Blog suivi par 11 abonnés

Le blog de Marina Déak

Réalisatrice, auteure.
Paris - France
  • Simpliste et compliqué, et réciproquement

    Par | 12 commentaires | 14 recommandés
    Pourquoi se prendre la tête, franchement ? Vous n'êtes pas d'accord avec votre ami, laissez donc la place à votre ennemi, c'est plus facile. Comme tout cela est fatiguant, vous avez besoin de vous ressourcer, alors quand vous allez au cinéma, il faut que ce soit agréable. Plus facile de défaire que de faire, plus facile d'avaler que de plonger, c'est sûr. Nomadland - les élections : Je ne peux pas m'empêcher d'y voir envers et endroit de la même pièce : ne pas penser.
  • A force de jouissance triste...

    Par | 1 recommandé
    Ces temps-ci, se déploie avec vigueur un potentiel resté jusqu'à présent un peu caché, un peu marginal. Désormais, la passion triste du sacrifice est là. En plein. Elle s'étale. Elle se gorge d'elle-même. D'autant plus qu'elle est nécessairement du côté du Bien. Et elle nous emmène au précipice en chantant (une complainte, bien sûr).
  • Désécarquiller les yeux : VOIR où nous allons

    Par
    J’ai fait un rêve, c’était un cauchemar. Il m’a paru l’image de ce que nous ne voulons pas savoir. Si nous regardions cette image, nous ne pourrions plus accepter de jouer à ce petit jeu-là, ce suicide collectif auquel nous nous prêtons de diverses manières aujourd’hui.
  • Ciné-tracts

    Par | 1 commentaire | 4 recommandés
    Pendant que les salles de cinéma essaient de survivre, des cinéastes parcourent les rues encore ouvertes pour dire leur colère et celle de tous ceux qu'on n'entend pas. Je relaie ci-après, en écho et suite à l'interpellation publiée il y a quelques jours, leur appel à «Plans-portraits».
  • Démocratie en danger: un appel

    Par | 6 recommandés
    Nous nous sommes retrouvées, Mariana Otero, Estelle Fredet et moi-même, trois cinéastes, à la manifestation des soignants de ce jeudi 15 octobre, nous y avons discuté, ensemble et avec quelques élus présents, de ce qui nous semble la nécessité de se dresser aujourd’hui contre des décisions aberrantes et délétères, et nous avons dans la foulée écrit ce texte.
  • Et maintenant, LA TRIQUE

    Par | 2 commentaires | 6 recommandés
    Hier nous étions dans une démocratie bancale, aujourd’hui nous ne sommes plus en démocratie ; c’est officiel, c’est dit. Aujourd’hui, c’est « plus de bleu dans les rues » (quand on n’en avait jamais vu autant, et de plus en plus, que les cinq dernières années), et : vous allez arrêter de faire autre chose que ce qu’on vous dit de faire. Vous obéissez, désormais.
  • Le nez au milieu du visage, bis. Peut-être que la loi ne vaut plus.

    Par
    J’ai reçu réactions et commentaires d’amis au texte d’il y a deux jours, ils me paraissent approfondir le sujet chacun à sa manière, et je les présente ici, avec l’autorisation de leurs auteurs. Bien sûr c’est enfoncer le clou. N’est-ce pas précisément ce dont il s’agit ? Penser et parler plus profond et plus loin. Et répéter, oh oui
  • Râler, rater encore, râler mieux

    Par | 2 recommandés
    Le nez au milieu du visage et la question interdite. Porter le masque, croiser les masques, parler du masque tous les jours ("le masque" valant ici comme représentant et pas totalité), essayer d'avoir des perspectives et elles ne cessent d'échapper - et tous les jours s'interroger. Qu'est-ce qu'on fiche là de cette manière ? Pourquoi je n’arrive pas à avoir peur comme on l’attend de moi ?