Marina Déak

Réalisatrice, auteure.

Paris - France

Sa biographie
J'essaie de penser deux trois choses et de les mettre en forme, sous diverses formes : depuis mon nombril mais plus loin que le bout de mon nez
Son blog
11 abonnés Le blog de Marina Déak
Voir tous
  • LE PARFUM VERT, verdâtre

    Par
    Je parlerai peu cinéma ici, car si je peux réellement apprécier le désir à l’œuvre (ce croisement entre film noir et burlesque), j’ai été si effroyablement insensible à son produit que j’en parlerais trop mal. Mais politique, oui, il faut...
  • Trahir, Est et Ouest, hier et aujourd'hui : RADIO METRONOM

    Par
    Un fil, qu’on tire, qui semble ténu et presque pauvre, même : puis soudain ça bascule on l’on a un autre « Armaggedon », pour moi plus fort qu’Armaggedon, la première fois du moins, au moment de la rencontre avec le film.
  • CE QUE LE CINEMA NOUS OFFRE, OU PAS

    Par
    Deux films à la suite, une question commune. LES PIRES / CORSAGE. Pourquoi je continue à aller au cinéma, je cherche, au moins ça me fait chercher (et les deux films sont bons, ou a minima bourrés de qualités, ce qui n'est pas rien)
  • AUCUN OURS

    Par
    Face à un si beau film il est soudain plus difficile de parler. Le film parle pour lui-même : il faut aller le voir, absolument. Quelques remarques malgré tout pour voyager dans et avec le film, pendant, après.
  • LES AMANDIERS (le film, hein)

    Par
    (aïe aïe aïe, je vais essayer de ne pas exploser sur telle ou telle mine) Sacré mille-feuilles, et sacrée patate chaude (même en ne parlant que du film), et assemblage d’éléments, de sensations, d’idées et de réactions qui tirent à hue et à dia. Pour moi, en tout cas.