OR DE QUESTION Guyane

Collectif citoyen de lutte contre l'extractivisme industriel en Guyane Française

Cayenne - Guyane Française

Sa biographie
Le Collectif "Or de Question Guyane", apolitique et non-violent, composé de 33 organisations citoyennes, environnementales, syndicales et politiques, s'oppose avec opiniâtreté aux projets industriels d'exploitation minière en Guyane. L'actualité du moment est principalement axé sur le méga-projet minier russo-canadien, dit "Montagne d'or", au cœur de la seule forêt tropicale humide de la riche Europe, en Guyane Française. Le Collectif Or de Question a été créé le 14 juillet 2016 Il a eu l'honneur de recevoir le Prix Danielle Mitterrand en 2017 : https://www.france-libertes.org/fr/laureats-du-prix-danielle-mitterrand-2017/ Pour en savoir plus : http://ordequestion.org/ - La revue de presse sur Scoop it : (Plus de 1000 articles, vidéos et infos-médias depuis Juillet 2016) www.scoop.it/t/mine-or-guyane-nordgold-columbus-gold-montagne-d-or Voici les derniers liens essentiels avec mise à jour de l’infographie à la date de Mars 2019 Les liens essentiels & l'infographie : https://sites.google.com/site/maiourinature/les-liens-qui-liberent La problématique des métaux lourds : futur scandale sanitaire en Guyane ? https://sites.google.com/site/maiourinature/metaux-lourds-1 Mise au point sur la première victoire judiciaire des opposants à la Montagne d’or https://sites.google.com/site/maiourinature/victoire-juridique Tout fonctionnaire, quel que soit son rang dans la hiérarchie, est responsable de l'exécution des tâches qui lui sont confiées. Il doit se conformer aux instructions de son supérieur hiérarchique, sauf dans le cas où l'ordre donné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public. Il n'est dégagé d'aucune des responsabilités qui lui incombent par la responsabilité propre de ses subordonnés ». - Art. 28 : Loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires.
Son blog
37 abonnés Le gâteau Guyanais aux mains des multinationales minières
Voir tous
  • Montagne d’or : les investisseurs russes réclament 4 milliards € à la France

    Par
    L’entreprise Nordgold réclame 4 milliards € à la France en réparation de sa décision de ne pas prolonger la concession minière du projet minier Montagne d'or. Ce contentieux est ouvert devant un tribunal arbitral dans le cadre du Traité bilatéral de protection des investissements franco-russes, entré en vigueur en 1991. Les collectifs Stop CETA-Mercosur et Or de Question dénoncent ces mécanismes.
  • Nouvelle campagne de greenwashing du projet minier Montagne d’Or !

    Par
    « Le projet Montagne d’Or ne se fera pas » avait annoncé le Président Macron en 2019. Et pourtant, au moment de l’ouverture du Congrès Mondial de la Nature, Oréa Mining, société actionnaire du consortium « Montagne d’or », annonce une nouvelle mouture du projet minier industriel entièrement « greenwashé ».
  • L’industrie minière de l’or en Guyane bientôt jugée illégale ?

    Par
    Lettre ouverte au Président Macron. - Dans une décision rendue le 1er juillet, le Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative, vous donne 9 mois pour renforcer votre politique climatique. Or l’industrie minière aurifère, et particulièrement en territoire amazonien, compte parmi les secteurs d’activité les plus polluants au monde en totale contradiction avec les engagements en matière climatique qui vous lient.
  • Pendant que Etat & lobby minier s'organisent en forêt guyanaise...

    Par
    orpaillage Guyane orpaillage Guyane
    L'Etat légifère actuellement sur 2 aspects fondamentaux de l'activité minière en Guyane : - la révision du Code minier, incluse opportunément dans la Loi Climat, - la réévaluation du Schéma d'Orientation Minière (SDOM) qui a précédemment accordé 45% des forêts tropicales humides de Guyane au lobby minier. Maiouri Nature Guyane (1) expose ici ses principales revendications. :
  • Prolongation des concessions Montagne d'Or: à quoi joue l'État?

    Par
    Alors que le Tribunal Administratif de Cayenne examinait le 3 décembre deux requêtes de la compagnie minière Montagne d’Or, attaquant la décision de l’État d’avoir gardé le silence sur la demande de prolongation de deux de ses concessions minières, ce dernier a été aux abonnés absents.