Blog suivi par 227 abonnés

Le blog de Anice Lajnef

Citoyen libre.
Londres Paris - Royaume-Uni, France
À propos du blog
Economie, finance, système monétaire, banques, fiscalité sociale... Electron libre. Twitter : @AniceLajnef
  • Conseils économiques aux jeunes générations

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    Avec mon compte Twitter et mon blog sur Médiapart, l'économie est abordée sous un angle politique, car rien n'est plus politique que l'économie. Elle est aussi abordée sous un angle théorique, car il faut analyser le fondement de la finance pour pouvoir critiquer les mécanismes qui la régissent. Qu'en est-il dans la vraie vie ? Quels conseils donner à ses proches et à ses amis ?
  • Le péché originel de la classe dirigeante

    Par | 1 recommandé
    Pour comprendre le profond malaise entre le peuple et la classe dirigeante, il faut revenir aux origines, et au deal proposé jadis par les banquiers à nos gouvernants.
  • La double perversion du capital moderne

    Par | 2 recommandés
    C'est très à la mode de critiquer le capitalisme, mais comme tous les mots en "isme", tout le monde s'y perd un peu, au grand bonheur des instigateurs du système financier. Pour bien comprendre ce qui se joue en ce moment dans notre économie, il faut faire preuve d'un peu de finesse et prendre un peu de recul.
  • Le réseau social de l'économie

    Par | 2 recommandés
    L'économie repose sur la notion de crédit avec intérêts qui pousse à l'accumulation des richesses sur des agents économiques qui finissent par dominer tous les autres intervenants. Ce système vertical et dont le pouvoir est concentré sur une minorité doit être remplacé par un système économique horizontal et démocratique.
  • Le cycle de l’usure

    Par | 1 recommandé
    Le sens commun donné de nos jours à l’usure n’est pas le sens originel mentionné par Aristote ou par les scolastiques du Moyen-Âge. Petit à petit, les usuriers vont lui donner comme sens celui d’un taux d’intérêt exagérément élevé, une manière pour eux de mieux justifier leur activité.
  • Comment introduire le bitcoin dans l’économie pour casser le monopole bancaire ?

    Par | 10 commentaires | 2 recommandés
    Le bitcoin est une monnaie alternative non reconnue par les autorités publiques. Il concentre sur lui la foi d'une communauté qui cherche à se libérer du diktat de la dette et du monopole bancaire. Quels sont les avantages et les inconvénients du bitcoin ? Y a-t-il une possibilité d'institutionnaliser cette monnaie pour le bien de l'économie qui est prise au piège de la logique de la dette ?
  • Finance: les instigateurs du désordre, et ceux qui en profitent…

    Par | 4 commentaires | 6 recommandés
    Quand la banque ou la finance est critiquée, je remarque que certains pensent que ceux qui y travaillent sont les pires des personnes. En réalité, 99.9% des salariés sont à l'image de la société. Ils se lèvent le matin pour un salaire, et rentrent chez eux le soir. Ils ne se sentent pas responsables des règles du jeu qui sont à leur avantage. Mais alors qui est vraiment responsable ?
  • Le banquier central et le Prince de Brunei

    Par | 1 recommandé
    Les juges allemands ont posé un ultimatum à la Banque Centrale Européenne, jugeant qu'elle outrepasse son mandat avec la politique monétaire connue sous le nom de Quantitative Easing. Mais quelles sont les réelles implications de cette politique sur l'économie. Nous essaierons de les entrevoir à travers une analogie avec l'investissement immobilier.
  • Un jubilé de la dette en douceur

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    Le jubilé de la dette est une suppression de toutes les dettes. Dans l'Ancien Testament, tous les 50 ans, le jubilé permettait la libération des serviteurs des riches, qui ayant contracté des dettes, n'ont pu s'en acquitter. La crise actuelle liée au coronavirus est l'occasion de sortir d'une économie du tout-crédit et de desserrer l'étau de la dette sur l'État et les ménages.
  • La monnaie doit-elle obligatoirement être liée à une dette ?

    Par | 2 commentaires | 4 recommandés
    Nous allons nous attaquer à une question qui secoue les économistes : la monnaie doit-elle forcément être la matérialisation d'une dette ? Et si tel est le cas, quelles en sont les conséquences ?