Amandine Crespy

Enseignante et chercheuse en science politique à l'Université libre de Bruxelles

Bruxelles - Belgique

Sa biographie
Enseignante et chercheuse à l'Université libre de Bruxelles (ULB), je suis avant tout citoyenne européenne. Souvent indignée, et parfois découragée, face aux problèmes et aux injustices qui minent nos sociétés, j'ai ouvert ce blog pour contribuer à l'échange de connaissances et d'idées sur l'intégration européenne, car seul le débat peut aider à conjurer la résignation et, espérons-le, la double suprématie de la pensée unique et des idées réactionnaires de tout poil.  Je fais partie d'une génération de chercheurs dont l’engagement ne relève pas d’un soutien eurobéat à la construction européenne, mais bien plus d’une envie de nourrir une analyse et un débat critiques sur l’Union européenne, ses institutions et ses politiques. Ceci n’est pas en contradiction avec l’intime conviction que l’intégration sociale et politique du continent est le meilleur destin que les européens puissent se choisir, et que la nation ne constitue pas l’horizon indépassable de la démocratie. J'ai soutenu une thèse de doctorat en science politique à l'ULB, thèse qui portait sur les résistances de gauche à l'intégration européenne par le marché à travers l'analyse du conflit sur la fameuse "directive Bolkestein" de libéralisation des services en 2004-2006. J'ai ensuite poursuivi mes recherches sur la nature conflictuelle de l’intégration européenne, en particulier dans le domaine économique et social, notamment lors de séjours de recherche à la Freie Universität Berlin, Science Po à Paris, Harvard University, la London School of Economics et Queen Mary University of London. Outre des travaux généraux sur l’euroscepticisme, sur le rôle du conflit, des idées et des discours en démocratie européenne, j’ai mené des recherches plus approfondies sur le rôle de l'Union européenne dans le processus de libéralisation et privatisation des services publics en Europe. Je me pense à présent sur les politiques d'austérité en réponse à la crise de 2008-2010 (soins de santé) et aux processus de gouvernance qui y président (Semestre européen). Outre la publication d’articles dans des revues scientifiques françaises et internationales, j’ai coédité "L’Europe sous tensions. Appropriation et contestation de l’intégration européenne" (L’Harmattan : 2010) et "Social Policy and the Eurocrisis. Quo Vadis Social Europe" (Palgrave, 2015). Je suis en outre l’auteure de "Qui a peur de Bolkestein ? Conflit, résistances et démocratie dans l’Union européenne" (Economica, 2012) et de "Welfare Markets in Europe. The Democratic Challenge of European Integration" (Palgrave, 2016). Je suis par ailleurs membre d'Amnesty International et je joue du saxophone dans un groupe bruxellois qui s'appelle Yanu (https://soundcloud.com/search?q=Yanu%20bruxelles).
Son blog
21 abonnés Amandine Crespy
Voir tous
  • La fin du modèle politique allemand post-1945

    Par
    L’Allemagne, modèle de stabilité politique dirigé depuis 12 ans par la même chancelière, serait-elle devenue ingouvernable ? La campagne des élections de 2017 a été considérée par beaucoup d’observateurs comme la plus ennuyeuse de l’histoire récente du pays. Cela a peut-être été trompeur car les résultats plongent la République fédéral dans la tourmente politique.
  • En Allemagne, il n’y a pas d’alternative

    Par
    A l’issue du débat télévisé du dimanche 3 septembre, Martin Schulz a clairement échoué à dessiner les contours d’une alternative politique, confirmant ainsi le sentiment que l’on assiste à une campagne pour rien, menant à la réélection d’Angela Merkel et donc au statut quo, non seulement en Allemagne mais aussi en Europe.
  • Politique sociale et Europe : entre bonnes intentions et contradictions

    Par
    La Commission européenne a présenté hier son initiative pour l'adoption d'un Socle européen de droits sociaux. Tandis que cette initiative vise une "convergence par le haut", les risques sont grands que ce texte reste un catalogue de bonnes intentions. De plus, l’articulation avec les règles de discipline budgétaire pose la question de la cohérence de la stratégie européenne.
  • L’Europe introuvable dans la primaire de la gauche

    Par
    On parle très peu d’Europe dans la primaire de la gauche. Faut-il s’en étonner ? Depuis la division traumatique du PS en 2005 sur le Traité constitutionnel européen et la campagne du referendum, l’Europe est-elle encore la pomme de discorde qui rend deux gauches irréconciliables au sein même du PS ? Ou peut-on détecter une convergence vers une stratégie commune ?
  • CETA, TTIP, TiSA : les marchés et l’introuvable souverain

    Par
    Les accords de libre-échange actuellement négociés par l’Union européenne avec ses partenaires, Etats-Unis et Canada en tête, ont fait monter la contestation. A travers ces débats se jouent deux batailles inextricables: la résistance à l'extension de l'emprise des marchés sur les sociétés et la réaffirmation de la souveraineté populaire.