Carta Academica

Carta Academica est un collectif d'universitaires belges qui a décidé d’intervenir dans le débat public

Sa biographie
Carta Academica est un collectif d’universitaires belges, francophones et néerlandophones, qui a décidé d’intervenir dans le débat public, même si cela les conduit parfois au-delà de leur strict champ de compétences. En effet, ce qui devrait caractériser le monde académique, c’est la production de savoirs scientifiques robustes et fiables qui permettent de répondre aux défis que notre société affronte. Ces savoirs doivent aussi être mis en relation dynamique et créative avec les événements autant qu’avec d’autres formes de savoirs, afin de formuler des propositions susceptibles d’élargir l’éventail des possibles. Nos actions sont diverses : en mai 2019, nous avons organisé une journée sur la migration ; en janvier, nous avons remis nos premiers Academic Honoris Causa (à Julian Assange, Sarah Harrison, Chelsea Manning et Edward Snowden) et la deuxième édition aura lieu en mars 2021, centrée sur des académiques en danger ; au printemps dernier, en plein confinement, 123 académiques ont rendu public des recommandations pour l’après-crise, dans tous les domaines ; cette réflexion a été approfondie et affinée en mai 2020. À partir d'octobre 2020, nous organiserons une série de débats publics, en collaboration avec le journal Le Soir (Bruxelles) et avec la participation de la société civile, sur les grands enjeux de société qui ont été mis en évidence par la crise du Covid. Par ailleurs, depuis un an, nous publions chaque semaine sur le site du journal Le Soir une chronique signée par un ou plusieurs de nos membres. Notre première collaboration avec Mediapart remonte à la cérémonie des AHC ; Edwy Plenel y était venu faire un exposé d’ouverture. Aujourd’hui, cette collaboration s’élargit à travers le blog sur le site de Mediapart. Nous y publierons régulièrement des chroniques sur les sujets de société pour lesquels nous pensons pouvoir apporter un regard novateur, spéculatif et engageant. Si la plupart, pour l’heure, ont un ancrage belge, nous sommes convaincus que celui-ci peut constituer un enrichissement pour les lecteurs et lectrices de Mediapart ; le cas échéant, nous fournirons évidemment les éléments d’information nécessaires à la bonne compréhension. Plusieurs universitaires français ont signé notre charte ; nous sommes évidemment ouverts à toute collaboration venant de nos collègues français. Carta Academica a vocation internationale, comme l’ont eue les universités européennes dès leur naissance. Vous trouverez plus de renseignements : https://www.cartaacademica.org/
Son blog
56 abonnés Le blog de Carta Academica
Voir tous
  • Les corps meurtris d’une politique meurtrière

    Par
    La grève de la faim de personnes « sans-papiers » actuellement en cours à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et à la Vrije Universiteit Brussel) (VUB) nous rappelle à nouveau à notre devoir de vigilance critique vis-à-vis de nos propres gouvernements, et de celui de la Belgique en particulier. Elle nous invite à nous transformer toutes et tous ensemble, en citoyens responsables du monde.
  • Au moment où un tribunal nord-américain rend justice à George Floyd, en Belgique...

    Par
    Aux États-Unis, on semble vouloir faire la lumière sur les affaires de violences policières, particulièrement si elles entraînent la mort d’une personne. En Belgique, il n’est pas sûr que ce soit le cas. En tout cas, à Gand, le 16 mars dernier, on a bel et bien mis le couvercle sur une affaire qui aurait dû connaître un procès public. Par Daniel de Beer.
  • Data mining et protection des données personnelles, une urgence démocratique

    Par
    La circulation de nos données personnelles s’apparente à un vaste circuit d’échanges dont la tuyauterie évolue sans cesse en dehors de tout contrôle démocratique. La Belgique ne donne pas le bon exemple. Par le Comité Carta Academica
  • Nous avons breveté le soleil

    Par
    L’Europe, sous la pression des industriels, a initié une transformation radicale de ses universités en les chargeant d’une mission prioritaire de développement économique. De nouvelles normes poussent à la privatisation des connaissances. Une recherche fondamentale, sans visée commerciale et en faveur de l’intérêt général, est-elle encore possible ? Par Eric Muraille
  • Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure

    Par
    Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.