Blog suivi par 334 abonnés

Le blog de Jean-François Bayart

Professeur au Graduate Institute (Genève). Directeur de la chaire d’Etudes africaines comparées de l’Université Mohamed VI (Rabat). Président du Fonds d’analyse des sociétés politiques et du Réseau européen d’analyse des sociétés politiques. Chercheur associé au CERI-SciencesPo (Paris).
  • La tentation bonapartiste d’Emmanuel Macron

    Par | 3 commentaires | 7 recommandés
    Emmanuel Macron à Souillac (Lot), devant 600 maires, le 18 janvier 2019. © Reuters Emmanuel Macron à Souillac (Lot), devant 600 maires, le 18 janvier 2019. © Reuters
    Le bonapartisme, c’est ce processus historique par lequel une classe dominante, politiquement exténuée, s’en remet à un homme pour conjurer l’hydre de la révolte ou de la révolution sociale et garantir ses intérêts. Son usage n’apaisera en rien la colère du peuple, une colère que l’équipe présidentielle ne comprend pas et à laquelle elle n’a de ce fait aucune réponse crédible à proposer.
  • le 7 février 2019

    L’État malgré tout. Produire l’autorité dans la violence

    Par | 4 recommandés
    Dans l’après-guerre froide, de nombreux observateurs s’inquiétaient de la multiplication de «nouveaux» conflits armés, et promettaient des États «faibles» ou en «faillite». À rebours de ces approches, on observe des situations dans lesquelles la violence est une forme d’action politique routinière.
  • Le sparadrap du capitaine Macron

    Par | 124 commentaires | 181 recommandés
    Alexandre Benalla au Sénat, le 19 septembre. © Reuters Alexandre Benalla au Sénat, le 19 septembre. © Reuters
    De quoi le feuilleton Benalla est-il le symbole ? D’un rapport faux à la société française et aux institutions de la République.
  • «Malheur à la ville dont le prince est un enfant!» (L’Ecclésiaste)

    Par | 81 commentaires | 181 recommandés
    «Qu’ils viennent me chercher!», avait lancé Emmanuel Macron, l'été dernier, à ceux qui lui demandaient des comptes. «Président, nous voilà!», répondent les Gilets jaunes. Et ils rendent difficile la poursuite de l’entreprise de démolition néolibérale du modèle social français que ses prédécesseurs avaient entamée et qu’il entendait accélérer en les accusant de pusillanimité.
  • Jupiter et l’Aquarius

    Par | 7 commentaires | 28 recommandés
    La politique d’Emmanuel Macron compromet notre sécurité, en même temps que notre humanité. Tout comme celle des autres gouvernements européens, mais avec cette responsabilité particulière que la France s’est arrogée en Afrique subsaharienne, elle ne répond pas au problème qu’elle prétend régler et, bien pis, elle l’aggrave.
  • Faut-il monter dans l’avion de Bruno Latour?

    Par | 40 commentaires | 21 recommandés
    Bruno Latour, qui vient de publier «Où atterrir ? Comment s’orienter en politique» est actuellement l’un des auteurs les plus cités dans le domaine des sciences sociales, et au-delà.
  • Trump et l’Iran: le grand plongeon dans le vide

    Par | 21 commentaires | 47 recommandés
    La sortie des Etats-Unis de l’accord nucléaire signé en 2015 sera aussi grosse de conséquences que le furent l’occupation soviétique de l’Afghanistan, la chute du Mur de Berlin ou le 11-Septembre. Il s’agit bien d’une crise systémique qui façonnera le système international pour plusieurs décennies.
  • L’Etat d’abjection

    Par | 26 commentaires | 69 recommandés
    Nous parlons de l’impérieux devoir d’asile, mais dans les faits nous traquons les migrants et les réfugiés autour de nos gares, dans les centres d’hébergement, à nos frontières, et jusqu’en mer. En Libye, au Soudan, en Erythrée, nous sommes prêts à signer des accords infâmes avec des régimes infâmes.
  • le 29 mars 2018

    Le temps suspendu de la domination autoritaire. Une soirée en hommage à Osman Kavala

    Par | 3 recommandés
    Venez nombreux, pour réfléchir, mais aussi pour soutenir la cause des universitaires et des intellectuels turcs, dans un beau lieu : Le Bal, près de la place de Clichy, à Paris.
  • Les naufragés de la SNCF

    Par | 1 commentaire | 8 recommandés
    Ainsi qu’il se doit dans la société française de caste, ceux-là mêmes qui ont présidé à la dérive ferroviaire se voient confier la tâche de préparer l’avenir, rapport Spinetta à l’appui. Mais il est apparemment plus aisé, pour un haut fonctionnaire français converti au néolibéralisme et au pantouflage, de passer des marchés que de faire preuve de bon sens et de respect à l’égard du public qu’il prétend servir.