modop

Actions de recherche collectives pour rendre visibles les rapports de domination

Grenoble - France

Sa biographie
Modus operandi (ModOp) ouvre des espaces de parole avec des personnes qui ne peuvent pas parler à cause des dominations qui organisent notre société. Dans les discours dominants (médias, politiques, langage courant) ils sont appelés « migrants », « faux réfugiés », « jeunes de quartiers »… Ces espaces où la parole collective est travaillée, deviennent ensuite des arènes où la confrontation avec une autre parole est possible. Ensemble, nous formons des collectifs de recherche qui étudient les formes de violence vécue pour pouvoir lui donner un nom, pour nommer le conflit dans lequel elle agit. Cette méthode ancrée dans l’action avec les premiers concernés par la violence permet de réaliser des analyses complexes. L’action et l’analyse sont ainsi indissociables et s’auto-alimentent : de nouvelles analyses donnent lieu à de nouvelles actions qui ouvrent à de nouvelles analyses etc. Par cette démarche, modop cherche à diffuser et à appliquer une approche constructive du conflit en faisant connaître l’approche de la transformation de conflit. A la base de cette approche, nous défendons la conviction que le conflit comporte des vertus transformatrices et pédagogiques.
Son blog
3 abonnés Le blog de modop
  • 3 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 9 contacts
Voir tous
  • Permettre l’autonomie des personnes en précarité administrative

    Par
    Les personnes étrangères sans papiers ou avec un droit au séjour limité rencontrent un certain nombre d’obstacles dans la réalité administrative qui les empêchent d'être autonomes. Pour sortir de cette logique, nous réclamons des droits au séjour pérennes pour toutes les personnes en situation administrative précaire.
  • Dénoncer la fabrique légale de l'hostilité envers les personnes étrangères précaires

    Par
    Nous voyons, au fil des réformes portant sur l'asile et l'immigration, et dans une surenchère répressive, à la fois une fabrique de l'hostilité à l'égard des personnes étrangères en situation administrative précaire et une responsabilité inversée : ces personnes sont rendues responsables de leur situation d'illégalité, coupables et à ce titre, enfermées.
  • Pour une société plus juste, des droits de séjour pérennes pour toutes et tous

    Par
    Pour en finir avec des situations violentes et inextricables que connaissent les personnes en situation administrative précaire, nous réclamons des titres de séjour longs pour tou·tes – sans papiers ou titulaires d’un titre de séjour court ou sous récépissé en raison de la dégradation de leur situation sociale – pour un égal accès à l’autonomie, aux droits de vivre dignement et sereinement.