Blog suivi par 1 abonné

La beauté dans la révolte

  • Universités françaises, salons de manucure, même combat

    Par | 5 commentaires | 18 recommandés
    Edouard Philippe annonce une hausse spectaculaire des frais d'inscription aux universités pour les étrangers. Business-plan parfumé de préférence nationale, c'est surtout une triste prophétie sociale : étrangers, Européens ou Français, dans le futur, il faudra être riche, très riche, pour avoir le privilège d'étudier.
  • "Il faut interdire l'Euro"

    Par | 1 recommandé
    La violence déchaînée des Hooligans prouve une fois de plus la violence de cette organisation appelée le football. La question de son interdiction est de plus en plus évidente pour l'exécutif
  • Apostasie

    Par | 2 commentaires | 2 recommandés
    Le monde juste repose sur le mérite du travail, ainsi tu pourras te payer un beau costard. Hein Manu ?
  • L'autorité et le mépris

    Par | 1 commentaire | 6 recommandés
    L'État doit rester fort et rien de mieux que l'instrument infaillible pour délégitimer une contestation : le mépris.
  • #En marche vers un cul-de-sac

    Par | 2 commentaires | 2 recommandés
    Beaucoup attendent la croissance promise, le regard posé à l’horizon, en espérant voir le ciel s’embraser. Il n’y aura probablement pas de retour de la Reine malgré les promesses de ses chevaliers.
  • Cachez moi ce voile que je ne saurais voir

    Par | 4 commentaires | 6 recommandés
    Le voile est l’asservissement de la femme… les talons aussi, croyez-moi.
  • 25 ans après, il reste de la beauté dans la révolte

    Par | 1 recommandé
    En classe de terminale, c’est en ouvrant le manuel d’Histoire que nous vîmes le titre en gras, au dessus de la page gauche achevant la saga des conflits planétaires. « Illusion d’un monde sans guerre », chimère aujourd’hui si invraisemblable.
  • 25 ans après, il reste de la beauté dans la révolte

    Par
    En classe de terminale, c’est en ouvrant notre manuel d’Histoire que nous vîmes ce titre en gras, au dessus de la page gauche achevant la saga des conflits planétaires, "Illusion d’un monde sans guerre". une chimère qui semble aujourd’hui si invraisemblable.