Blog suivi par 128 abonnés

C'est pas moi qui l'dis....

  • Raoul-Marc Jennar : Traité transatlantique, des gouvernements informés au jour le jour...mais pas les peuples.

    Par | 2 commentaires | 3 recommandés
    On connaît, sur Mediapart, Raoul-Marc Jennar par le blog qu'il tient là,  http://blogs.mediapart.fr/blog/raoul-marc-jennar, et l'on sait l'intérêt qu'il porte au traité de libre-échange en cours de négociations entre les Etats-Unis et l'Union Européenne.De l'entretien qu'il m'a accordé et que l'on peut trouver là http://ilfautledire.fr/ en vidéo, MP3 et transcription, on peut retenir ce passage particulièrement intéressant : un comité, dit "comité 207", au sein duquel on trouve le représentant permanent de la France auprès de l'UE et deux haut-fonctionnaires de Bercy, informe régulièrement notre gouvernement de l'avancée des négociations ; il s'agit bien de lier indéfectiblement le destin de notre continent à celui des Etats-Unis. Un tel engagement ne mériterait-il pas un débat démocratique?
  • Traité Transatlantique : une attaque contre la démocratie.

    Par | 5 commentaires | 7 recommandés
    On ne sait pas grand chose sur l'accord de libre-échange qui est en cours de négociations entre les USA et l'Union Européenne. On lit ici ou là depuis quelques temps que le commissaire européen au commerce, Karel de Gucht,  commencerait à prendre en compte les critiques sur le mécanisme de réglement investisseur-Etat. Faut-il le croire?Mais qu'est-ce que ce "mécanisme de règlement investisseur-Etat? Extrait de l'interview de Frédéric Viale, membre de la Commission Europe du mouvement Attac, qui nous apprend qu'il n'y a pas un mécanisme, mais deux, à surveiller de près....Ce qu'apporte cet accord et ce qui est nouveau par rapport aux autres types d'accords qui existent déjà, c'est qu'il prévoit deux mécanismes qui sont potentiellement explosifs pour la démocratie. Le mécanisme de réglement investisseurs – Etat Le premier mécanisme est dit « mécanisme de règlement investisseurs - Etat ». C'est la possibilité laissée à un investisseur, c'est-à-dire à une entreprise, de poursuivre un État ou une collectivité locale qui aurait pris une décision ou une réglementation publique, quelle qu'elle soit, qui porterait atteinte à ses bénéfices escomptés, ou, pour utiliser le jargon utilisé dans le mandat qu'a reçu la Commission pour négocier, des « mesures qui constitueraient des menaces d'expropriation ou des expropriation directes ou indirectes pour les entreprises ». Tout type de décision, tout type de réglementation, qui à un moment ou à un autre serait contraire aux intérêts des entreprises, serait susceptible de diminuer la rentabilité de leur investissement, pourrait donner lieu à une condamnation de l'État ou de la collectivité locale qui prendrait ce genre de décision par un arbitre international, pas du tout par un juge, mais par un arbitre international. Ça, c'est le premier mécanisme qu'on trouve dans ce projet d'accord. Le mécanisme de « convergences réglementaires »
  • Traité transatlantique : une affaire aussi de géopolitique

    Par | 4 commentaires | 4 recommandés
    C'est en Septembre dernier que la fondation Respublica organisait un colloque sur le projet de marché transatlantique, colloque auquel participaient autour de Jean-Pierre Chevènement, maître de cérémonie, Hubert Védrine, Xavier Bertrand, le journaliste Jean-Michel Quatrepoint et l'économiste Jean-Luc Gréau.Le traité transatlantique? Une vraie question de géopolitqiue dont il faudrait sans doute parler.*** S'il aboutit, le traité de libre-échange en cours de négociation depuis Juin dernier entre les Etats-Unis et l'Union Européenne aura des conséquences géopolitiques considérables. Raison de plus de ne pas en parler, apparemment ! « La classe politique ne s'exprime pas sur ce sujet ! La classe médiatique non plus ! », s'exclamait Xavier Bertrand (UMP), invité le 16 Septembre dernier par le Président de la Fondation Res Publica, Jean-Pierre Chevènement, à s'exprimer sur ce projet de traité aux côtés d'Hubert Védrine, ancien Ministre des Affaires Etrangères. Pourtant, les enjeux sont de taille ! Il s'agit ni plus ni moins d' abaisser ce qui reste de barrières tarifaires entre ces deux grandes entités économiques. Et surtout de lever tous les obstacles non tarifaires au commerce, ce qui concerne au premier chef les normes : déjà quelques voix s'élèvent, craignant de voir arriver dans nos assiettes OGM et bœuf aux hormones, fleurir les puits d'extraction de gaz de schiste ou de voir brader notre « exception culturelle », arbre qui a caché si habilement les véritables enjeux du Transatlantic Trade and Investissement Partnership ( TTIP). ECRIRE LES REGLES DU COMMERCE MONDIAL ... Car les enjeux vont bien au-delà de ceux d'un accord de libre-échange ordinaire : les USA et l'UE, c'est 40% du commerce mondial et les 2/3 des dépense en recherche et développement ! Comme le soulignait Nicole Bricq, la Ministre du Commerce extérieur chargée de suivre ce dossier, lors de la présentation du Ramsès à l'IFRI le 11 Septembre dernier : « Si cet accord aboutissait, ses conclusions s'imposeraient au reste du monde. Il écrirait, de fait les règles du commerce mondial ». Les USA, en collaboration avec les Européens - si on est optimiste -, décideront pour le monde entier. Et foin du multilatéralisme !
  • Vieille peau !

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
  • 458 A au Code Pénal grec..; Vrai ou faux?

    Par | 9 commentaires | 2 recommandés
  • Quand la conseillère du commerce extérieur de la France prédit elle-même le désastre à venir du Pacte Transatlantique...

    Par | 2 recommandés
  • Pacte transatlatique: ce qui risque de changer, par Gérard Filoche

    Par | 5 commentaires | 4 recommandés
  • Pacte budgétaire: lettre à ma députée

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
  • Pacte budgétaire: s'il n'y avait qu'un argument contre, ce serait celui-ci !

    Par
    Bien sûr on pourrait se lancer dans des arguties de théorie économique... Personne n'y comprendrait rien, il faudrait des semaines pour expliquer...S'il ne devait y avoir qu'un argument, ce serait celui souligné dans l'excellentissime article de Philippe Mürer, très clair, très pédagogique article que je vous invite à lire en entier ( très intelligemment, Philippe Mürer met en avant d'abord des arguments liés à la question démocratique, les plus importants, avant d'avancer des arguments économiques) : http://www.marianne2.fr/Le-Pacte-budgetaire-europeen-un-t...Il dit : "[...] 4. Sanctions quasi automatiques pour les déficits jugés excessifs supérieur à 3% du PIB. Désormais un pays qui violera cette Règle sera exposé à des sanctions sauf si 72% des votants au Conseil Européen vote contre ces sanctions! On rappellera en passant que le déficit public de la France pour 2011, année de croissance, a été de 5,2%, celui de l’Italie de 3,9%, celui de l’Espagne de 8,5% Si le pays est sanctionné, la Commission interviendra dans l’élaboration du budget d’un Etat pour demander des « réformes structurelles » (article 5 du Pacte Budgétaire Européen ).
  • Pacte budgétaire : une brève note explicative de la Fondation Schuman.

    Par | 2 recommandés
     A Gauche, on peut assurément parler de retard à l'allumage. Le vote sur le pacte budgétaire va avoir lieu dans quinze jours, trois semaines, et toujours aucun site pour présenter le traité ( TSCG), avancer des arguments... Un site est en construction ( http://www.pacte-budgetaire.org/) , mais il est en construction et les choses urent ( depuis Juin, au minimum...) Heureusement, la Fondation Robert Schuman a bossé, elle. Bien sûr, ce n'est pas un repère de gauchistes, c'est sûr, mais plutôt d'Européistes convaincus... N'empêche, ils ofrent les moyens de comprendre rapidement l'architecture générale du traité, les points sur lesquels il faut concentrer son attention, et ce n'est déjà pas si mal....C'est là http://www.robert-schuman.eu/comprendre-le-pacte-budgetai... et on a accès sur la même page au texte du traié lui-même....