Blog suivi par 10 abonnés

Le blog de culturenature71

Yves ROBERT, apiculteur, formateur et auteur.
71240 Sennecey-le-grand - France
À propos du blog
Le non-sens de la pression économique culmine pour l'agriculture, en exigeant d'elle une rentabilité qui détruit son propre « outil de production » ! L'apiculture et les abeilles sont des témoins de premier ordre de la folie destructive de cette démarche aveugle. Ce blog explique les mécanismes, les conséquences et présentes les issues possibles pour que chacun-e d'entre nous puisse y contribuer.
  • Une société humaine, la nôtre?

    Par | 1 recommandé
    Une société humaine - la nôtre, - dans laquelle les problèmes sont tous individualisés, donc rendus insolubles, n'est pas une société de progrès; pas même une société, tout court.
  • Coronavirus : la revanche éloquente des faits

    Par
    Après avoir subi, plus lourdement encore depuis ces quatre dernières décennies, cette abstraction immonde qu’est l’économie hors sol capitaliste, le monde réel prend avec éloquence une incontestable revanche.
  • Reprise en main par la collectivité

    Par | 1 recommandé
    En trébuchant sur la pandémie de coronavirus, l'économie mondiale entre dans une zone de perturbations fortes, assorties d'une tendance de fond à la baisse de l'activité. Lourds de remises en cause financières et politiques, ces évènements ouvrent une ère de réflexion sociale de fond.
  • Ne plus savoir à quoi nous aspirons

    Par | 1 recommandé
    A dresser nos forces face la déferlante de décisions autoritaires et destructrices qui s’abat depuis plusieurs décennies avec une virulence sans rémission, nous savons de mieux en mieux ce que nous ne voulons vraiment plus… Mais, à part cela, à quoi aspirons nous ?!
  • Une transition bénéfique et indispensable, pas une indignité de plus

    Par | 2 recommandés
    La transition écologique n’est pas une affaire de choix strictement individuel (mais bien de choix collectif), ni un simple verdissement (et divertissement) d’activités économiques et politiques écocides. Plutôt que de rester à la surface, tentons une plongée vivifiante dans le cœur du sujet !
  • La perspective totalitaire condamnée inévitablement à l'abandon

    Par
    Comme la survie biologique et sociale des êtres humains ne permet plus de donner libre cours aux égarements politiques, marchands et matérialistes; c'est l'ensemble des activités humaines qui sont assurées, dans une assez brève échéance, de connaitre des revirements de situations assez gigantesques.
  • Les portes dérobées par lesquelles passent les marchands de pesticides

    Par | 3 recommandés
    Par-delà les manœuvres techniciennes, qui instrumentalisent la science et le droit, il y a bien sûr l'omniprésence des lobbies de l'industrie dans les couloirs et des commissions d'études des parlements, à l'échelle nationale et européenne. Mais, toute cette artillerie, chèrement et savamment déployée semble se révéler, de plus en plus, dérisoire...
  • Vu comme c'est parti...

    Par | 1 recommandé
    Des transformations majeures de nos modes et contextes de vie se profilent à un horizon suffisamment proche pour en parler ouvertement. Des changements de cap, des ruptures ou même des "effondrements" sont envisageables, dont certains sont nettement prévisibles, comme les sécheresses et la montée des eaux...
  • Déjouer le triangle de l'absurde

    Par | 2 recommandés
    Le projet emblématique du triangle de Gonesse, au nom particulièrement imbécile de "Europa City", montre comment les non-sens les plus criants n'arrêtent pas une machine politico-économique délirante et infernale lancée à vive allure...
  • Notre addiction à la rationalisation est une folie

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    Pris entre la nécessité morale de changer radicalement de cap et la poursuite, dans les faits, de la mauvaise trajectoire de notre civilisation, nous nous trouvons en pleine dissonance cognitive. Au lieu de saisir l'opportunité de cette mise au pied du mur, pour interroger en profondeur la situation, nous fuyons dans notre tête la réalité, qui nous interpelle pourtant avec une force inouïe.