ibarberis

Paris

Sa biographie
Isabelle Barbéris (arts de la scène)
Son blog
7 abonnés Le ratelier
  • 5 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 6 contacts
Voir tous
  • Réponse à des non-lecteurs et digest pour les paresseux

    Par
    Exercice étrange que de répondre à des interlocuteurs pratiquant l'insulte, et qui n'ont pas lu mon livre. Voici donc un "digest" pour ceux qui sortent leur révolver avant leur marque-page.
  • Discrets résistants: Peter Stein et Emmanuel Demarcy-Mota

    Par
    ("Discretum", séparation) Peu d'oeuvres désormais échappent à l'injonction morale de l'art, pris dans le tournant sociétal de l'ingénierie culturelle. Les oeuvres "dénoncent" (maître mot) - qui le viol, l'homophobie, le capitalisme, le colonialisme, etc Derrière ces procès de choses condamnables, elles s'exposent au risque de nous insuffler le goût de la dénonciation et de la délation.
  • Un chien de ma chienne : un songe d'Arrabal sur la mauvaise conscience

    Par
    Dans "Claudel et Kafka" (2004) Fernando Arrabal rejoue le match insoluble entre le pénitent amoral, relativiste et obséquieux - perdu dans les délices de l’avilissement (Kafka), et le curé moraliste - arrogant, faraud et tonitruant (Claudel). Un match très répandu par les temps qui courent…
  • Les héritiers de Monsieur Bonhomme (et l'incendiaire)

    Par
    Parce qu’il organise des paroles sous le masque de personnages, mais surtout parce qu’il en met hors scène, et donc hors-jeu, un plateau télé se prête toujours assez facilement à l’analyse dramaturgique. Une analyse des dérives totalitaires du politiquement correct médiatique, à travers l'ancestrale fonction apotropaïque de Méduse.
  • L’affaire Kacimi/Merah et la question des autorités au théâtre

    Par
    L'œuvre théâtrale s’inscrit dans un temps complexe qui démultiplie les autorités, les discours et les degrés d’interprétation. La polémique qui sévit autour du spectacle "Moi, la mort..." est l'occasion de revenir sur ce qui fait la complexité de l’œuvre théâtrale, où entrent en jeu de multiples auteurs et "tenants du sens".