Benjamine Weill2

Philosophe spécialisée sur les questions liées au travail social et la culture Hip-Hop

Bagnolet - France

Sa biographie
Parallèlement à mon investissement dans le secteur social et medico-social en tant que consultante, formatrice, accompagnatrice d'équipe pour ouvrir la réflexion sur les pratiques où j'ai pu développer les liens entre la philosophie (ma formation première) et les questions propres au champs social et médico-social, j'agis pour la culture Hip-Hop et notamment sa branche textuelle : le rap. En effet, un livre consacré à ce sujet paraîtra bientôt, plusieurs articles sont parus sur le Blog du Huffington Post, mais aussi sur le nouvel Obs traitant du sujet. J'utilise aussi désormais ce blog pour relayer une autre image de la culture Hip-Hop, loin des clichés du genre, loin des caricatures, proche d'une pensée dans la pure tradition des lumières françaises ;-)
Son blog
36 abonnés Essais de rapologie positive
Voir tous
  • De Médine au Jihad en passant par le Bataclan : la méprise jusqu'à quand?

    Par
    Suite aux débats autour d'un concert de Médine au Bataclan en octobre prochain, Asif Arif (Avocat au Barreau de Paris, auteur et conférencier spécialisé sur les questions d’islam et de laïcité) et moi avons souhaité remettre les choses en perspective pour sortir d'une récupération politique stérile.
  • Esprit Hip Hop, es-tu là?

    Par
    Trait d'Union #05 Le Saut de l'Ange @albatros perso de Psykose 156 © Hashka Trait d'Union #05 Le Saut de l'Ange @albatros perso de Psykose 156 © Hashka
    Qu’en est-il de l’esprit Hip Hop en 2018 ? Mais de quel esprit parlons-nous ? D’un esprit fantasmatique que des illuminés ésotériques appelleraient dans le secret de l’underground ? D'un esprit quasi immortel et immuable qui insufflerait l’âme du Hip Hop à ses messies ? Ou est-ce un état d’esprit, des valeurs partagées qu’il s’agirait d’incarner ?
  • Nous sommes, donc je suis

    Par
    #checkDaBox © Hashka #checkDaBox © Hashka
    L’humain dispose de capacités d’empathie. C’est face à la nécessité que cette solidarité naturelle se met en place. C’est précisément parce que l’Homme n’est pas le plus fort, le plus adapté, le plus armé face à la nature et ses évolutions qu’il a besoin des autres, que le collectif est porteur. Forcément, ces éléments résonnent avec la culture HipHop dans son ensemble.
  • La vie, c'est pas toujours Pouloulou

    Par
    Réseau © Hashka Réseau © Hashka
    Un outil de communication, initialement, permet d’être en lien. Constituer un réseau est fondamental pour se construire un environnement et s’inscrire dans le monde. Sauf que s’il reste virtuel, il rate sa cible. La virtualité n’est qu’un moyen d’aller vers le réel et ne peut pas être une fin en soi, sans quoi, c’est le fantasme qui prend le pas sur la réalité.
  • Genre, le rap est misogyne!

    Par
    Hair © HashKa Hair © HashKa
    Alors que la parole se libère de nouvelles formes de musellement se dévoilent. Prendre la parole sur les réseaux sociaux rend suspect la déclaration ? Plus facile de dénoncer certaines dérives que de regarder l’ampleur du problème en face. Si le gentlemen est attaqué dans son « art de vivre » et de « séduire », trouvons pire pour le dédouaner : le rap n'est-il pas alors le suspect idéal ?