Blog suivi par 38 abonnés

Le blog de Jean-François Ballay

Auteur, réalisateur, essayiste
Région parisienne, Saint-Nazaire - France
  • Du confinement à la française à l'enfer confiné : Ajegunle, le bidonville de Lagos

    Par
    Un confinement à perpétuité : Ajegunle, le bidonville de Lagos, Nigéria. Un petit détour pour nous dire que deux mois de confinement à la française, n'en déplaise au Medef, ça ne devrait pas suffire pour transformer Paris en bidonville. On devrait pouvoir l'éviter, par exemple, rétablir l'ISF et créer une contribution exceptionnelle des millionnaires pour aider les chômeurs à refaire surface.
  • Quel rôle des tests pour le "déconfinement confiné" concocté par le gouvernement ?

    Par
    Plutôt que de tester, même de façon imparfaite, en expliquant les limites des tests, on préfère limiter leur emploi, en gros, quand on est à peu près sûr qu’une personne est malade… C’est bizarre : dans les pays qui ont les meilleurs résultats contre la pandémie, les tests ont été massivement utilisés… pas en France... Alors je me suis un peu documenté...
  • Le "Masque du 11 Mai" : le jour où le rideau de scène se lèvera

    Par | 1 recommandé
    Un plan de com se profile : "le Masque du 11 Mai". Expression-symbole qui résume en deux mots la situation : plus besoin d'aller au théâtre pour tendre un miroir au monde... Nous serons invités à grimacer dans les rues, dans les trains, dans les lieux de travail dont la topologie sera organisée et fléchée selon la loi des "gestes barrières". Mais les choses risquent de ne pas se passer comme ça...
  • Le covid a fait le plus dur. Alors, 11 mai : camisole d'austérité ou grève générale ?

    Par | 2 recommandés
    L'oligarchie au pouvoir appelle à l'union nationale et profite du sens du devoir des soignants, des livreurs, des enseignants et de millions de travailleurs dévalorisés, pour détourner les valeurs du collectif à son profit. Mais cette vieille recette a fait long feu. Et si le coronavirus avait fait tout le travail ? Il ne reste qu’à le finir : le 11 mai, retour à l'austérité ? Ou grève générale ?
  • Dans un monde de catastrophes, il faut revenir à un régime de frugalité financière

    Par
    A l'heure où un virus rappelle à l'ordre cette civilisation basée sur le profit, il est grand temps d'en finir avec la culture ultra-nocive de la "prise de risque" ! Pour cela, il serait hautement raisonnable et urgent, que les Etats et institutions internationales encadrent la rémunération du capital dans une fourchette entre 3% et 5% d'intérêts.
  • "Les Confinés", une mini-série réalisée en 100% confiné

    Par
    Voici une mini série "Les Confinés", que j'ai réalisée en 100% confinement, avec les moyens du bord: une caméra et mon ordinateur. Les douze premiers épisodes agrémenteront peut-être un peu vos journées de confinement... Toute ressemblance avec des événements réels serait pure coïncidence...
  • La fable des confinés entassés et des confinés aérés

    Par | 5 recommandés
    La sociologie des confinés s'échelonne des "confinés entassés" aux "confinés aérés". En temps de pandémie, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne, à l'instar des jardins familiaux à Versailles qui bénéficient d'une dérogation préfectorale pour le week-end pascal. La sociologie du confinement prolonge la longue histoire de la proprié privée...
  • Pour les "Gauches" c'est l'occasion de la dernière chance

    Par | 2 recommandés
    Il est temps que les mouvements "de gauche" se mettent vraiment à unir toutes les forces pour déclencher une GRANDE VAGUE dans ce pays et en finir avec le confinement mental, politique, social, économique du néo-ultra-libéralisme autoritaire ! Faute de se décider à ces changements et à cette levée en masse, c'est la dictature qui nous attend au bout du chemin.
  • Nos pathologies (idéologie, bureaucratie, surconsommation) ne vaincront pas les virus

    Par | 3 recommandés
    Avec le scandale des masques, tests, respirateurs, médicaments, nous avons sous les yeux les effets tragiques des deux grandes pathologies de nos "élites" à la française : bureaucratie et idéologie. Mais ce ne sont que des symptômes d'une maladie à grande échelle : la surconsommation. Soit nous déciderons de nous soigner de ce mal, soit notre avenir sera gouverné par la police et les virus.
  • Ne laissons pas la tragédie sanitaire servir d'alibi pour installer la dictature

    Par | 2 recommandés
    Sur le dos des personnels de la santé et des secteurs logistiques, l'ombre de la dictature s'installe tranquillement, dans l'urgence de la crise. Le technocrate qui a été mis au pouvoir par la caste des grands argentiers fait peur. On dirait Ubu sur son trône, qui s'agite en hurlant "la science" quand lui et ses acolytes sont entièrement sous l'emprise hallucinogène de leur idéologie.