Blog suivi par 113 abonnés

Le blog de M Tessier

Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
  • Le Professeur de lettres (Anton Tchékhov)

    Par | 88 commentaires | 8 recommandés
    Voici un récit publié en deux temps, à cinq années d'intervalle. L'auteur réservait un sort funeste à tous ses personnages, on le supplia de n'en rien faire. Du coup, le récit connut, vers la fin, une étrange bifurcation... Cette traduction est bien sûr dédiée au blogueur L'Épistoléro, qui le mérite largement.
  • Ionytch (Anton Tchékhov)

    Par | 89 commentaires | 7 recommandés
    Un récit médité durant l'hiver 1897-1898 que Tchékhov passa à Nice, rédigé à son retour à Mélikhovo au début de l'été suivant et publié en septembre 1898. Texte sans joie qui n'est pas sans rappeler les grandes pièces de l'auteur.
  • Douchetchka (Anton Tchékhov)

    Par | 119 commentaires | 4 recommandés
    Voici un récit du début 1899, un texte qui ne passa pas inaperçu. Il suscita la grande admiration de Tolstoï, pour une fois totalement enthousiaste... pour des raisons qui lui étaient propres.
  • Le médecin du district (Ivan Tourguéniev)

    Par | 19 commentaires | 4 recommandés
    Voici le quatrième récit du premier cycle des "Récits d'un chasseur".
  • En chariot (Anton Tchékhov)

    Par | 9 commentaires | 4 recommandés
    Voici un très joli petit texte écrit à la fin de l'année 1897, après "Le Petchénègue" et "Dans son coin natal". Tolstoï loua le pittoresque du récit, même s'il émettait des réserves sur le contenu...
  • Cherry-Brandy (Varlam Chalamov)

    Par | 29 commentaires | 8 recommandés
    Voici un chapitre, entièrement consacré à l'évocation de la mort du poète Ossip Mandelstam, des « Récits de la Kolyma », immense et terrible recueil de souvenirs du Goulag rédigés par celui qui dit un jour – sans que son interlocuteur protestât – à Soljénitsyne : « Tu n'as pas connu le pire ».
  • Dans son coin natal (Anton Tchékhov)

    Par | 16 commentaires | 10 recommandés
    Voici un petit récit de 1897, écrit à Nice et cousin du Petchénègue, en quelque sorte. La résignation triste qui s'en dégage s'oppose à l'espoir apparu dans le dernier texte terminé par Tchékhov quelques années plus tard, La Fiancée.
  • Le Petchénègue (Anton Tchékhov)

    Par | 47 commentaires | 5 recommandés
    Un petit récit mordant de 1897, qu'Ivan Bounine, ami de l'auteur, appréciait beaucoup.
  • Un cas de pratique médicale (Anton Tchékhov)

    Par | 24 commentaires | 5 recommandés
    Voici un récit ... aussi peu médical qu'il est possible. Ce récit parut en décembre 1898 dans la revue littéraire mensuelle La Pensée russe, éditée à Moscou depuis 1880. L’auteur devait y réfléchir depuis juillet 1897, puisqu’on trouve dans l’un de ses carnets, à cette date, la réflexion sur la question délicate à poser aux condamnés et aux gens riches.
  • L'Épouse (Anton Tchékhov)

    Par | 21 commentaires | 6 recommandés
    Un petit texte mordant de 1895. Il rappelle "Ariane" – dont l'exhortation finale change la perspective. Alors qu'ici... On peut recommander la lecture de "Lueurs" (nommé "Les Feux" dans d'autres traductions) pour contrebalancer l'impression de misogynie qu'on pourrait retirer de ce texte.