Benjamine Weill2

Philosophe spécialisée sur les questions liées au travail social et la culture Hip-Hop

Bagnolet - France

Sa biographie
Parallèlement à mon investissement dans le secteur social et medico-social en tant que consultante, formatrice, accompagnatrice d'équipe pour ouvrir la réflexion sur les pratiques où j'ai pu développer les liens entre la philosophie (ma formation première) et les questions propres au champs social et médico-social, j'agis pour la culture Hip-Hop et notamment sa branche textuelle : le rap. En effet, un livre consacré à ce sujet paraîtra au dernier trimestre 2017 aux Editions Faces Cachées, plusieurs articles sont parus sur le Blog du Huffington Post, mais aussi sur le nouvel Obs traitant du sujet. J'utilise aussi désormais ce blog pour relayer une autre image de la culture Hip-Hop, loin des clichés du genre, loin des caricatures, proche d'une pensée dans la pure tradition des lumières françaises ;-)
Son blog
16 abonnés Essais de rapologie positive
Voir tous
  • Des racines et des rêves via le rap français - Partie 1 : Déracinement

    Par
    BatsandBranches © HashKa BatsandBranches © HashKa
    En France, entre le refus « d’accueillir toute la misère du monde » sous prétexte que celle-ci génère insécurité et chômage et les principes d’accueil de la République, beaucoup ne savent plus où donner de la tête et peu sont ceux qui s'intéressent artistiquement et culturellement au vécu généré par le déracinement, excepté dans le rap français.
  • Le rap comme réponse aux ravages de l'entre soi social

    Par
    Face aux récentes prises de paroles de nos «représentants», le risque de manipulation de l'information, le dénigrement des masses populaires, comment ne pas y voir la dramatique mise à mort des principes humanistes qui fondent la République? Comment résister à l'individualisme ambiant qui fait oublier jusqu'à nos potentiels empathiques? La réponse d'une partie du rap français est présentée ici.
  • Du HipHop dans l'héritage culturel: de la subversion à la responsabilité

    Par
    Au-delà de la rentabilité potentielle, c’est bien la vivacité du mouvement qui reste sa vocation. Cette vivacité suppose de l’entendre comme un vivier, une pépinière et non comme une poule aux œufs d’or. L’enjeu est le partage et la rencontre et non la division par catégorie. L’objectif n’est pas de faire un tube en soi mais de permettre les découvertes, les ouvertures, les surprises.
  • Vulnérabilité masculine vs domination masculine : les paradoxes du masculin

    Par
    La femme que je suis connais la violence des hommes. Je l’ai vécue, subie, observée, constatée tant personnellement que dans le cadre de mon exercice professionnel. Pourtant, je n’ai jamais pu m’y résoudre. Les hommes ne sont pas tous perdus sur l’autel du désir et de la pornographie. Ils ne sont pas tous agresseurs potentiels, plus ou moins bien « dressés » à faire taire leurs « démons ».
  • Prodigy est mort. Vive Mobb Deep

    Par
    La HipHopshère pleure la mort d’une de ses figures de proues, son royaume est orphelin de l’un de ses maîtres. L’héritage que Prodigy co-fondateur de Mobb Deep (avec Havoc) laisse derrière lui s’évalue à l’aune de l’ampleur des hommages rendus. Inaugurant au début des années 90, un rap sombre et sans fioriture, narrant la vie des ghettos sans la magnifier.