Blog suivi par 287 abonnés

Droits des étrangers

À propos du blog
Le mur d'un squat ouvert à Calais en 2014. N’attendons plus pour changer notre regard sur les migrants qui vivent parmi nous, et nous verrons plus clair sur le sort des autochtones.
  • Personnes exilées à la rue, habitants solidaires. Suite sans fin...

    Par | 1 commentaire | 4 recommandés
    Le Collectif de soutien aux personnes sans-papiers de Rennes organisait samedi 15 septembre une balade du patrimoine pour un logement pour tous et toutes. Ayant successivement visité sans succès, avec les personnes à la rue, cinq lieux patrimoniaux en demandant à chaque fois d'être accueillis, ils ont investi la cathédrale. Et là, surprise!...
  • Personnes exilées à la rue, habitants solidaires

    Par | 2 commentaires | 2 recommandés
    À Rennes comme à Paris, Nantes, etc, des habitants sont obligés de recourir à des actions "illégales“ et ”perturbatrices" pour faire ce que les pouvoirs publics refusent de faire, au mépris de la loi : permettre l'accès à un logement à tous et toutes, avec ou sans-papiers ou, à défaut, assurer l'hébergement de toute personne à la rue.
  • Pour une politique d’asile digne de la France, pour un accueil humain des réfugiés

    Par | 3 commentaires | 6 recommandés
    Aujourd’hui, plus de 400 réfugiés s’entassent dans un camp de fortune en plein cœur de Nantes. Citoyens qui vivent à Nantes, confrontés au drame du nouveau « Calais » du square Daviais, nous appelons l’État à créer immédiatement des places d’accueil dignes et en nombre suffisant pour que cesse ce scandale humanitaire qui déshonore notre pays.
  • Réfugié, et après?

    Par | 1 commentaire | 4 recommandés
    Après un long périple pour venir demander l'asile en France, c'est une pénible procédure qui pourra donner le statut de réfugié. Le taux d'accord (36% en 2017) est très variable, avec des valeurs plus élevées pour les pays en guerre - autour de 80% pour les Afghans. Une fois réfugié, une nouvelle vie commence. Première difficulté: être rejoint par sa femme, son mari, ses enfants restés au pays.
  • C'est l'été : migrants et demandeurs d'asile dorment dehors...

    Par | 5 commentaires | 9 recommandés
    À Rennes, 55 familles migrantes bientôt à la rue. À Dijon, 80 personnes exilées ballotées d'expulsion en campement puis en squat. À Nantes, 90 étrangers "fragiles" hébergés dans un dortoir sans aide alimentaire, 200 personnes dans un ancien EHPAD qui doit fermer à la fin de l'été, et des centaines d'autres sous tentes. Partout, les citoyens solidaires dénoncent les défaillances des autorités.
  • Demandeurs d'asile pourchassés de campement en squat, et retour

    Par | 2 commentaires | 4 recommandés
    Les administrations n'ont pas attendu la nouvelle loi « Asile et immigration » adoptée le 2 août 2018 pour imposer massivement des conditions de vie indignes aux exilé-e-s qui veulent demander la protection de la France en raison des persécutions subies dans leur pays.
  • « Tout le monde sera relogé »

    Par | 2 commentaires | 13 recommandés
    Depuis plus d'un mois, un square du centre de Nantes accueille, sous le maigre abri de tentes posées sous les arbres, des centaines de personnes demandeuses d'asile ou réfugiées. Abandonnées là par des autorités dépassées. Mais secourues et nourries par toutes sortes de collectifs solidaires.
  • Menacé d'être expulsé de son foyer pour «présence de matelas»

    Par | 1 commentaire | 9 recommandés
    La rénovation des résidences sociales abritant des travailleurs étrangers s'accompagne d'une individualisation des espaces. Sont ainsi menacés tous les aspects de la vie solidaire et collective de ces travailleurs qui ont pourtant pu, pendant des décennies, subvenir aux besoins de leurs familles au pays, investir dans des projets d’infrastructure scolaire, médicale ou sanitaire.
  • Allo! Vous demandez l'asile? Un opérateur va traiter votre appel

    Par | 3 recommandés
    À partir du mois de mai, les demandeurs d’asile en Île-de-France devront passer par une plateforme téléphonique pour enregistrer leur demande d’asile et obtenir un rendez-vous dans une plateforme d'accueil des demandeurs d'asile, puis en préfecture. En français, en anglais ou en arabe. Tant pis pour les Tchétchènes, les Bangladais et autres Albanais.
  • Immigration de survie

    Par | 5 recommandés
    Non, les migrants ne quittent pas leur terre, leur famille juste pour gagner un peu plus d’argent et profiter de nos prestations.