Joshua ADEL

Lobbyiste et consultant politique, chercheur en histoire politique, Délégué général du think tank La Forge

Son blog
30 abonnés Gramsci Spin Doctor
Voir tous
  • La France debout, peu importe le prix

    Par
    Ce vendredi 13 novembre 2015, la France perdait son insouciance. Plus encore que lors des attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Casher : il fallait alors être journaliste, juif, policier ou militaire pour être la cible des djihadistes. Dorénavant plus personne n’est à l’abri, jamais, nulle part. Attentats kamikazes. Scènes de guerre. État d’urgence. Deuil national.
  • Nicolas Sarkozy, l’impossible recentrage

    Par
    Nicolas Sarkozy est de retour dans la vie politique. Mais l’avait-il vraiment quittée au soir du 6 mai 2012 ? Personne n’est surpris, tout le monde commente jusqu’à la saturation. Son retour dans la course à la présidence de l’UMP, après le fiasco de Jean-François Copé, entend répondre à la « crise de leadership » à droite, ce talisman qui rappelle à la France qu’elle n’en a pas fini avec sa mentalité politique monarchiste.
  • La gauche, voilà l’ennemie !

    Par
    Les choses ont au moins le mérite de la clarté, « en cohérence avec les orientations que le chef de l’État a lui-même fixées pour notre pays ». Désormais, celui qui n’est pas pour la rupture avec la gauche ne peut pas être membre du gouvernement de Manuel Valls. On ne s’excusera plus d’être de droite.
  • Le libéralisme contre la liberté

    Par
    Un salarié de Sephora, inquiet après l’interdiction de l’ouverture nocturne de la boutique des Champs-Elysées : « (On a) besoin de cet argent aujourd’hui pour vivre. Je tiens à dire que l’on travaille de nuit lorsqu’on le désire ».
  • Comment Manuel Valls peut réussir, pourquoi il va échouer

    Par
    La critique est unanime, le public est conquis. D’ailleurs, public et critiques ne font qu’un, puisque ce sont les journalistes politiques et les gourous de la com’ qui coopèrent sans le moindre recul à l’écriture du storytelling de ce « Sarkozy de gauche ». Depuis son entrée à Matignon le 31 mars, Manuel Valls réalise un incontestable sans-faute sur la communication politique.