Blog suivi par 132 abonnés

Le blog de Roger Evano

  • En réponse au billet de Alexis Dayon du 22 Octobre 2020

    Par | 9 commentaires | 4 recommandés
    Il est agréable de lire sur Médiapart en haut de la page une du Club un article bien écrit, argumenté et qui fait appel à la raison et à la sensibilité. Les motivations exprimées recoupent celles de tout un chacun. Je pourrais adhérer à une telle profession de foi et cependant je résiste et je m'insurge devant tant d'aveuglement.
  • Le procès de Charlie Hebdo : moment historique, épreuve de vérité

    Par | 8 commentaires | 9 recommandés
    Le procès des comparses des attentats islamistes de janvier 2015 est non seulement un moment historique mais une épreuve de vérité. Ce moment où les faits et les discours se sont accumulés pendant des années pour, dépouillés de leurs oripaux, apparaître dans la clarté de choix
  • Mediapart muet

    Par | 8 commentaires | 3 recommandés
    Le procès des complices présumés des meurtriers de la rédaction de Charlie Hebdo, des policiers, des clients juifs ou non juifs de l"hyper Casher se déroule. Chaque jour les témoins relatent les meurtres, leurs angoisses, leurs interrogations. Médiapart nous donne un compte rendu et se tait.
  • Charlie: et si on se réveillait?

    Par | 25 commentaires | 10 recommandés
    Le procès des complices des tueurs de Charlie Hebdo commence .L'hebdomadaire a choisi ce moment pour republier les caricatures de Mahomet et nous reposer la même question qu'au lendemain du massacre de sa rédaction. En même temps il affirme que les assassins n'ont pas gagné.
  • Mila l'épreuve de vérité

    Par | 51 commentaires | 14 recommandés
    Chacun connaît dans ses grandes lignes l'affaire Mila. Cette adolescente de 16 ans est harcelée sur les réseaux sociaux, menacée de viol et de mort, insultée comme lesbienne, pour avoir dénigré l'islam : « Je déteste la religion […] Le Coran il n'y a que de la haine là-dedans, l'islam c'est de la merde ».
  • Toujours Charlie

    Par | 46 commentaires | 19 recommandés
    Nous sommes le 8 Janvier 2020 19h et hier, le 7, je n'avais pas accès à internet. Alors toute la journée une idée me trottait dans la tête : comment Médiapart allait-il marquer le cinquième anniversaire du massacre de la rédaction de l'hebdomadaire satirique, des policiers et des juifs de l'hyper Casher ?
  • A la veille de Noël, si Médiapart nous faisait un cadeau ? Rêvons un peu.

    Par | 2 recommandés
    C'est la lecture de Ouest-France qui m'a donné cette idée. Ce journal de longue tradition catholique ne cache pas ses sympathies politiques. L'édito du jour, de Jeanne Emmanuelle Hutin, voudrait nous apitoyer sur le sort « des milliers de personnes [qui] n'ont pu se rendre au travail. C'est particulièrement grave lorsqu'elles prennent soin de malades ou de personnes âgées »
  • Islamophobie ou racisme anti-musulman, quel est l'enjeu ?

    Par | 5 commentaires | 6 recommandés
    Présenter, la question de « l'islamophobie » ou « racisme anti-musulman » comme un débat sémantique qui n'intéresserait que des individus éthérés éloignés du terrain est ne pas comprendre l'enjeu. Le choix des mots est essentiel car il désigne des combats différents. Dénoncer l'islamophobie sous couvert d'anti-racisme, c'est renoncer à défendre une liberté fondamentale, de conscience et d'opinion,
  • L'islamophobie une arme de l'OCI (organisation de la conférence islamique)

    Par | 22 commentaires | 19 recommandés
    L'appel à manifester le 10 novembre contre l'islamophobie reprend le mot employé par les idéologues de l'islamisme qui sous la bannière du racisme font passer en contrebande un projet totalitaire.
  • Président Macron : Que comptez vous faire de ceux qui ne sont rien ?

    Par | 3 commentaires | 5 recommandés
    Lors de l'inauguration de la station F vous avez proféré «Une gare, c'est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien». : Vous apportez une innovation remarquable dans la pensée néolibérale qui, d'habitude, distingue deux catégories : les gagnants et les perdants. Dans votre bouche les perdants n'existent plus. Toute la place revient à « ceux qui réussissent ».