle pas dans le préambule à la  Déclaration des Droits de la femme et de la citoyenne : « Le sexe supérieur en beauté comme en courage (…) reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être suprême les droits de la femme et de la citoyenne » ? Pour elle, les femmes – croyantes ou pas - doivent s’unir et résister ; ne martèle-t-elle pas dans l’article 2 : « le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de la femme (…) ; ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et surtout la résistance à l’oppression » ? Quant aux oukases de nos féministes bourgeoises contemporaines qui savent « ce qui est bien pour la Femme » , Olympe de Gouges les avait déjà balayés d’un revers de main ; dans son article 5 , ne stipule -t-elle pas : «(…) tout ce qui n’est pas défendu par ces lois ne peut être empêché et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elles n’ordonnent pas » ? .Dans son article 6, n’attire-t-elle pas déjà l’attention sur la tentation centrifuge du « deux poids et deux mesures » : « la loi doit être l’expression de la volonté générale (…) elle doit être la même pour tous » ?

Madame Badinter, que le foulard indispose et le burkini met en transes, est par ailleurs contre toute entrave à la prostitution [8] lien. Magnifique, n’est-ce pas ? Bien des mâles pensants, de mes amis, n’en croient pas leurs yeux et se pâment d’aise : il est, effectivement, « revivifiant » de voir « midi et demi » à sa porte ; M. PY, Maire de Leucate, qui, lui aussi, s’était indigné contre l’occultation des « horloges », ne me contredirait pas [9] lien.

Le ridicule, en principe, ne tue pas, mais en l’occurrence, si : il est dangereux de laisser la colère en butte à la provocation et à la manipulation débridée des lobbies particularistes, de nos ennemis et de nos faux amis.

Les droits et les devoirs qui ne sont pas partagés par tous les citoyens s’appellent des privilèges. Il incombe au Ministère Public de faire respecter les lois et la Constitution de la République, par tous.

La démarche de l’auteur est citoyenne .Vous aimez cette article ? Partagez-le sur les réseaux.

Les liens . 

[1] Un système qui permet aux USA de vivre au crochet du reste du monde [1] (lien) https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/281216/moyen-orient-genese-du-chaos-et-si-y-regardait-de-plus-pres
[2] prédation US, [2] (liens) https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/210217/genese-du-chaos-moyen-oriental-v , https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/030217/genese-du-chaos-moyen-oriental-iv , https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/200117/l-empire-us-contre-le-droit-international-iii  , https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/100117/genese-du-chaos-moyen-oriental-ii  (lien corrompu  , effacer %20 , puis entrée ),          et enfin https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/281216/moyen-orient-genese-du-chaos-et-si-y-regardait-de-plus-pres
[3] Wahhabisme d’Arabie Saoudite, lien) https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/130617/b-4-le-salafisme-wahhabite
[4] avec la réalité de l’Islam, (lien) https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/270916/de-la-soi-disant-unicite-de-la-sharia-et-du-pseudo-monolithique-islam
[5] Viol de la Constitution et de la laïcité, (lien) https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/011016/lettre-ouverte-m-le-president-de-la-republique
[6] Mme Badinter, (lien) https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/210717/elisabeth-badinter-un-creve-coeur-0
[7] Déclaration des droits de la Femme, (lien) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64848397/f8.image
[8] Pas d’entrave à la prostitution, (lien) : https://www.youtube.com/watch?v=4hRnlD4QW9k
[9] Une histoire de culs et chemises lien : https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/070916/le-temps-des-tartuffe-irresponsables

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz