confluences.marseille@gmail.com

Rabha Attaf, grand reporter, spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient. Auteure de "Place Tahrir, une révolution inachevée", éditions Workshop 19

Sa biographie
En observatrice particulièrement aguerrie, je décrypte le monde arabe de la Mauritanie à l'Irak, en passant par l'Algérie et l'Egypte, depuis plus de 20 ans. Mon dernier livre : "Place Tahrir, une révolution inachevée", éditions Worshop 19.
Son blog
15 abonnés Le blog de Rabha Attaf
Voir tous
  • Macron-Sissi : les Rafale ont coulé les droits humains

    Reçu par le président Macron à l’Élysée le 24 octobre 2017, le chef de l’État égyptien affiche un bilan catastrophique en matière de droits de l’homme. sans que le président français ne s’en émeuve.
  • Egypte : Ibrahim Matwally, l'avocat des disparus

    Le 10 septembre 2017, l’avocat des disparus, Maître Ibrahim Metwally Hegazy a été arrêté et emmené au quartier général de la Sûreté d’État, à Abbasiya. Après avoir été torturé durant deux jours, il a été incarcéré au quartier de haute sécurité de la prison de Tora, au Caire, où il attend son procès dans des conditions de détention effroyables.
  • Karachi : un attentat à effet boomerang

    Par
    Alors que des attentats se multiplient contre la France depuis ce début d'année 2015 -et que tous les regards se tournent vers la piste du "terrorisme islamiste"-j'ai jugé utile de rappeler la sombre affaire de l'attentat de Karachi, qui s'est avéré être un sanglant exemple des retombées de la "diplomatie de l'ombre" du gouvernement français...
  • L'Egypte à marche forcée vers la Sissicratie

    J'ai écris cette longue analyse, le 13 avril 2014,  au lendemain de la candidature à la présidence du maréchal Al-Sissi. Depuis le coup d'Etat militaire du 3 juillet 2013, l'Egypte s'est enfoncé dans un cycle infernal de repression de toute contestation, sur fond d'une violence terroriste venant à point justifier cette répression...
  • De Birmanie à Gaza : BarakaCity décroche le jackpot !

    Le 19 août dernier, les banques Société Générale et CIC décidaient de clôturer les comptes de l'association caritative BarakaCity, sans même l'en informer. Une décision somme toute arbitraire et pour laquelle les deux banques n'auraient donné aucune explication, se retranchant derrière le secret bancaire... mais pas unique en son genre.