Blog suivi par 19 abonnés

Le blog de Carlos Schmerkin

Conseil en édition, membre du comité éditorial du magazine "Books"
Savigny sur Orge - France
  • Le premier disparu de l’ère Macri

    Par | 3 recommandés
    Santiago Maldonado. Santiago Maldonado.
    Selon plusieurs témoins, Santiago Maldonado fut arrêté le 1er août par la gendarmerie à Cushamen, province de Chubut, au sud du pays lors d’une manifestation contre la détention illégale du dirigeant Mapuche, Facundo Jones Huala. La répression fut dirigée par Pablo Noceti, chef de cabinet de la ministre de la Sécurité, Patricia Bullrich.
  • Vera Jarach, Mère de la Place de Mai, interpelle Angela Merkel en Argentine

    Par | 2 commentaires | 9 recommandés
    Hier, jeudi 8 mai, lors de sa visite au Parc de la Mémoire à Buenos Aires, Angela Merkel a dû écouter, non sans agacement, les vibrantes paroles de Vera Jarach, dont son grand père fut déporté à Auschwitz et sa fille Franca, séquestrée par les militaires en 1976, est toujours portée disparue.
  • Stupeur en Argentine suite à la décision de la Cour suprême de justice

    Par | 9 commentaires | 12 recommandés
    La Cour suprême de justice vient de décidér d’appliquer une loi abrogée, la N° 24.390 appelée la « deux pour un » qui permettrai la libération anticipée des militaires condamnés. Cette loi ne peut pas s’appliquer aux responsables de crimes contre l’humanité et pour cette raison la décision est illégale et inconstitutionnelle.
  • Malaise et mobilisation sociale en Argentine

    Par | 5 commentaires | 9 recommandés
    A la veille du 41ème anniversaire du coup d’état du 24 mars 1976, un ras le bol généralisé déferle dans les rues : grève et mobilisation massive des enseignants, manifestations ouvrières, défilés gigantesques le 8 mars pour la journée internationale de la femme, blocages des rues par les organisations sociales, et grève générale annoncée pour le 6 avril par tous les syndicats.
  • Todorov en Argentine: un épisode troublant

    Par | 1 commentaire | 4 recommandés
    Invité par la fondation OSDE,Tzvetan Todorov s'est rendu en Argentine pour la première fois en novembre 2010. M'ayant sollicité pour obtenir des renseignements sur mon pays, je lui ai suggéré quelques lectures et donné les contacts d'amis dirigeants des lieux de Mémoire. A son retour il a publié un article dans le journal espagnol « El Pais » provoquant la polémique en Argentine.
  • Pourquoi Macri et ses fonctionnaires s’acharnent contre la mémoire ?

    Par | 1 recommandé
    L’ex militaire et actuel directeur général des Douanes, Juan José Gómez Centurion affirme que la dictature n’avait pas "un plan systématique pour la disparition de personnes ni génocidaire » et que les actions de l'armée étaient tout simplement une « réaction excessive ».
  • Argentine: vers un état policier?

    Par | 5 commentaires | 6 recommandés
    Depuis un an le gouvernement de Mauricio Macri s’embourbe dans le « dossier » Milagro Sala. La détention arbitraire depuis le 16 janvier 2016 de cette dirigeante sociale et députée du Parlasur est la manifestation la plus visible d’une dérive autoritaire qui est en train de s’installer dans tout le pays.
  • L’Argentine refuse d’appliquer une résolution de l’ONU

    Par | 2 recommandés
    Le 27 octobre, le Groupe de Travail sur la Détention Arbitraire de l’ONU a demandé au gouvernement argentin, dans un long document de 20 pages, l’immédiate libération de Milagro Sala. Cette dirigeante sociale, députée du Parlasur est détenue depuis le 16 janvier 2016 sans aucune base légale ni justification quelconque.
  • Cristina Fernández de Kichner: le retour

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    "Les partis médiatique et judiciaire ont remplacé les coups d'états". Après de nombreux mois de silence, l’ex présidente de l’Argentine a donné le 23 juillet une longue entrevue à six médias internationaux. Cristina Kirchner a abordé avec les journalistes invités chez elle à Calafate, différents thèmes de l’actualité argentine.
  • Mauricio Macri : le président indigne

    Par | 4 commentaires | 14 recommandés
    Dans une récente interview, le président argentin a déclaré « ne pas avoir la moindre idée du nombre des disparus : 9 000 ou 30 000, si ce nombre est celui qui figure sur un mur ou s’ils sont plus nombreux ». Il a parlé de « guerre sale » et non de terrorisme d’état et a tenu des propos injurieux à l’encontre de Hebe de Bonafini, présidente des Mères de la Place de Mai en la traitant de "dérangée"