Blog suivi par 163 abonnés

à celles et ceux qui luttent et qui résistent

À propos du blog
Un blog qui parle de mouvement social et d’émancipation (avec pas mal de syndicalisme dedans mais pas que).
  • Que nos grèves soient puissantes

    Par | 25 commentaires | 48 recommandés
    Que nos grèves soient puissantes. Ce n’est pas une prière, c’est une déclaration d’intention. Un défi lancé au pouvoir du Capital, celui qu’exercent physiquement patronat et gouvernement. Une promesse à tenir pour notre classe, pour notre camp social. Le 19 janvier, par la grève, nous refuserons qu’ils nous volent des années de vie libérée.
  • Quelle actualité et quelle utilité pour un syndicalisme unifié ?

    Par | 3 commentaires | 8 recommandés
    L’avenir du syndicalisme passe-t-il par une alliance privilégiée entre la CGT et la CFDT comme le propose le chercheur Jean-Marie Pernot ? Pour se donner des perspectives autrement émancipatrices, l’hypothèse d’une unification syndicale « de lutte » rassemblant CGT, FSU et syndicats SUD/Solidaires est d’une autre portée.
  • Ce que la grève doit aux grévistes

    Par | 17 commentaires | 28 recommandés
    Tout. C’est ce que la grève doit aux grévistes. Deux choses au moins devraient en découler : 1. que ce sont celles et ceux qui font grève qui décident ; 2. que si l’on veut que la grève soit forte alors il faut des grévistes partout.
  • 1972 : au Joint français, la colère bretonne

    Par | 5 commentaires | 13 recommandés
    Banderole de la Ligue communiste le 1er mai 1972 © Jean-Claude Vimont (Blog Rock-Culture-Politique, Rouen) Banderole de la Ligue communiste le 1er mai 1972 © Jean-Claude Vimont (Blog Rock-Culture-Politique, Rouen)
    Il y a cinquante ans, le 9 mai 1972, les grévistes du Joint français rentraient dans leur usine de Saint-Brieuc la tête haute. Parce qu’après plus de deux mois de lutte, la colère bretonne et la dignité ouvrière l’avaient emporté sur le mépris patronal. Retour sur cette « grève significative » et sur le sens de la solidarité de classe.
  • Battre et se battre

    Par | 11 commentaires | 27 recommandés
    La menace de l’arrivée au pouvoir d’une candidate fasciste est désormais réelle. On ne peut plus penser le « vote barrage » comme dans les années 90. On doit surtout réfléchir sérieusement à ce qu’il faut battre et à comment se battre dans les semaines, mois et années qui viennent. Point de vue d’un syndicaliste.
  • Les Utopiques n°19 : Pouvoirs, politique, mouvement social

    Par
    couv-utopiques-19
    Pouvoirs, politique, mouvement social. L’articulation des trois termes a traversé l’histoire du mouvement ouvrier, et, en cette veille d’élections, continue à interpeller celles et ceux qui veulent changer la société. Dans une telle période, revenir sur cette question est un enjeu nécessaire pour « les jours d’après ». L’éditorial et le sommaire complet dans ce billet.
  • 20 mai 1974 : quel jour d’après ?

    Par | 7 commentaires | 5 recommandés
    20-mai-1974
    Déambulation archivistique autour du journal des « Comités du 20 mai pour l’autogestion socialiste », publié en 1974 à l’occasion de l’élection présidentielle. Et d’un texte de Maurice Najman du même titre, reproduit dans ce billet pour quelques interrogations toujours d’actualité.
  • Michel Desmars (1942-2021), militant de Mai

    Par | 62 commentaires | 45 recommandés
    Michel Desmars en 1968 Michel Desmars en 1968
    Michel Desmars est décédé le 21 décembre, à 79 ans. Figure rouge et noir du mois de Mai 68 à Tours en Indre-et-Loire, cheminot et syndicaliste révolutionnaire, internationaliste, il fut tout cela à la fois. Homme du camp de l’émancipation, il était l’un des nôtres.
  • Lip ou le grand collectif

    Par | 25 commentaires | 29 recommandés
    Lip-Unité n°1, bulletin édité par les grévistes, 11 juillet 1973 Lip-Unité n°1, bulletin édité par les grévistes, 11 juillet 1973
    En 2021, Charles Piaget a publié aux éditions Syllepse un petit livre, « On fabrique, on vend, on se paie. Lip 1973 ». Militant ouvrier d’une grande intégrité, ancien délégué CFDT de l’usine Lip de Besançon, il nous raconte cette lutte, à sa manière, précise et sincère. Un petit livre précieux pour les engagements d’aujourd’hui.
  • 17 octobre 1961, continuer la bataille décoloniale et antiraciste

    Par | 5 commentaires | 11 recommandés
    [Rediffusion] En omettant délibérément de parler de racisme, de discrimination, de colonialisme, de police même, à propos du 17 octobre 1961, le président Macron a donné des gages à un système d’impunité, de domination et de violence qui perdure aujourd’hui. Notre responsabilité de militant·es de l’émancipation est de prendre résolument part à la bataille décoloniale et antiraciste.