Olivier Le Cour Grandmaison

Université d'Evry-Val d'Essonne, sciences politiques et philosophie politique

Son blog
284 abonnés Le blog de Olivier Le Cour Grandmaison
Ses éditions
1 / 3
Voir tous
  • Le fond de l’air est gris: «grand remplacement» et islamophobie au temps du Covid-19

    Par
    Philo-idéologues doublés de dangereux démagogues qui attisent mépris, indignation et colère, pensés par beaucoup, comme les courageux défenseurs de la laïcité, de la République et de la France... Retour sur les dernières sorties d'Alain Finkielkraut et Michel Onfray. Convaincus d’avoir atteint les sommets de la philosophie, ils la travestissent.
  • «De la guerre sanitaire à la guerre économique et sociale»

    Par
    A la «guerre sanitaire» aujourd’hui déclarée, risque de succéder une «guerre économique et sociale» impitoyable pour les salariés, les fonctionnaires et les habitants des quartiers populaires. J'ai imaginé ce que pourrait être le discours du président de la République...
  • Misère des universités et universités de la misère

    Par
    La Loi de programmation pluriannuelle de la recherche défendue par le gouvernement ne concerne pas seulement les membres de l’enseignement supérieur. Parents, ce sont vos espoirs, vos efforts individuels et financiers, et l’avenir de vos enfants qui sont en jeu et qui risquent d’être plus encore mis à mal si ce projet liberticide et inégalitaire est adopté. De même pour les lycéen·ne·s et les étudiant·e·s. 
  • Décombres politiques. Et après?

    Par
    L’heure est à l’urgence économique, sociale, écologique et politique, et à la résistance dans un contexte dégradé comme rarement. Contrairement aux analyses de certains, la crise est sans doute beaucoup moins celle du politique que celle des organisations existantes, et elle affecte aussi les syndicats de salariés et d’étudiants... Aussi les résistances à venir devront être unitaires, indépendantes, pluralistes et démocratiques ou elles ne seront pas.
  • Universités: la «dictature des identités» et des minorités «indigénistes»?

    Par
    Hier, la peur « du Rouge » et des intellectuels « marxisants » tenait lieu de programme et de prêt-à-penser pour ceux qui prétendaient défendre le monde libre. Aujourd’hui, la première est complétée par une autre: celle de « minorités indigènes » forcément capables, grâce à leurs réseaux et à leurs nombreux complices au sein de l’institution universitaire, d’imposer leur dangereuse « tyrannie. »
Voir tous