Blog suivi par 10 abonnés

Le blog de Gabriel Paillereau

Consultant en Santé au travail
Béziers
  • De « clique » en « claque » et vice versa, la quête de « l’eidos de la chose »…

    Par | 2 commentaires | 3 recommandés
    Une fois de plus, la langue française éclaire largement les travers du Pouvoir actuel. A condition de lire (avec un maximum d’humanité et un minimum d’humour) entre et derrière les lignes… Ainsi en est-il de l’itinérance mémorielle de « clique » en « claque » (et vice versa), en quête de « l’eidos de la chose »…
  • Ju-pi-ter-mi-nus ?

    Par | 3 commentaires | 2 recommandés
    Loin de perdre de sa vigueur, le mouvement des Gilets jaunes s’installe dans notre quotidien, au point de mettre durablement à mal la Politique actuelle et le parcours, jusqu’alors béni des Dieux, de son inspirateur. Serions-nous proches d’un « Ju-pi-ter-mi-nus » ?
  • Le navire coule ? Et alors ?! Tais-toi et rame…

    Par | 3 commentaires | 3 recommandés
    Les événements qui secouent notre pays m’ont rappelé qu'en 2011, j’avais publié une version de la « parabole des rameurs » adaptée à la Santé au travail. J’étais loin d’imaginer que les dérives qu’elle dénonçait, relatives à l’organisation du travail dans l’Entreprise, s’étendraient aussi vite à la Société dans son ensemble, cette fameuse start-up nation qu’on veut nous vendre à tout prix…
  • Fin du monde, fin du mois… A quand la « fin du moi » ?

    Par | 1 recommandé
    Le Président s’est enfin exprimé. On attendait des réponses concrètes ; on a eu droit à un discours fumeux, fait de fausse simplicité et de compréhension de façade. Après l’évocation de la « fin du monde » et la « fin du mois », n’est-il pas temps pour lui d’envisager aussi la fin du « Moi » ?
  • Histoire (presque) authentique de l’« itinérance mémorielle » racontée aux nuls…

    Par | 2 commentaires | 4 recommandés
    On a découvert récemment l’« itinérance mémorielle », curieuse expression destinée à couvrir l’épopée présidentielle d’une semaine sur les champs de bataille de la Grande Guerre. Les lignes qui suivent ont pour objet d’essayer de décrypter sa genèse, avec un peu d’ironie et de malice mais sans méchanceté, car le contexte ne s’y prête pas (pour l'instant). La suite, plus acide, est dans le fût…
  • Macron à la campagne et en campagne : entre itinérance et ras le bol…

    Par | 9 commentaires | 5 recommandés
    Au terme d’un pont de la Toussaint qui a permis de découvrir ce que, pour l’Elysée, signifient « gérer son effort » et « voyage à titre privé », le temps est venu de respirer un grand coup, et, par souci d’équilibre dans la relation Gouvernant-Gouvernés, de nous préparer à exprimer bientôt, après « l’itinérance mémorielle », le ras-le-bol phénoménal qui touche une large majorité de Français.
  • De « ti bo » en « ti bo », qui trop embrasse mal étreint…

    Par | 3 recommandés
    De New-York à Saint Barthélémy, Emmanuel Macron a vécu un périple nord-américain tempétueux, contrairement à l’objectif poursuivi, « selfies » et « bisous » ne suffisant pas à redresser la barre, d’autant qu’en même temps, en Métropole, le Ministre de l’Intérieur s’ingéniait à faire souffler des vents contraires…
  • Encore une petite marche, la roche tarpéienne n’est plus très loin !

    Par | 8 commentaires | 7 recommandés
    Depuis le début de l’été, les sorties de route de la communication présidentielle se multiplient au point que notre Président risque de passer bientôt pour un multirécidiviste…
  • Dur, dur d'être Président !

    Par | 1 recommandé
    L'été, particulièrement torride, n'a pas été propice à Emmanuel Macron, au plus bas dans les sondages après une série de revers et de mauvaises nouvelles. Il n'est pas sûr que les changements intervenus au Gouvernement et ceux à venir à l'Assemblée nationale soient de nature à rétablir la confiance...
  • Les mots dans Macron et les mots de Macron : des maux en perspective ? (2/2)

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
    La seconde partie de ma chronique, consacrée aux « mots de Macron », devait être publiée deux semaines après la première partie, mais comme elle n’était pas suffisamment mûrie, j’avais choisi d’attendre un peu. Les circonstances m’ont conduit à différer davantage encore sa publication. Peut-être y avait-il aussi, sans que j’en fusse conscient, une part de prémonition…