lauric sophie

Toulouse - France

Sa biographie
Je suis étudiant à l'université Toulouse 1 Capitole.Ma plus grande passion ? J'aime le foot, le vrai avec un grand F et pas avec un gros Q (Qatar). Celui de Best, Zidane, Garrincha, Maradona, pelé etc, etc ... Le foot sans chiffre ! Que de la passion. Le foot dont parlent Galéano et Michéa.Mon plus grand rêve ? Avoir une Rolex pour mes 40 ans ? Non, pouvoir lire Tolstoï en VO (russe) et aller dans l'espace (lequel est le plus utopique ?).La Guyane mon petit coin de paradis, la thébaïde de mon enfance, à qui, un jour, je rendrai tout ce qu'elle m'a donné.
Son blog
1 abonné Les malheurs de SOPHIE
Ses éditions
  • suivie par 63 abonnés Coup de tête
Voir tous
Voir tous
  • Édition Coup de tête

    Le football anglais est ruiné par les milliards

    Par
    En ce jour de titre pour Leicester, je me permets de publier un article de mon blog datant de mars 2015. Ce mars 2015 où les Foxes n'avaient qu'une idée en tête, se sauver de la relégation. Nonobstant le parcours formidable de cette équipe je ne peux m'empêcher de penser que ce titre est aussi la faillite du "big four" ou "big five". (Manchester city me fera peut être mentir en gagnant la C1
  • Édition Coup de tête

    A l'aune d'une nouvelle ère ?

    Par
    A l'Automne 1863, un groupe de 12 clubs anglais se réunissent, en sortira un "gentlemen agreement", créant les règles du football moderne, souscrivant aux règles de Cambridge qui avait fait sécession avec le rugby. A l'hiver 2016, le big five se réunit, en secret évidemment. Un rencontre de courtoisie ?
  • Édition Coup de tête

    Le Stade

    Par
    « Dans un club de football, il y a une sainte trinité : les joueurs, le manager et les supporters[...]». Bill Shankly dans sa bataille épique avec  sa direction avait eu ces mots. En poursuivant dans la voie du mythique manager, je dirais qu'il n'y a qu'un endroit où la trinité s'unit pour devenir une et indivisible et c'est au paradis !Shankly pouvait bien se targuer de faire partie de cette trinité puisque son paradis, à lui, n'était autre que le légendaire Anfield.
  • Édition Coup de tête

    Opium des peuples

    Par
    « Pendant des années, je me suis senti défié par le sujet, la mémoire et la réalité du football, et j’ai eu l’intention d’écrire quelque chose qui fût digne de cette grande messe païenne, qui est capable de parler tant de langages différents et qui peut déchaîner tant de passions universelles ». E. Galéano