Amandine Crespy

Enseignante et chercheuse en science politique à l'Université libre de Bruxelles

Bruxelles - Belgique

Sa biographie
Enseignante et chercheuse à l'Université libre de Bruxelles (ULB), je suis avant tout citoyenne européenne. Souvent indignée, et parfois découragée, face aux problèmes et aux injustices qui minent nos sociétés, j'ai ouvert ce blog pour contribuer à l'échange de connaissances et d'idées sur l'intégration européenne, car seul le débat peut aider à conjurer la résignation et, espérons-le, la double suprématie de la pensée unique et des idées réactionnaires de tout poil.  Je fais partie d'une génération de chercheurs dont l’engagement ne relève pas d’un soutien eurobéat à la construction européenne, mais bien plus d’une envie de nourrir une analyse et un débat critiques sur l’Union européenne, ses institutions et ses politiques. Ceci n’est pas en contradiction avec l’intime conviction que l’intégration sociale et politique du continent est le meilleur destin que les européens puissent se choisir, et que la nation ne constitue pas l’horizon indépassable de la démocratie. J'ai soutenu une thèse de doctorat en science politique à l'ULB, thèse qui portait sur les résistances de gauche à l'intégration européenne par le marché à travers l'analyse du conflit sur la fameuse "directive Bolkestein" de libéralisation des services en 2004-2006. J'ai ensuite poursuivi mes recherches sur la nature conflictuelle de l’intégration européenne, en particulier dans le domaine économique et social, notamment lors de séjours de recherche à la Freie Universität Berlin, Science Po à Paris, Harvard University, la London School of Economics et Queen Mary University of London. Mon domaine d'expertise concerne principalement la gouvernance économique et sociale de l'Union européenne. J'ai mené des recherches approdondies sur la libralisation des services publics, le semestre européen et le rôle de l'Europe dans les questions sociales. J'essaye à présent de voir comment la question environnementale impact l'agenda social européen à travers la notion de transition juste. De manière plus large, je m'intéresse aux questions de légitimité et souveraineté en lien avec l'Union européenne, ainsi qu'au rôle du conflit, des discours et des idées en politique européenne. Depuis 2012, j'ai co-édité deux ouvrages: "Social Policy and the Eurocrisis. Quo Vadis Social Europe" (Palgrave, 2015) et "Politics and Governance in the Post-Crisis European Union (Cambridge University Press, 2020). Je suis l’auteure de "Qui a peur de Bolkestein ? Conflit, résistances et démocratie dans l’Union européenne" (Economica, 2012) et de "Welfare Markets in Europe. The Democratic Challenge of European Integration" (Palgrave, 2016), "L'Europe sociale. Acteurs, politiques, débats" (Editions de l'Université de Bruxelles, 2019) et "The European Social Question. Tackling Key Controversies" (Agenda, 2022). Par ailleurs, je suis membre d'Amnesty International et saxophoniste au sein d'un groupe bruxellois de chanson métissée: Yanu. https://www.facebook.com/yanumusique
Son blog
36 abonnés Amandine Crespy
Voir tous
  • Face au coronavirus, le chaos de l’Europe intergouvernementale

    Par
    L’épidémie de coronavirus a ceci d’intéressant qu’elle fournit une expérience grandeur nature et en temps réel de la capacité de coordination des États européens, à l’heure du règne de l'intergouvernementalisme.
  • Affaire Goulard: Emmanuel Macron n’est pas le roi de l’Europe

    Par
    Ce jeudi, le PE a rejeté la candidature de Sylvie Goulard a poste de Commissaire au marché intérieur, l’industrie, la défense, l’espace, le numérique et la culture. C'est la première fois de l'histoire de l'Union européenne qu'un.e candidat.e français.e est évincé. Un épisode qui fera date et dont on peut retirer quelques enseignements.
  • Une Zone Euro plus sociale et plus démocratique? L'absente de la campagne

    Par
    La zone Euro est une construction incomplète minée par l’absence de dimension sociale adéquate et par un grave déficit démocratique. Le statut quo est intenable, et pourtant, les réformes ont été mineures et techniques. Les vraies questions politiques restent en suspens et pourtant, nulle trace de ce débat majeur dans la campagne des élections européennes.
  • Relance du projet européen: le double échec d’Emmanuel Macron

    Par
    Cette semaine, la visite d’Emmanuel Macron aux Etats-Unis a subjugué le monde. Cela nous ferait presque oublier que la semaine dernière fut une semaine européenne, moins réjouissante, pour le Président français.
  • La fin du modèle politique allemand post-1945

    Par
    L’Allemagne, modèle de stabilité politique dirigé depuis 12 ans par la même chancelière, serait-elle devenue ingouvernable ? La campagne des élections de 2017 a été considérée par beaucoup d’observateurs comme la plus ennuyeuse de l’histoire récente du pays. Cela a peut-être été trompeur car les résultats plongent la République fédéral dans la tourmente politique.