Belab
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

L'escarbille

Suivi par 61 abonnés

Billet de blog 23 nov. 2017

Du méchoui de pieds de porcs à la curée des hyènes et des vautours.

« Le temps est aux tambours de la renommée facile (…) aux trompettes de Jéricho, (…) à l’apocalypse estampillée Doctrine Carter » , aux cavaliers de la turlutte ». « Un monde de fou ! Voilà qu’on crucifie Edwy Plénel parce que Tarik Ramadan est présumé violeur ", écrit, furieux, le Gaulois rennais colérique à l’étroit dans la camisole de son désespoir.

Belab
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Tout se barre en 🙂ouilles ! » écrit le Gaulois colérique rennais dans son dernier Samizdat. « Un monde de fou ! Voilà qu’on crucifie Edwy Plénel parce que Tarik Ramadan est en butte à des plaintes pour viol. Quel est le lien de causalité ? Edwy Plénel serait-il devenu, sur le tard, le préposé aux chandelles de Tarik Ramadan ? »

Hier Jean Bobéreau, Jean-Louis Bianco, Pascal Boniface, aujourd’hui Edwy Plénel et Edgar Morin, autant d’hommes dont l’honneur est jeté aux chiens, comme dirait feu le Président Mitterrand. Tous coupables, aux yeux de nos divas des lobbies S.H.A.F. [1], d’avoir osé contrer les thèses laïcistes [2]avec, dans une main, notre Constitution et, dans l’autre, la loi du 09 décembre 1905 et eu le front de proclamer (une lapalissade !) que nos compatriotes musulmans sont des citoyens français.

Edwy Plénel a signé sa mise à l’index et mérité son excommunication - par les tenants du laïcisme ,la nouvelle religion aux mille Savonarole – le jour où il commit un livre titré « pour les musulmans », dans lequel il prenait la défense des Français musulmans comme, hier, Emile Zola défendit les juifs français dans son article mémorable « pour les juifs ». La comparaison du malheur actuel du « musulman errant » et celui du « juif errant » a été ressentie comme une insulte personnelle par Elisabeth Lévy et Alain Finkielkraut (ce dernier porta l’élégance morale jusqu’à traiter la moustache célèbre de « sourire de la Stasi ») et un « bâton dans les roues » par le reste des lobbies des intérêts particularistes S.H.A.F.

On sentait venir ce pourrissement. Ces derniers temps, nous avons vu les lobbies S.H.A.F.  s’agiter pour rameuter leurs troupes : Mme Badinter[3], Charlie Hebdo [4]  ,  lequel a tenté vainement de réamorcer la pompe à finance  et de nous refaire l’ épopée épique du Charlie hebdo de Philippe Val [5]  , Caroline Fourest  [6], Marianne  , Valeurs Actuelles , Le Figaro , Alain Finkielkraut [7](qui est allé jusqu’à falsifier l’histoire récente de l’Allemagne pour parer l’objet de sa haine : les blacks et les beurs de nos ghettos ) .

Voilà que resurgit un homme politique, Manuel Valls. Chiffonnier du déshonneur, il glane dans les poubelles de l’histoire récente les frusques idéologiques usées jusqu’à la trame par Sarkozy et la droite extrême. Il rameute ses troupes (les naufrageurs du Parti Socialiste !) pour revenir en politique coûte que coûte : il joue son « va-tout », « ça passe ou ça casse ».

Nous le croyions politiquement mort comme Sarkozy, son frère dans l’ambition forcenée, siamois dans l’hubris et le manque de retenue. Hier encore, il se haussait du col, la lippe mauvaise, la kippa sur la tête (lui, le Premier Ministre de la France jalousement laïque !) – clamant que « l’antisionisme, c’est de l’antisémitisme» ( répercutant ainsi la propagande de M. Netanyahou , relayée par son antenne française , le CRIF[8]  ,tançant Macron , encore son subalterne, squattant, sans vergogne, le costume, trop grand pour lui, de Clémenceau, indifférent aux fractures que ses positions génèrent dans notre société par leur « deux poids et deux mesures » aussi outrancier que lancinant . Valls agit comme ces bergers (bergers à temps partiel, bandits tout autant) sardes ou corses, qui, armés de leurs lupari et de leurs briquets, sèment les incendies pour que, des brûlis, renaissent les herbages du renouveau.

Au cours des années 30, rapporte Anton Van Miller, une cruelle anecdote déclenchait l’hilarité des israélites : «colporteur juif a mordu chien berger allemand ». Ce soi-disant télégramme - quintessence de dérision et d’autodérision – résume en peu de mots le besoin du national-socialiste persécuteur de passer pour l’innocent persécuté et spolié. Ce pseudo-télégramme chante désormais la saga de votre déshonneur, aussi, M. Valls, vous qui remettez sur la sellette le « musulman errant » en lieu et place du « juif errant ».

A ce sujet, le Gaulois colérique rennais écrit dans son tout dernier samizdat : « Gérard Filoche a été vidé du PS pour un tweet antisémite. Valls – qui a acheté sa place en esquintant le chanfrein de Macron (n’est pas la Goulue à genoux devant Toulouse Lautréac qui veut !) – déshonore « En Marche » par ses clameurs péremptoires antimusulmanes. Il est toujours là, lui .Les musulmans n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes : en ne votant pas, ils laissent aux hommes politiques toute latitude pour mépriser leur citoyenneté et l’avenir de leurs enfants. »

Ils croyaient être débarrassés de lui définitivement, les petits gavroches de nos banlieues, eux qui crient encore, frémissant de colère, « aux petits hommes, les petits destins ! », eux , les boucs émissaires idoines , le reliquat, le résidu, la « caillera » ou plutôt l’innocence mise en croix , sur la Via Apia de l’autre France , la revancharde , la rance et ce , à perpétuité , comme pour l’exemple .

Entravés par le complexe du vieux Salamano - la rancœur recuite - jamais nous ne leur pardonnerons le mal que nous leur avons fait pendant des siècles !

Juste après les manifs « je suis Charlie » http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/05/07/manuel-valls-nous-devons-resister-au-pessimisme-ambiant_4629245_3224.html#AoTmxlURRjEPA8ZM.99 Valls, vautour sous les plumes de l’aigle, désignait à la vindicte populaire ces « nombreux Français, notamment dans les quartiers populaires, [qui] délibérément, n’y ont pas pris part ». Il crut devoir préciser : « Que des citoyens aient volontairement fait le choix de se tenir à l’écart doit évidemment nous interroger, et nous commande d’agir ».

Décidément, l’homme sonde les cœurs et les reins !

Et le doute dans tout cela ? Le doute en guise de garde-fou, l’homme se serait rendu compte de la bêtise de ses propos : les habitants de nos ghettos, « les quartiers populaires » comme il dit, ne s’étaient peut-être pas déplacés, mais la majorité des Français de la région parisienne non plus. À ces derniers pourtant Valls (toujours sondeur des reins et des cœurs) trouva au pied levé une excuse : « D’autres ne se sont pas sentis concernés, non par opposition au mouvement, mais simplement parce que les difficultés quotidiennes – le réel – les empêchent, trop souvent, de croire à cet idéal rappelé avec force par les slogans et les pancartes : la citoyenneté, la cohésion, la solidarité ».

Questions : Pourquoi nos ghettos ne bénéficieraient-ils pas de cette même excuse ? Leurs difficultés quotidiennes ne sont-elles pas aussi, voire plus grandes que celles des autres Français ? Par ailleurs, comment pourraient-ils croire à cette poudre aux yeux lancée par Valls avec la componction du Tartuffe : «croire à cet idéal rappelé avec force par les slogans et les pancartes : la citoyenneté, la cohésion, la solidarité » ?

La citoyenneté ? La cohésion ? La solidarité ? Moins que quiconque, ces relégués, Français de seconde zone, soldes des comptes « colonisations » et « esclavages », en butte depuis toujours au racisme, à l’ostracisme, à la menace sur leur nationalité - donc sur leur citoyenneté- pourraient « croire à cet idéal rappelé avec force par les slogans et les pancartes ».

Mieux, les gavroches de nos ghettos, goguenards, les reins tendus, pourraient répondre, en toute légitimité : « tu l’as dit bouffi ! Il ne s’agit que de slogans et de pancartes : les armes classiques des professeurs Jean Fume et Bezkou Yon. »

M. Valls pointe du doigt Edwy Plénel « complice d’intention des Islamistes » comme hier des politiques et des journalistes criaient aux soi-disant « complices d’intention des anarchistes ».

À ce propos Clémenceau - dans un contexte socio-politique quasi identique au présent (les attentats étaient, alors, l’œuvre des anarchistes) - écrivait   (source : La mêlée sociale, 1895, page 385). (Voir également lien)  :  «C’est  l’occasion  de  profiter  de  l’horreur  qu’inspirent d’abominables attentats, pour essayer de reprendre  à  la République  les  libertés  péniblement  conquises  sur  l’esprit  de  réaction(…) D’instinct, chacun suit déjà sa pente. C’est la faute des écoles laïques, dit le « Figaro », oublieux des frères de la doctrine chrétienne qui furent les maîtres et les éducateurs de Vaillant [attentat contre le Palais Bourbon du 9 décembre 1893] . Le coupable, c’est le socialisme, crie M. Yves Guyot, économiste : « plus que jamais nous considérons comme une « trahison » toute complaisance et toute faiblesse à l’égard des socialistes complices  d’intention  des  anarchistes. Ah ! La « complicité d’intention », la  voilà  revenue : je  l’attendais(…) cette  inquisition  des consciences. (…).Comme tout socialiste est, par définition, « complice d’intention » des jeteurs de bombes, c’est trahison que de ne pas frapper cet homme d’estoc et de taille. Cela peut mener loin, sans doute, et la liste est longue de M. Jules Guesde à M. Cavaignac, avec son impôt progressif. Cognons toujours : le diable reconnaîtra les siens (…) Pour de telles insanités, les monarchistes ont une excuse. Les républicains, non. Que ne regardent-ils en arrière, les malheureux affolés ? Que ne rappellent-ils le souvenir de ce qu’ils ont rêvé, voulu, promis ? Je les vois, à la chambre et dans le ministère, oublieux du passé, inconscients du présent, artisans d’un redoutable avenir)" .

À travers les âges, Clémenceau s’adresse à M. Valls aussi, lui qui réinvente la « complicité d’intention » pour sacrifier l’honneur d’un homme sur l’hôtel de son ambition forcenée. « Caudillo du café du commerce » à l’autoritarisme hystérique, Valls revient dénoncer (véhément comme toujours) les « gens dangereux » qui, selon lui, feraient preuve de complaisance à l’égard de l’islamisme : il prône leur traque et exige qu’ils « rendent gorge » et « soient écartés du débat public ».

Ce qui fait écrire, rageusement, au Gaulois rennais colérique, dans son dernier Samizdat : « c’est de la démocratie à la mords-moi ce qu’on veut ! » (…) « Les phalanges de l’Inquisition sont de retour ! À quand les bûchers de l’intolérance ?».

Il ne manque à la fameuse tirade de « scareface » que le croc de boucher et la batte de baseball « casse-tête ». Valls ose s’en prendre en ces termes à un journaliste coupable à ses yeux de faire son travail. Pour asseoir sa vindicte, il n’hésite aucunement à détourner les propos d’Edwy Plénel en les dramatisant à l’excès  https://www.youtube.com/watch?v=HlSzlyLG6hk chez J.J. Bourdin (pour faire court, Cf. minute 10 :03/20 :24): « C’est un appel au meurtre. Edwy Plénel n’est pas n’importe qui [partant, sa faute n’en serait que plus grande, tend à insinuer Valls] quand on prend la phrase exacte, où il me cite par ailleurs, où il nous assimile à l’extrême droite, c’est très grave J.J. Bourdin, c’est très grave, c’est un appel au meurtre ! ».

Comediante ! Tragediante ! Si l’on prend « la phrase exacte » comme vous dites, monsieur l’ex-premier ministre - de la France qui « n’est pas n’importe quel pays » non plus - vous mentez, au moins par omission.

Voici la phrase exacte telle que prononcée par Edwy Plénel sur France info , Cf. enregistrement audio (lien) https://www.francetvinfo.fr/societe/justice/tariq-ramadan/pour-edwy-plenel-la-une-de-charlie-hebdo-sur-mediapart-est-une-guerre-aux-musulmans-menee-par-une-gauche-egaree_2457924.html: « La Une de Charlie Hebdo fait partie d’une campagne plus générale que l’actuelle direction de Charlie Hebdo épouse .M. Valls et d’autres , parmi lesquels ceux qui suivent M. Valls , une gauche égarée , une gauche qui ne sait plus où elle est , alliée à une droite identitaire , trouve n'importe quel prétexte , n’importe quelle calomnie , pour en revenir à leur obsession : la guerre aux musulmans , la diabolisation de tout ce qui concerne l’islam et les musulmans » .

Remarque 1: Comme chacun peut le constater, prudent comme un sioux, Edwy Plénel prend le temps de préciser – à chaque fois- ce qu’il veut dire et en particulier pour ce qui concerne l’extrait dont se servent ses ennemis pour l’atteindre : le groupe de mot « la guerre aux musulmans » est expliqué aussitôt par « la diabolisation de tout ce qui concerne l’islam et les musulmans ».

Charlie Hebdo, comme du reste Valls, associent en permanence islam et attentats « schuntant », se faisant, une précision capitale : l’islamisme, c’est de la politique, l’islam, lui, est une religion avec ses multiples obédiences .

La quasi-totalité des victimes des islamistes sont des musulmans. Même dans les attentats qui ont lieu sur notre territoire, les musulmans ont payé un lourd tribut. Pourtant, le 22/11/ 2017, Valls ose déclarer : «les musulmans sont un problème » lien https://www.youtube.com/watch?v=gLGY6ziALxA

Quel déshonneur, M. Valls ! Outrancièrement pro-sioniste, vous et vos semblables avez saccagé l’image de la France aux yeux des nations puis, par petites étapes - sur le sentier de la haine du musulman - vous avez fini par rejoindre votre place légitime dans les fosses septiques de l’Histoire. Vous êtes désormais juste à côté d’Alain Finkielkraut , de Zemmour et surtout de celui dont vous êtes le suppôt : Hanfstaengl, chef du bureau de la Presse étrangère du parti nazi qui ,en 1934, au congrès de Nuremberg , dans une déclaration officielle destinée à l’étranger, déclarait : « les principes racistes [de la doctrine nazie] n’étaient que la consécration d’une expérience faite par le monde depuis 3000 ans, avec le problème juif » Privée de ce « problème juif » précise Van Miller , « de l’avis même des cadres nazis, leur doctrine perdrait donc sa raison d’être. Ce « problème juif » s’invitait dans les discours, dans les conversations de chaque jour, au restaurant, dans les cafés et même dans les familles. Non seulement la « question juive » était devenue, chez les Allemands, une monomanie mais en sus elle exaltait leur sentiment national : dieu merci, ils n’étaient pas juifs, eux. » (SOURCE : Anton Van Miller in, « La Nation de la Mort », 1938, p.81)

Remarque 2: Pour ce qui est de la « Une » de Charlie-Hebdo évoquée dans l’extrait ci-dessus par Edwy Plénel, il s’agit bien sûr de celle dans laquelle le journal satirique dessine une érection gargantuesque de Tarik Ramadan qu’il qualifie de « 6ième pilier de l’islam ». En effet, pourquoi associer tous les musulmans aux éventuelles fautes de Tarik Ramadan ? N’en déplaise aux uns et aux autres, c’est là une vexation gratuite de plus à l’endroit des musulmans. Qu’on ne vienne pas me dire que c’est là une mise en scène sans mauvaises intentions.
Ne nous voilons pas la face : la tempête médiatique récente qui atteint Edwy Plénel, Médiapart, Jean-Louis Bianco, Edgar Morin et Tarik Ramadan a pour but de souffler sur les braises de l’islamophobie et d’embraser les opinions afin de mettre derechef l’islam au cœur des polémiques.

Quel filon aurifère (au surplus, d’exploitation aisée tant l’islam de France [9]est sans défense) ! Nous l’avons vu , ces polémiques « boostent » les thèses coupables des lobbies S.H.A.F., les auditoires des medias et les ventes des journaux en apportant périodiquement la touche nouvelle à leur propagande – selon le mécanisme de l’information moderne excellemment décrit par Norbert Wiener – dans le but de garder le lecteur et l’auditeur captifs.

Le Figaro magazine écrit en couverture : « Politiques, journalistes, intellos – l’Islamosphère- enquête sur les agents d’influence de l’islam ». Marianne fait sa (n+1)ième couverture sur l’islam : « Ceux qui ne veulent pas voir les barbares à l’assaut, l’Etat défaillant, les complices aveugles ». Valeurs Actuelles, sans surprise, titre : « la conquête islamique, la partition, l’islamisation française ».

Le « cacaduc » s’est rompu depuis belle lurette, nous le savons .Ses effluves ont empoisonné la France puis l’Europe : exit les Droits de l’Homme, exit la charte de l’ONU, exit les traités de Westphalie, il ne reste que des ethnocentrismes aux relents nauséabonds flottant, épars, sur des nationalismes étriqués.

Et cela n’est pas près de s’arrêter : le réacteur de la haine du musulman, bourré jusqu’à la gueule, est en surchauffe.
Un éditorial du Monde déplore « courageusement » : « Cet embrasement témoigne de la guerre de religions qui crispe dangereusement, depuis des années, la société française à propos de la place de l’islam. D’un côté, les tenants d’une laïcité rigoureuse (sic !) qui récuse tout communautarisme (re-sic !) et qui redoute le poison de la propagande islamiste. De l’autre, les partisans d’une laïcité ouverte (re-re-sic !) au dialogue avec toutes les composantes de la communauté musulmane, afin de ne pas stigmatiser celle-ci au nom de l’islamisme, voire du terrorisme djihadiste. Gauche « égarée » contre « islamo-gauchisme » complice. Le tout à coups de généralisations à l’emporte-pièce, d’amalgames douteux et de vieilles détestations recuites ».

« Laïcité rigoureuse qui récuse tout communautarisme ? Laïcité ouverte ?

Remarque3 : Rappelons que changer un mot dans une loi revient à changer cette loi. Partant, Il y a une et une seule laïcité : elle est édictée par son dogme fondamental, la loi de décembre 1905[2]. Cette dernière, d’interprétation stricte comme toutes les lois de la République, est bornée par notre Constitution.

Aussi, j’accuse M. Valls, Mme Badinter, Mme Caroline Fourest, M. Finkielkraut (et leurs suppôts des lobbies des intérêts particularistes) de mensonge [2] et d’incitation à la haine raciale. Le citoyen lambda que je suis peut prouver ces accusations et attend ces messieurs/dames, et le démenti qu’ils estiment devoir porter, dans un débat contradictoire devant la Cour Constitutionnelle ou devant un tribunal de la République.

Remarque 4: On se moque de nous ! Ces tenants de la soi-disant « laïcité rigoureuse qui récuse tout communautarisme » sont les lobbies d’intérêts particularistes S.H.A.F. (Sionistes, Homosexuels, Athées et les néo-Féministes) : ils sont, chacun à sa façon, communautaristes eux-mêmes et ce, par essence. Ils agissent en meutes, tuent médiatiquement tous ceux qui osent entraver leur route, dictent qui doit publier et qui ne doit pas le faire, « tordent le bras » à nos medias, directement ou par le biais des annonceurs. Par « feed-back », leur hégémonie insolente assouplit les échines, stimule les vocations des mercenaires de la plume et des flibustiers de la politique.

« Le temps est aux tambours de la renommée facile (…) aux trompettes de Jéricho, (…) à l’apocalypse estampillée Doctrine Carter » [10], aux cavaliers de la turlutte , aux '' faucheuses de marguerites'' qui décolle , faute de palonnier,  le doigt  crispé sur le bouton», écrit, furieux, le Gaulois rennais colérique à l’étroit dans la camisole de son désespoir.
Où réside la démocratie dans un tel contexte ?

[1] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/170917/la-coalition-des-interets-particularistes-shaf-ou-l-aristocratie-du-moment

[2]  https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/011016/lettre-ouverte-m-le-president-de-la-republique

[3]  https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/210717/elisabeth-badinter-un-creve-coeur-0

[4] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/250817/riss-dans-le-role-du-tartuffe-cachez-cette-manne-que-je-ne-saurais-voir

[5] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/011017/comment-val-et-malka-ont-amene-au-casse-pipe-l-equipe-de-charlie-hebdo

[6] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/231116/melle-caroline-fourest-egerie-du-mouvement-gay-et-lesbien

[7] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/021117/alain-finkielkraut-pris-au-collet-dans-une-boucle-de-logique

[8] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/070916/le-temps-des-tartuffe-irresponsables

[9] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/130617/b-2-les-origines-de-l-islam-de-france

[10] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/281216/moyen-orient-genese-du-chaos-et-si-y-regardait-de-plus-pres

La suite dans le prochain numéro de l’escarbille de Médiapart (lien).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a provoqué la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico
Journal
Avec Roberta Metsola à la tête du Parlement, la droite se rapproche du « Grand Chelem » à Bruxelles
Malgré ses positions anti-IVG, la conservatrice maltaise a été élue mardi avec une large majorité – et les voix des eurodéputés LREM - à la présidence du Parlement européen. La droite dirige désormais presque toutes les institutions de premier plan au sein de l’UE.
par Ludovic Lamant
Journal
Après un mois de débats, l’Autriche se dirige vers l’obligation vaccinale
Le Parlement, qui a reçu 110 000 contributions citoyennes, a commencé lundi l’examen du projet de loi introduisant la vaccination obligatoire générale. Le texte devrait être voté dans la semaine et entrer en vigueur en février, malgré les nombreuses réserves qu’il suscite. 
par Vianey Lorin

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre