Blog suivi par 8 abonnés

Le point de vue des invisibles

À propos du blog
Chacun peut revendiquer des identités multiples, surtout celui qui a connu dans sa chair et son âme un tremblement de terre qui lui fit tout perdre. Quand il réalise qu'il vit, alors qu'il est vu comme un mort vivant, il reconstitue avec une obstination patiente son corps avec des pièces déchirées, marchandées à l'étalage de la charité, des pièces qui lui appartenaient mais les voila moisies et méconnaissables. Il les frottera avec courage avec le sel de sa sueur jusqu'à ce que ses ongles saignent, il en mangera des morceaux, il en vomira des lambeaux, il en crachera les salissures au visage de l'indifférence. Lisez Tambour Un journal qui travaille pour changer la vie http://www.tanbou.com/trilingualpress/index.htm
  • Place au peuple : dissolution, élections

    Par | 1 recommandé
    Le peuple a toujours inspiré crainte et mépris aux bourgeois. Les voila ovationnant les forces de l'ordre, aveugles et sourds au peuple, sans souci des principes. Les inégalités causent pourtant l'injustice et la révolte. La légitimité des urnes s'oppose à celle du peuple. Celui-ci étant souverain, il faut dissoudre et voter, plutôt que d'attiser les violences.
  • Le sang et le song

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    Tout finit et tout commence par la poésie
  • La frontière, les papiers

    Par | 2 commentaires | 3 recommandés
    Assis à une table en bois grifféPar la vitre tu scrutes éberluéAu-delà du jardin grillagéTu t'entêtes à observer la pagailleLa file d’attente qui se chamaillePuis soudain
  • Une victoire pour les maitres chiens sans papiers de la SNCF

    Par | 13 commentaires | 9 recommandés
  • On entend les bombes sur le ghetto de Gaza, on n'écoute pas celles qui tombent en Afrique

    Par | 91 commentaires | 16 recommandés
  • Nedjma ou le rêve d'une Europe sociale émancipatrice

    Par | 8 commentaires | 7 recommandés
    La démocratie au sens de citoyens libres et engagés, libres parce qu'engagés n'a jamais existé.La liberté c'est prendre le temps de « donner du temps au temps », comme disait Michel Rocard qui a bien mal tourné à défendre les produits dérivés en ces temps de crise.
  • Ce soir au PS, la nuit des longs couteaux et des petits bulletins

    Par | 7 commentaires | 6 recommandés
    On a pu croire ces derniers 30 ans, et moi le premier, que malgré le dollar flottant, les rides et les yeux engoncés de Ronald Reagan et les odeurs de napalm de la guerre du Vietnam, la chute du mur de Berlin et la social-démocratie allaient entrainer le monde vers le meilleur, vers la paix entre Israël et la Palestine notamment.
  • Le G20 passe à côté des causes profondes de la crise

    Par | 4 commentaires | 11 recommandés
    Après lecture de la Déclaration de Washington, l'analyse des causes prêterait à sourire si ce n'était pas le moment de se serrer la ceinture. En synthèse, certaines banques et acteurs de la finance ont joué au Casino de la bourse sans regarder d'assez près les risques pris. En effet, la diversification et la complexité des produits dérivés auraient rendu les banques aveugles et incapables de "suivre le rythme des innovations financières". Autrement dit, c'est technique.
  • Pourquoi je me suis abonné à Mediapart

    Par | 2 commentaires | 10 recommandés
  • Le retour de la terreur est-il à craindre ?

    Par | 7 commentaires | 6 recommandés
    Esclavage : Hors-série l'Humanité © l'Humanité
    La Shoah dans l'histoire récente a été caractérisée par l’anéantissement de près de 6 millions de Juifs par les nazis, tout d’abord par les armes puis, de manière rapide, méthodique et industrielle dans les chambres à gaz : la « solution finale ». Précisons que, premièrement, les Juifs en tant que peuple ont été visés, ce qui caractérise le génocide, deuxièmement, l’antisémitisme avait gangrené toute l’Europe et que la France notamment a participé très activement aux déportations, troisièmement, d’autres groupes, 350 000 Sinti et Roms, des résistants, des opposants, des handicapés, des homosexuels et des prisonniers de guerre ont aussi subi le même sort.Ce génocide inspire une terreur singulière – sa vitesse, son ampleur, sa fin et ses moyens – alors, avec le recul, on se rassure en songeant au « Plus jamais ça !» d'après la Grande Guerre. On sait ce qu'il advint. Et maintenant ?