• Le bilan de Nicolas Sarkozy : la réalité a dépassé l’appréhension

    Par Jean-François Bayart | 12 commentaires | 12 recommandés
    En avril 2007, j’avais rédigé une tribune exprimant mon rejet de la candidature de Nicolas Sarkozy, et mon refus de me prononcer en faveur de celui-ci au second tour si par malheur devait se reproduire la catastrophe électorale de 2002, car – concluais-je – « l’on ne choisit pas entre la peste brune et le choléra grisâtre».
  • Halte au bétonnage culturel et à la marchandisation du Marais

    Par Jean-François Bayart | 6 commentaires | 1 recommandé
    Lettre ouverte d’un «enfant gâté» à Pierre Aidenbaum, maire du IIIe arrondissement de Paris: halte au bétonnage culturel et à la marchandisation du Marais !
  • Nicolas au Sahara

    Par Jean-François Bayart | 8 commentaires | 6 recommandés
    A quelques semaines des élections présidentielles tant maliennes que françaises, le renversement par la soldatesque de Amadou Toumani Touré, dit ATT, confirme le caractère erratique de la politique africaine de Nicolas Sarkozy. Inauguré, au sud du Sahara, par le calamiteux discours de Dakar, le mandat de ce dernier se clôt sur la destruction de l’une des rares démocraties africaines
  • La fuite en avant de Recep Tayyip Erdoğan

    Par Jean-François Bayart | 6 commentaires | 6 recommandés
    La vague d'arrestations qui frappe depuis le début de l'année les milieux universitaires, journalistiques et associatifs en Turquie confirme qu'en politique, comme dans les chemins de fer, un danger peut en cacher un autre.
  • La Tunisie vue de l'ouest, ou le trompe-l'œil électoral

    Par Jean-François Bayart | 15 commentaires | 16 recommandés
    Le monde a les yeux rivés sur la Tunisie, où se sont tenues les premières élections libres que ce pays ait connues dans son histoire –car la nostalgie de l'ère Bourguiba, de bon aloi dans certains milieux, ne peut faire oublier que celui-ci fut un dictateur bien de son temps, sachant mettre au service de la cause nationaliste l'ingénierie communiste du centralisme démocratique et l'exporter vers l'Afrique subsaharienne, dont il fut le grand inspirateur des partis uniques.
  • Relire Fanon

    Par Jean-François Bayart | 8 commentaires | 8 recommandés
    La réédition de l'œuvre de Frantz Fanon (1925-1961) par La Découverte, à l'occasion du cinquantième anniversaire de sa mort, et la publication, chez ce même éditeur, de la traduction en langue française de la biographie que lui a consacrée David Macey, Frantz Fanon, une vie (en librairie le 20 octobre), fournissent une bonne opportunité de relire cet auteur, en ces temps de «Printemps arabe» et d'«indignation».
  • Réponse ouverte à Monsieur Karim Wade

    Par Jean-François Bayart | 4 commentaires | 10 recommandés
    Je tiens à communiquer à mes lecteurs la lettre ouverte, courageuse et remarquable, que mon collègue Ibrahima Thioub, historien, a adressée à Karim Wade, ministre de la République du Sénégal, et accessoirement fils de son Président de père.
  • L'Afrique de l'Ouest deviendra-t-elle à la France ce que l'Amérique centrale est aux Etats-Unis ?

    Par Jean-François Bayart | 2 commentaires | 6 recommandés
    L'Afrique est en plein bouleversement, du fait de ses dynamiques propres et des transformations du système international (1). Et la France a toujours autant de peine à en décrypter le devenir. Elle se réfugie derrière ses poncifs, disant tout et le contraire de tout dans le même discours, à l'instar de Nicolas Sarkozy, dans son allocution lamentable de Dakar, le 26 juillet 2007, au cours de laquelle il reprocha à l'Afrique son immobilité... et aux Africains de trop bouger, par le biais de l'émigration !
  • Turquie : les leçons d'un scrutin

    Par Jean-François Bayart | 23 commentaires | 14 recommandés
    La victoire du Parti de la justice et du développement (AKP) aux élections législatives du 12 juin a entraîné son lot d'interrogations et de commentaires convenus dans une France qui décidément s'obstine à ne rien comprendre à l'un des pays clefs de la Méditerranée orientale.
  • J + 7 en Côte d'Ivoire

    Par Jean-François Bayart | 18 commentaires | 11 recommandés
    Une semaine après la chute de Laurent Gbagbo, la Côte d'Ivoire a toujours la gueule de bois, et ses «sauveurs» étrangers aussi, sans doute. Non pas que le Champagne pillé dans la résidence présidentielle fût mauvais. Mais les conditions de la victoire d'Alassane Ouattara sont à peu près les pires de celles que l'on pouvait imaginer