Julien Cueille

Enseignant en philosophie, psychanalyste, auteur du Symptôme complotiste, 2020, de La Classe à l'épreuve du distanciel, 2021

Sa biographie
professeur de philosophie en lycée chargé de cours Université Paul-Valéry Montpellier psychanalyste
Son blog
9 abonnés Le blog de Julien Cueille
  • 6 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 8 contacts
Voir tous
  • Que disent les copies du bac de philo sur l'État ?

    Par
    « L’État abuse de ses pouvoirs à des fins personnelles »... À la lecture des copies 2022, le sujet : « Revient-il à l’État de décider de ce qui est juste ? » consonne étrangement avec un contexte politique troublé.
  • « Trop la classe » : l'inversion renversante

    Par
    La classe inversée, c'est tendance... Mais si elle est le plus souvent synonyme d'innovation technologique, est-elle réellement toujours du côté de l'innovation pédagogique? A-t-on posé la question aux enseignant-e-s?
  • Au secours ! le distanciel revient…

    Par
    Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
  • Les «Hunger Games» du lycéen

    Par
    La dernière réforme du lycée, qui arrive cette année au niveau Terminale, a fait de la liberté de choix un argument central : les élèves ont désormais droit à un parcours à la carte. Le prix de cette autonomie ? Moins de suivi, plus d’incertitude. En revanche, la sélection sur Parcoursup est devenue impitoyable. Et le dossier scolaire colle à la peau... avec ou sans confinement.
  • Vous avez dit numérique éducatif?

    Par
    Curieusement, ce que l'on retient des pédagogies actives, c’est l’outil informatique. La mode de la « classe inversée », confortée par la crise sanitaire, est une idée certes séduisante sur le papier, mais qui fait la part belle à l'évaluationnite et à la standardisation. Ne participe-t-elle pas en réalité à l’automatisation de la pédagogie, sans parler de l’emprise des EdTechs ?