Blog suivi par 233 abonnés

Le blog de Bertrand ROUZIES

  • La fraude fiscale, un vieux sport d’élite

    Par | 6 commentaires | 39 recommandés
    « Charivari pour les noces de Fauvel » (détail), "Roman de Fauvel", Paris, vers 1320, BNF, Fr. 146, fol. 34. « Charivari pour les noces de Fauvel » (détail), "Roman de Fauvel", Paris, vers 1320, BNF, Fr. 146, fol. 34.
    Ce pourrait être Jersey au XXIe siècle, avec John Dick à la manœuvre, mais non, il s’agit d’Arras au XIIIe siècle, avec les Crespin, Louchart et autres Hukedieu, échevins corrompus dont des jongleurs dénoncent en vers les stratégies d’évitement de l’impôt. Nos tricheurs modernes usent de vieilles ficelles, mais celles-ci manquent de satiristes aussi mordants que nos anciens poètes pour les dire.
  • L’indécente compétition de l’indignation

    Par | 97 commentaires | 138 recommandés
    La violence extrême, d’où qu’elle vienne, me terrorise, me glace, me sèche la langue, me noue l’estomac. Alors, à l’annonce du meurtre de Samuel Paty, ç’a d’abord été le silence, plus exactement un hurlement muet, comme dans un cauchemar. Puis, par habitude de métier, je me suis aventuré dans le fil des commentaires des articles sur le sujet. Rechute dans le cauchemar.
  • Lubrizol: le patrimoine comme cause environnementale

    Par | 11 commentaires | 19 recommandés
    Rouen, 26 septembre 2019, abbatiale Saint-Ouen. © LAM Rouen, 26 septembre 2019, abbatiale Saint-Ouen. © LAM
    Grâce à une association rouennaise, le rapport sénatorial sur l’explosion de l’usine Lubrizol reconnaît pour la première fois en France le principe d’une indemnisation pour atteinte au patrimoine. Quels sont les enjeux dans une des villes les plus riches du pays en la matière, et l’une des plus exposées historiquement aux accidents industriels ?
  • On ne devrait plus pouvoir le redire

    Par | 43 commentaires | 43 recommandés
    En France, on peut à peu près tout dire. À la limite, pourquoi pas : l’insanité est un révélateur instructif des cloaques intérieurs. On l’accepterait volontiers si, en plus du ridicule, la sanction pénale éventuelle la rejetait aussitôt et à jamais dans sa fosse mentale. Ce qui est le plus gênant, c’est qu’il soit permis de dire n’importe quoi et de le redire inlassablement, en toute impunité.
  • L’arrêt de mort des moulins français

    Par | 149 commentaires | 145 recommandés
    Troisième plus important patrimoine du pays, avec des dizaines de milliers d’ouvrages pluriséculaires, le patrimoine molinologique hydraulique, traité comme un vulgaire « obstacle à l’écoulement des eaux », a vu son sort scellé, comme cadeau de départ empoisonné, par un décret d’Édouard Philippe écrit sous la dictée des lobbies écocidaires et sous couvert d’écologie.
  • De la redite dans l’inédit

    Par | 18 commentaires | 33 recommandés
    Le déni gouvernemental d’une pénurie persistante de matériel médical, révélatrice de négligences et d’une impréparation criminelles, alors que le scénario pandémique est étudié de longue date, recouvre un autre déni : si le virus est singulier, la situation a un précédent historique, l’épidémie de grippe espagnole. Plongée dans le « Journal de Rouen », année 1918.
  • Devoir de transparence et devoir d’inventaire

    Par | 75 commentaires | 144 recommandés
    Le président de la République dirige en comptable. Il est donc comptable, avec ses ministres, ses conseillers et l’ensemble de la classe politique qui l’a suivi par calcul dans sa marche à l’abîme, de la chaîne de décisions qui nous a menés au point de bascule où nous sommes. Il est de notre devoir, à nous citoyens, d’en dresser l’inventaire complet. C’est notre guerre à nous.
  • Femmes: la part souffrante de l’humanité toujours inaudible

    Par | 51 commentaires | 35 recommandés
    Matthias Grünewald, "Crucifixion" (détail), retable d'Issenheim (1512-1516), Colmar, musée Unterlinden. Matthias Grünewald, "Crucifixion" (détail), retable d'Issenheim (1512-1516), Colmar, musée Unterlinden.
    Une étude publiée dans l’«European Heart Journal» révèle qu’une femme victime de malaise cardiaque dans un lieu public a moins de chances qu’un homme d’être ranimée par des témoins. Le doigt est mis sur une inégalité persistante où le combat pour la parité devrait se porter prioritairement, car là se trouve la racine d’une injustice majeure : à parole mutilée, chair et sensibilité mutilées.
  • Les métamorphoses de Jean-Paul Delevoye

    Par | 15 commentaires | 19 recommandés
    Le «grand con» brocardé par Chirac est un petit génie dans son genre, trouvant le moyen d’être partout et nulle part. Une sorte de spectre consistant, œuvrant à l’anéantissement des derniers obstacles sur la voie du marche ou crève néolibéral. On ne s’étonnera pas qu’une grande partie du personnel de la Macronie, sous une forme dégradée, soit à son image, s’il l’a recruté. Portrait sonnant.
  • Lettre ouverte à une ingénieure

    Par | 88 commentaires | 75 recommandés
    Nicolas Georgescu-Roegen (1906-1994), un des rares économistes dignes de ce nom. Nicolas Georgescu-Roegen (1906-1994), un des rares économistes dignes de ce nom.
    Est reproduite ici, avec son accord, la lettre d’un géologue à une ingénieure sortie de l’X, lettre qui rappelle les quelques principes physiques auxquels une juste gouvernance doit se conformer si l’humanité ne veut pas abréger sa carrière sur le seul astre habitable connu. Le mur des lois de la matière attend les sectateurs de la croissance au tournant.