mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart ven. 6 mai 2016 6/5/2016 Édition du matin
Blog suivi par 22 abonnés

Asperger sur scène

Lefrançois

Informaticien
Toulouse - France
  • Je voulais vous dire

    25 nov. 2015 | Par Lefrançois
    Je voulais vous dire mais je ne peux pas, je voulais écrire mais je ne peux pas, pourtant
  • Peau neuve ou défiguration?

    24 nov. 2015 | Par Lefrançois | 2 recommandés
    Les anciens billets, la facilité déconcertante d'accéder à l’écriture d'un nouveau billet de blog, c'est moderne si moderne de supprimer ce qui fonctionnait, petit récapitulatif de ce qui ne va pas.
  • Du mark twain pour réfléchir sur ce que nous vivons.

    24 nov. 2015 | Par Lefrançois
    Dans les sociétés occidentales le lit est quand même l'endroit le plus dangereux, 99% des gens y meurent «L'homme est un Animal Religieux», écrivait Mark Twain. «Il est le seul Animal Religieux. Il est le seul animal à posséder la Vraie Religion – et plusieurs notamment. Il est le seul animal qui aime son voisin comme lui-même et qui lui tranche la gorge si sa théologie n’est pas straight.>>
  • Haro sur les services de renseignements, seulement voilà

    23 nov. 2015 | Par Lefrançois | 1 commentaire
    Il est de bon ton de moquer les services de renseignement, seulement voilà j'ai un collègue de bureau qui dit des atrocités sur les juifs, sur Charlie qui n'avait pas à insulter le prophète et que les 130 morts c'est de notre faute, comment le classer et qu'en faire.
  • Non à l'union sacrée qu'elle qu'en soit le côté.

    22 nov. 2015 | Par Lefrançois | 2 recommandés
    Non à l'union sacrée voilà ce qu'il fallait dire, car elle embrigrade tout un chacun, athée, catholique, musulman ou que sais-je encore derrière de grandes puissances économiques et financières contre d'autres tels l'arabie saoudite ou le qatar.Nous n'avons pas à prendre parti, à servir de chair à canon... ou d'idiot utile comme Onfray...Ni pour l'un ni pour l'autre, voilà ce qu'il fallait dire.De même que le faible des puissance occidentales n' a pas à se ranger derrrière les intérêts matériel des puissants qui le gouvernent de même le faible dans les 75 états en rébellions n'a pas à se ranger derrière la puissance financière et économique d'un quelconque Qatar ou d'arabie saoudite cherchant à jeter les bases d'un empire colonial.La sécurité est la première des libertés, alors oui aux mesures d'urgence qui nous protègent d'une vague d'attentats et ne restreint les libertés que de ceux qui honnissent notre existence même.Non aux interdictions de manifester ou de se réunir, sachant quand même que la prison est moins restrictive de libertés que la mort.rdv donc le 29 pour manifester, parceque la défense du genre humain en deça et au delà des intérêts matériels est d'une urgence vitale faisant de la révolution des valeurs une urgence absolue.
  • De l'article de Thomas Cantaloube, touché, coulez

    21 nov. 2015 | Par Lefrançois | 2 commentaires | 1 recommandé
    Ne prendre aucune mesure qui sorte du droit ordinaire ayant permis les attentats avec le risque que justement à cause de celà il y en ait d'autres (pas touche aux islamistes radicaux qui recrutent dans les cités, aux imams qui pronent notre destruction, je pense à l'émir blanc d'Artigat dans ma proche Ariège bien au chaud dans sa maison qui doit ricaner et se réjouir, à ceux fichés qui sont prêts à prendre le relais pour mettre en cohérence leurs actes avec leur pensée, j'habite un immeuble situé juste au dessus de l'immeuble de Merah, donc pas loin non plus de l'école juive....), tel est en filigrane le propos de Thomas Cantaloube qui exige un examen sérieux des manquements à condition qu'il ne porte aucune conséquence sur les droits précédant cette période, drôle d'examen sérieux!aujourd'hui j'ai carrément honte pour les familles de victimes de financer ce torchon, je me sens complice, mais faut attendre Lundi pour poster mon désabonnement.
  • Déradicalisons l'état d'urgence... et les français.

    20 nov. 2015 | Par Lefrançois
    que de postures!une petite histoire pour comprendre où l'on risque d'aller et pourquoi justement il faut renforcer et protéger le droit de manifester: un gars des cités de trappes mal aimé de tout le monde et des français blancs en particulier est super content, il a réussi à accéder à une formation de cuisinier, vient le moment de préparer du porc, ça ne le gêne pas il ya des gants pour ça et le cuire ne lui pose aucun problème et le prof pervers lui impose de le gouter, il cherche le compromis, je n'ai qu'à demander à un collègue de goûter à ma place, non c'est à toi, le conflit qui comme une goutte d'eau fait déborder le vase de toutes ce peites humiliations, 3 jours après il vait disparu, parti en syrie, il n'avait rien d'un religieux. La famille devrait trainer en justice ce salopard de prof qui abuse de son autorité, les associations se mobiliser, mais voilà pourquoi croirait-elle en la justice des français de souche?Le pouvoir va découvrir qu'il faut lutter contre le radicalisme religieux et l'assignation à résidence sous la seule autorité du ministère de l'intérieur est un bon moyen d'en finir avec le prosélytisme de la haine de la france sous ce prétexte, mais qu'il faut aussi lutter contre la radicalisation d'une partie de sa population qui inutilement en maltraite une autre.La france ressemble à une famille à maltraitances où parfois la révolte du jeune est telle qu'elle va jusqu'au crime. Ce dont personne ne parle c'est que quasiment toute une génération a ce ressenti de haine envers la france et les français, même ceux qui ont réussi, malgré le racisme affiché de leurs profs, car sur le fond les institutions fonctionnent et donnent leur chance à tous, comme un collègue arrrivé à 5 ans du Maroc et administrateur système, mais souvent ces attitudes au lieu d'en faire des acharnés du travail pour prouver à ces cons qu'ils les valent bien, du fait de difficultés matérielles et intellectuelles les laissent dans l'incapacité de répondre par le haut à ces rabaissements.Il faut prendre ces mesures mais aussi déradicaliser l'ensemble de la france avec ses miséreux blancs et sa petite bourgeoisie haineuses et outrancières envers la deuxième génération d'enfants de migrants qu'elle les stigmatise ou les défende aveuglément. Pour ceci regarder ces jeunes en face avec leurs faux espoirs et leurs vraies difficultés comme tous les jeunes. Non ils ne pourront pas tout se payer, ils seront le plus souvent prolétaires et auront une vie pas passionnante faite d'efforts et de travail aussi ennuyeux que répétitif, mais ils auront la chance de se faire des ilôts de bonheur en choisissant librement leurs musiques et leurs boissons aux terrasses de café. Nous ne sommes pas responsables des crimes de nos ancêtres, il nous faut tous survivre dans ce monde à la précarité et à la sauvagerie du patronat, aidons nous les uns les autres.Voilà pourquoi l'état d'urgence est nécessaire mais qu'il est tout aussi indispensable de manifester contre l'interdiction générale de manifester et de se réunir car sinon c'est la vie sociale que l'on éteint, qu'il n'est plus de contre pouvoir populaire à rien, même pas aux exactions provocatrices de ceux là mêmes censés éduquer.
  • Notre si belle jeunesse

    19 nov. 2015 | Par Lefrançois | 1 recommandé
    Une amie parisienne me racontait que sa fille est terrorisée, à 12 ans elle dort dans sont lit depuis les évènements, il falait qu'elle ou son ex l'accompagne à l'école tellement elle avait peur d'y aller seule. Une élève de sa classe qui a eu une tante touchée au bataclan a raconté à la demande de l'enseignant ce qui lui avait été relatée. Toute la classe s'est mise à pleurer, "même le plus méchant des plus méchants" que détestent les filles. Une bonne occasion pour un gamin au bond fond de se sortir d'un rôle, d'un blindage contre une souffrance affective.Mais aller à l'école en étant accompagné des parents c'est la honte, alors ces jeunes ont trouvé tout seul le truc, ils se donnent rendez-vous et y vont à dix, se sentant ainsi plus fort, je trouve ça trop mignon, il y eux, les potentiels victimes plus ou moins du côté du bien, les agresseurs franchement du côté des méchants et du mal.Avoir peur, pleurer, c'est essentiel, ça permet de vider une bonne partie de sa détresse et de son impuissance paralysante, une fois séchées les larmes, que reste-t-il à faire, faire face et continuer à vivre.Deux étudiantes venant d'un pays lointain où porter le voile est obligatoire et ne pas le faire c'est risquer sa vie, sont heureuses d'être en france si loin de la famille et des pressions morales, elle porte de belles robes, même des bijoux, découvrant la puissance du maquillage, jouissant de leur liberté estudiantine pour faire un peu les pétasses et prendre conscience du pouvoir qu'elles peuvent avoir sur les hommes, elles vivent leur jeunesse, il leur sera bien temps de jurer fidélité ou même sans celà d'être tenue par des obligations familiales pour mener une vie normalement morale. C'est en jouant avec les limites qu'on accepte les règles, il faut bien que jeunesse se fasse et dans notre beau pays elles trouveront toujours des sourires compréhensifs, voire complices.Telle est notre jeunesse de france ouverte et si ordinaire, peureuse et si courageuse, tel est notre pays aux citoyens méfiants à l'égard des étrangers mais compassionnels pour ceux qu'ils connaissent.
  • Les fautes du président

    18 nov. 2015 | Par Lefrançois | 1 recommandé
    Etre allé au Bataclan, ne pas avoir pu rentrer du fait des risques d'explosion, ressentir du coup un sentiment d'impuisance face à un tel carnage et par là prendre le risque de prendre des mesures sécuritaires bien trop larges sous l'emprise de l'émotion.Ne pas donner une suite judiciaire aux renseignements collectés sur le radicalisme terroriste est une faute, accepter que des enseignements vent debout contre les lois de la république soient diffusés est une faute, plier nos règlements d'espace publics et privés aux desiterata d'une communauté religieuse est une faute. Comme disait une dame:Nous fraterniserons avec les 5 millions de musulmans qui exercent leur religion librement et gentiment et nous nous battrons contre les 10 000 barbares qui tuent, soi-disant au nom d'Allah.A l'heure où les débats deviennent forcément techniques s'en tenir à cette colonne vertébrale est plus que suffisant.Le spécialiste sécurité de la droite expliquait hier qu'il avait refusé de voter la loi sur le renseignement parce qu'il n'acepte pas que le boulanger du coin soit espionné alors que l'état n'a pas à se protéger de ses citoyens mais de radicaux en nombre limité agissant au nom d'une idéologie bien définie.NB: 5 jours sans mesures concrètes, l'assignation à résidence, alpha et omega des mesures d'urgence risque de montrer à nos dépens son inanité, car il existe des précédents bien connus d'évanouisssement dans la nature.
  • Toulouse, état des lieux

    17 nov. 2015 | Par Lefrançois | 1 recommandé
    http://www.ladepeche.fr/article/2015/11/17/2218662-les-salafistes-toulousains-sous-pression.htmlvingt toulousains qui sont partis faire le djihad en syrie sont rentrés.Chiche, par respect du droit, comme le préconisent Urvoas et Mélenchon on attend qu'ils nous tuent pour les mettre hors d'état de nuire?